Prochaine séance le jeudi 15 novembre à 18h30

Michael Lucken 

Directeur du département « Langue et civilisation du Japon » à l’INALCO

Le Japon grec ou la possession des cultures

Discutant : Maxime Pierre, Paris Diderot

« On peut trouver tout au long du 20e siècle tant de références à l’histoire, l’art, la philosophie et la littérature grecs dans la plupart des domaines de la culture japonaise qu’il n’est pas exagéré de dire que la Grèce ancienne a 
contribué de manière significative à la construction de l’identité moderne japonaise », écrit Giorgio Amitrano. Cette réalité est si diffuse que, pour beaucoup de jeunes gens en Occident aujourd’hui, les héros grecs ont inconsciemment l’apparence que leur ont donnée les créateurs de dessins animés japonais. Comment comprendre ce phénomène : s’agit-il, comme on le conçoit généralement en Europe, d’un exemple parmi d’autres d’une « occidentalisation » extrême de l’Archipel ou y a-t-il là quelque chose qui pointe vers le fait que les savoirs antiques constituent un « bien commun » ?

Pour répondre à cette question, je commencerai par une présentation rapide de l’histoire des savoirs sur l’Antiquité grecque au Japon, depuis les premières traces tangibles au 16e siècle jusqu’à nos jours. On y apercevra la profondeur de l’imprégnation de la culture classique, notamment dans la langue comme en témoignent le nombre et la qualité des traductions. Dans un second temps, j’interrogerai la nature imaginaire de cette rencontre en prenant trois exemples marquants :  1) la découverte de l’entasis des colonnes du Hōryūji à la fin du 19e siècle ; 2) l’émergence d’un discours faisant du peuple japonais l’ancêtre des Grecs au début du 20e ; 3) l’affirmation de la culture japonaise comme retour à une Grèce nietzschéenne, autrement dit comme dépassement dialectique de la modernité occidentale chez les nationalistes des années 1930. Après avoir souligné la parenté structurelle qui existe entre ces discours et ceux tenus par certains auteurs panafricanistes depuis la Seconde Guerre mondiale, je terminerai par une réflexion sur le concept de possession  comme moyen de réarticuler imagination et pluralité.

Université Paris-Diderot, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris, salle 681 C (Grands moulins, 6ème étage, 18h3

Video disponible   https://drive.google.com/file/d/1uK1GrOvwfsdrHk_-ZHQ_dxTR4X-m-q_w/view

Prochaine séance le jeudi 11 octobre

« Galien l’Indien : histoire et enjeux de la médecine unani » 

 Antoine Pietrobelli

  Maître de conférence à l’Université de Reims

           Les  nations  d’Europe  et  d’Occident  ont,  depuis  l’époque  moderne, commis  un  véritable hold-up sur l’Antiquité gréco-romaine. On répète que les Grecs et les Romains sont  le berceau ou les  racines de la civilisation occidentale et de ses valeurs. Ce point de vue  relève d’une vision borgne de l’Histoire et l’exemple de Galien le montre bien.

            Si les textes et la science galéniques sont parvenus en Occident, c’est parce qu’ils  furent traduits en arabe à Bagdad au IXe siècle avant de l’être en latin dès le XIIe siècle pour  les  besoins  des  universités  de  médecine  européennes.  On  sait  moins,  en  revanche,  que  depuis Bagdad, cette science médicale s’est aussi diffusée en Asie et qu’elle est devenue  l’une des médecines traditionnelles de l’Inde, connue sous le nom de unani. La médecine  de Galien, qui est considérée en Occident comme une science obsolète ou une curiosité pour  antiquaires et philologues, est toujours pratiquée et enseignée dans les universités en Inde,  au Pakistan ou au Sri Lanka pour soigner des malades. Un tel constat interroge et bouleverse  bon nombre de nos certitudes.

             L’exposé comprendra quatre temps et embrassera un arc temporel large depuis  l’Antiquité jusqu’à notre contemporain. Il examinera d’abord les relations de Galien avec l’Inde  de son temps, puis la diffusion du galénisme en Inde par les cours mongols au Moyen Âge.  Dans  un troisième temps,  j’évoquerai  les  relations  difficiles  entre  la médecine unani et  la  médecine occidentale allopathique durant la colonisation britannique ; enfin j’évoquerai une  première  enquête  de terrain menée  au Sri  Lanka  au  département  de médecine unani de  l’Université de Colombo.

A. Pietrobelli – ATE 11 oct 2018

Université Paris-Diderot, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris, salle 681 C (Grands moulins, 6ème étage, 18h30 à 20h30.

 

Prochaines séances le mardi 29 mai et le jeudi 31 mai

SÉMINAIRE du mardi 29 mai 2018
de 17 h à 19 h

Sylvia ESTIENNE
(ENS – PSL, Centre AnHiMA)
Culte domestique, culte civique ?
L’exemple de Vesta

Si les Romains distinguent entre cultes privés et cultes publics, les définitions qu’ils donnent des cultes privés sont sources de débats, notamment concernant la dimension familiale des cultes ainsi définis. Pour lever les ambiguïtés, les chercheurs tendent à privilégier la notion de cultes domestiques, étroitement associée au fonctionnement de la domus comme ensemble familial. Toutefois la valeur domestique d’un culte est-elle réductible à la seule dimension privée ? Le culte de Vesta offre matière à réflexion.
Déesse du foyer, la déesse n’est pourtant que discrètement honorée dans les maisons romaines, alors que son culte public est bien attesté. Sa fonction domestique est sans doute à chercher plutôt dans le rôle qu’elle joue au cœur de la cité. C’est ce qu’on essayera de comprendre à partir de la redéfinition opérée par Auguste en 12 av. J.-C., quand il rend publique une partie de sa maison du Palatin en y installant une chapelle de Vesta.

Discutante : Annie DUBOURDIEU (Université de Paris IV- Sorbonne)

ATE séminaire S. Estienne 29.5.18

SÉMINAIRE du jeudi 31 mai 2018
de 17 h à 19 h

Maurizio BETTINI
(Università di Siena)
“Ne touche pas à la fille aînée“ :
genre, mariage, parenté dans la cité de Romulus

Un paragraphe du deuxième livre de Denis d’Halicarnasse (2, 15, 1) rapporte une norme attribuée à Romulus, où il est question de la progéniture aussi bien masculine que féminine. On examinera ce texte suivant deux perspectives qui font abstraction autant du bien-fondé historique ou non de cette information que de sa provenance (éventuelle).
D’abord, on verra si la Rome des origines présente d’autres aspects qui puissent constituer un système avec les informations que Denys nous livre. Puis on mettra en lumière les conséquences que cette loi romuléenne pouvait – ou aurait pu – avoir dans la société de la Rome archaïque. Il arrive souvent que le sens de certaines normes touchant à la famille ou à la parenté ne s’éclaircisse qu’après un examen des résultats qui en découlent : c’est-à-dire, après avoir mis
en évidence leur fonction éventuelle, qui n’était pas visible de prime abord. Cette réflexion en forme d’ « exercice » d’anthropologie du monde ancien nous permettra d’étudier quelques aspects structurels de l’échange matrimonial et de la parenté à Rome.

Répondant : Klaus HAMBERGER (Laboratoire d’anthropologie sociale – EHESS)

ATE séminaire M. Bettini 31.5.18

Les deux séances auront lieu à l’EHESS, 105 Bd Raspail, salle 11, 75006 Paris (Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

Prochaine séance le jeudi 3 mai à 19h

SEMINAIRE du jeudi 3 mai 2018
de 19 h à 21 h 

Mise à jour du 2 mai 2018 : La séance se déroulera de 19 h à 20 h 30 (salle AS1_08, 54 bd Raspail, 75006 Paris)

Jérôme WILGAUX (Université de Nantes)

Entre vérités et fictions :
les fondements de la parenté en Grèce ancienne

Si, dans un cadre parental, les termes grecs gnêsios et nothos qualifient et opposent filiation légitime et illégitime, de manière plus générale ces termes peuvent être utilisés pour opposer le vrai au faux, l’authentique au falsifié, au contrefait. Très nombreuses sont de fait les sources grecques qui dénoncent des enfants supposés et les mensonges sur lesquels les liens de parenté peuvent se construire. La parenté peut dès lors s’appréhender comme fondée sur une vérité, nécessitant des preuves, ce savoir étant  particulièrement détenu par les mères. Pour être pleinement compris, cet imaginaire social de la famille et de la parenté doit cependant être replacé dans son cadre civique et statutaire, et confronte une pluralité de points de vue, révélatrice des tensions sociales propres au système de parenté grec.

Répondant : Enric Porqueres i Gené (EHESS)

ATE séminaire J. Wilgaux 3 mai

EHESS, 54 Bd Raspail, Salle AS1_08, 75006 Paris
(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

PROCHAINE SEANCE LE JEUDI 15 MARS A 19H

SEMINAIRE du jeudi 15 mars 2018
de 19 h à 21 h

Violaine SEBILLOTTE-CUCHET
(Université Paris Sorbonne Paris 1)

        

Pour en finir avec le privé et le public :

la famille au cœur du politique

La famille est souvent interprétée comme un lieu de relations interpersonnelles qui ressortit de l’espace privé.  Dans cette conception, seul l’homme adulte et responsable du groupe familial (le tuteur ou kurios, une sorte depater familias à la grecque) émargerait dans l’espace public pour, en quelque sorte, représenter les intérêts de la famille. En réinterrogeant les termes grecs relatifs à la famille (oikos, gamos, kurios, hubris, etc.) et en se focalisant sur la question de l’héritage des filles, nous proposons de nous affranchir des catégories de privé et public pour substituer une lecture de la famille grecque antique entièrement inscrite dans les enjeux politiques et sociaux de son contexte historique.
 

Répondant : Claude CALAME (EHESS)

ATE séminaire Sebillotte

Séminaire du jeudi 15 mars 2018
de 19 h à 21 h
EHESS, 105 Bd Raspail, Salle 13, 75006 Paris
(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

Prochaine séance le jeudi 14 février à 19h

SEMINAIRE du jeudi 14 février 2018
de 19 h à 21 h

Philippe MOREAU
(Université Paris Est Créteil)

« Les représentations figurées ou métaphoriques
de la parenté à Rome (sang, botanique, spatialité) »

La langue latine possède un vocabulaire complexe pour désigner les positions de parenté et d’alliance, les catégories, les formations (corporate groups ou parentèles abstraites), et une terminologie plus pauvre pour désigner la relation de parenté en elle-même. À côté de ces termes de dénotation directe, elle présente un ensemble de métaphores se rapportant aux divers types de relation : filiation (en ascendance ou en descendance), collatéralité, affinité et conjugalité. Ces métaphores empruntent à plusieurs lexiques :
celui des humeurs corporelles (sanguis), celui de la végétation et des techniques culturales (stirps, propago, insero, etc.) et celui de la spatialité (adfinis, propinquuus, linea, gradus, etc.). Ces diverses
métaphores, que la langue française a héritées, y sont à ce point intégrées que leur caractère métaphorique même, et donc leur valeur de référence signifiante à des ensembles culturels spécifiques, reste souvent inaperçu et appelle donc un effort intellectuel de distanciation et de réactivation. La communication aura pour objet de présenter les travaux récents sur chacune de ces métaphores (en tenant compte des diverses conceptions, stylistiques ou cognitives du processus même de la  métaphorisation), et d’envisager leurs éventuelles articulations dans la culture romaine.

Répondant : Alessandro BUCCHERI (Centre AnHiMA, EHESS)

ATE séminaire Famille société Ph. Moreau

EHESS, 105 Bd Raspail, Salle 13, 75006 Paris
(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

Rapport sur la valorisation des langues et des cultures de l’Antiquité par Pascal Charvet et David Baudouin

Remise à Jean-Michel BLANQUER du rapport sur la valorisation des langues et cultures de l’Antiquité 

Pascal Charvet, inspecteur général de l’Éducation nationale honoraire et David Bauduin, inspecteur d’académie – inspecteur pédagogique régional, ont remis lundi 29 janvier 2018 à Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, un rapport intitulé « Les humanités au cœur de l’école ».

Après avoir replacé l’enseignement des langues et cultures de l’antiquité dans son contexte européen, les auteurs avancent des pistes pour inscrire cet enseignement au carrefour des humanités et assurer son attractivité et son développement.

Le rapport propose des pistes pour développer l’apprentissage du lexique, grâce à l’histoire des mots, du cycle 3 jusqu’au cycle terminal. Pascal Charvet et David Bauduin proposent aussi d’associer les pratiques théâtrales à l’apprentissage des langues anciennes, au service de la maîtrise des savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter et respecter autrui) par tous les élèves.

Rapport LCA

Prochaine séance le jeudi 11 janvier à 19 h

SEMINAIRE du jeudi 11 janvier 2018
de 19 h à 21 h

Marine BRETIN-CHABROL
(Université Jean Moulin Lyon 3)

Quand l’auunculus devient pater :
réflexions sur une adoption romaine

Un Romain est-il seulement le fils de son père ? Quelle place tenait à Rome la famille de la mère dans cette société dite « patriarcale » ?

Dans ses travaux sur la parenté, Claude Lévi-Strauss ajoute aux trois relations primaires (filiation, germanité, alliance), une quatrième, celle qui lie l’oncle maternel au neveu. À Rome, en effet, la relation
avunculaire (neveu/frère de la mère) joue un rôle important : l’étude de l’adoption d’Octave par César, son grand-oncle maternel, ou celle de Brutus, le tyrannicide, par son oncle maternel Q. Servilius Caepio (et non par César), permettra d’éclairer les enjeux de cette relation particulière.
Dans une démarche anthropologique de l’écart, il sera possible alors de mettre en regard, dans la discussion, Rome et d’autres sociétés (la culture kanak en particulier).

Répondante : Florence DUPONT (Université Paris Diderot)

Séminaire Famille Bretin-Chabrol

EHESS, 105 Bd Raspail, Salle 13, 75006 Paris
(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

PROCHAINE SEANCE LE 14 DECEMBRE A 19H

Claudine LEDUC

(Université Jean Jaurès, Toulouse)

Relations de parenté et adoption dans la cité d’Athènes

Les discours d’Isée et quatre plaidoyers civils de Démosthène permettent d’observer l’institution de l’adoption au IVe s. Le pouvoir donné à un Athénien sans descendance de créer, sous le couvert d’une réglementation très précise, un lien de filiation fictif qui donne, à celui qu’il a choisi, des droits sur la transmission de son oikos (sa « maison ») et de son statut (l’intégration dans le corps civique) et ainsi que des devoirs à son égard (la gérotrophia, « la nourriture aux vieux parents »). L’adoption joue alors un rôle fondamental dans le fonctionnement de « l’organisation en maisons » de la parenté. C’est en jouant sur les possibilités offertes par cette institution que les « maisons possédantes » athéniennes contournent, dans un « entre-soi » bien délimité par la circulation des femmes et des adoptés, la fragmentation des patrimoines inhérente au partage égalitaire de l’oikos entre les fils.
Les sources indiquent aussi que les trois procédures de l’adoption étaient en place lors de l’archontat de Solon. Il est donc permis de supposer, à la suite de L. Gernet et de la plupart des juristes, que le conservatisme de l’institution dissimule de profonds changements dans les fonctions qui lui furent attribuées entre le VIe et le IVe s.

Répondante : Sandra BOEHRINGER (Université de Strasbourg)

Séminaire Leduc 14.12.17

EHESS, 105 Bd Raspail, salle 13, 75006 Paris

(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

Prochaine Master-classe

MASTER-CLASSE
15 NOVEMBRE 2017
(14H-17H)

PÉTRONE, LE SATIRICON,
Cena Trimalchionis

Lieu : UNIVERSITÉ PARIS-DIDEROT, 5 rue Thomas Mann, Grands Moulins, bâtiment C, 6e étage, salle Pierre Albouy (métro : ligne 14, Bibliothèque François Mitterrand. Bus 62 et 64)

                 Antiquité territoire des écarts (ATE) a pour objet de promouvoir un nouveau rapport à l’Antiquité grecque et romaine et travaille, par une critique anthropologique et historique des relations entre l’Antiquité et la modernité, à repenser des catégories modernes prétendument enracinées dans les cultures grecque ou romaine. ATE organise notamment des séminaires de recherche, des colloques et des journées d’étude, ainsi que des master-classes.

             Chère collègue, cher collègue,

              La prochaine master classe aura lieu à Paris mercredi 15 novembre 2017 , animée par

Johana AUGIER « Le narrateur dans la Cena » »
Florence DUPONT « Les affranchis de la Cena document ou fiction ? »

               Toute master-classe comporte d’abord deux exposés liminaires, (1/2 d’h chacun) suivis d’une demi-heure de questions. Puis, après une brève pause les participants se sépareront en deux ateliers avec chacun des intervenants (1h15). Enfin tout le monde se retrouve pour un bilan collectif.

               Si vous voulez participer à cette master-classe, vous pouvez encore vous inscrire (latinjussieu@aol.com) Vous recevrez une série de fichiers en pdf correspondant aux exposés et aux ateliers de chaque intervenant. Pour chacun : un dossier de travail comportant une bibliographie, une synthèse et des textes anciens avec traduction.

Nous vous enverrons ces dossiers avant la master-classe, pour que chacun d’entre vous puisse les consulter, lire les textes au préalable et ainsi profiter au mieux du travail collectif.

Pour tout renseignement complémentaire : latinjussieu@aol.com

Le programme 2017/2018

Famille et société entre pratiques et représentations :
les Grecs, les Romains, les autres et nous en comparaisons triangulaires

« Antiquité, territoire des écarts »

Sandra BOEHRINGER, Romain BRETHES, Claude CALAME, Florence DUPONT, Tristan MAUFFREY
EHESS (Centre AnHiMA et CRAL)

Programme 2017/2018

                     Face aux Anciens, grecs et romains, l’exercice de comparaison triangulaire est indispensable : il vise à
aiguiser l’exigence critique vis-à-vis de l’Antiquité gréco-romaine et vis-à-vis de nous-mêmes dans le passage par une
culture tierce. Il permet de décentrer notre regard sur des sociétés anciennes que nos interprétations (re)construisent
souvent selon des approches analogiques ou généalogiques, en projetant une Antiquité idéalisée sur la modernité.

L’exercice du double écart comparatif portera sur la question de la famille dans les structures et relations
sociales et dans ses représentations : parenté, consanguinité, filiation maternelle/paternelle, mari/épouse, alliance,
viri-/uxorilocalité, transmission, patrimoine, autant de grilles d’analyse anthropologique (souvent à base latine) qui ont
permis des lectures de sociétés éloignées dans le temps ou dans l’espace, mais qui ont souvent imposé des
interprétations anachroniques ou ethnocentrées. Grâce à une approche croisant les acquis de l’anthropologie, de la
sociologie et de la linguistique pragmatique, donc en rompant avec les habituelles analyses textuelles, la comparaison
des cultures que ce séminaire propose de mener permettra d’ajouter un second écart au premier et de raviver la force
subversive de l’altérité antique.

SEMINAIRE MENSUEL, jeudi de 19 h à 21 h
EHESS, 105 Bd Raspail, 75006 Paris, salle 13
(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

jeudi 9 novembre 2017 – Florence Dupont (Université Paris Diderot, Paris 7)
« La paternité en héritage à Rome »
jeudi 14 décembre 2017 – Claudine Leduc (Université Jean Jaurès, Toulouse)
« Relations de parenté et adoption dans la cité d’Athènes »
jeudi 11 janvier 2018 – Marine Bretin-Chabrol (Université Lumière, Lyon 2)
« Quand l’auunculus devient pater, ou le problème de l’adoption du neveu utérin par l’oncle
maternel dans la Rome antique »
jeudi 15 février 2018 – Philippe Moreau (Université Paris Est Créteil)
« Les représentations figurées ou métaphoriques de la parenté à Rome (sang, botanique, spatialité) »
jeudi 15 mars 2018 – Violaine Sebillotte (Université Sorbonne Paris 1)
« Pour en finir avec le privé et le public : la famille au cœur de la société grecque classique »
jeudi 12 avril 2018 – Sylvia Estienne (Ecole Normale Supérieure, Paris)
« Culte civique, culte domestique? L’exemple de Vesta »
jeudi 3 mai 2018 (jeudi 10 mai : Ascension) – Jérôme Wilgaux (Université de Nantes)
« Entre vérités et fictions : les fondements de la parenté en Grèce ancienne »
jeudi 14 juin 2018 – Maurizio Bettini (Université de Sienne)
« Pourquoi les parentes romains – père et mère, ou ancêtres en général – sont devenus des
« parents » génériques : une perspective anthropologique »

Prochaine séance le 14 juin à 17h

Tristan MAUFFREY

Université Paris Diderot – Paris 7

L’Iliade tibétaine d’Alexandra David-Néel, ou les présupposés homériques d’une lecture moderne de la tradition de Gesar

Discutant : Maxime PIERRE (Université Paris Diderot – Paris 7)

Alors qu’elle cherche un chemin pour pénétrer dans le Tibet interdit, l’exploratrice et orientaliste Alexandra David-Néel rencontre en 1922 un « barde » auquel elle demande de lui réciter, pendant plusieurs semaines, « l’épopée » du « héros tibétain » Gesar. La transcription de cette performance sera ensuite adaptée par l’écrivaine sous la forme d’un récit (la première traduction en français de la tradition poétique de Gesar), ainsi que d’un article intitulé « L’Iliade thibétaine et ses bardes ». On le voit, la voyageuse se fonde naturellement, pour circonscrire ce nouveau territoire poétique, sur des catégories alors consacrées qui renvoient à un imaginaire le plus souvent (mais pas seulement) grec, et en particulier homérique. On s’interrogera donc sur ce geste qui consiste à faire de l’Iliade un nom commun, un terme générique susceptible de faire entrer les traditions de Gesar, présentes dans toute la région himalayenne et centrasiatique, dans le patrimoine universel sous le terme englobant d’épopée, ce dont se chargera effectivement l’UNESCO en 2009. La démarche d’Alexandra David-Néel, située à la croisée des préoccupations du monde académique et des attentes du grand public, peut être abordée comme un exemple privilégié de la manière dont un certain imaginaire de l’épopée grecque oriente, dans l’Occident contemporain, le regard porté sur des cultures éloignées : derrière le projet universaliste qui vise à inégrer ces traditions poétiques dans une littérature mondiale réapparaît une vision fantasmée de la poésie épique comme forme de littérature originelle.

Séminaire Anciens au mot 14.6 Mauffrey

EHESS, 96 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle Lombard

(M° Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

Prochaine séance le mercredi 10 mai de 17h à 19h

 

Sandra BOEHRINGER

Université de Strasbourg

« Des Sabines à l’affaire DSK : violence sexuelle, vulnérabilité et consentement sous l’éclairage de l’Antiquité gréco-romaine »

Discutant : Thamy AYOUCH (psychanalyste, Université de Lille 3)

Rapt de nymphes, métamorphoses de divinités pour s’unir à leurs aimé-e-s, corps des esclaves à disposition du maître : les pratiques de l’« enlèvement », mythique et réel, de l’Antiquité nous apparaissent aujourd’hui, à la lumière des avancées féministes, dans toute leur violence. Dans la mesure où il n’existe pas de mot grec ou latin pour dire spécifiquement le viol ou les violences sexuelles, nous proposons de recourir, dans une démarche d’anachronisme contrôlé, aux notions modernes de vulnérabilité et de consentement pour étudier les catégories propres aux Anciens, celles qui distinguent les comportements jugés normaux de ceux qui sont moralement réprouvés, d’une part, celles qui distinguent les actes licites de ceux qui sont interdits par loi, de l’autre.

Alors que les identités de sexe ont longtemps été primordiales pour penser les violences sexuelles, la question « Qui est vulnérable ? » adressée à l’Antiquité gréco-romaine permettra également de mieux percevoir, par contraste, ce qui se joue aujourd’hui dans les débats contemporains, de l’affaire DSK au scandale de l’affaire Théo. Le dispositif de sexualité, identifié par Michel Foucault, connaît de nouveaux développements.

Séminaire Anciens au mot Boehringer

96 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle Lombard

(M° Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

Journée d’étude le 13 mai – Traduire les textes anciens. L’exercice de l’écart

Traduire les textes anciens. L’exercice de l’écart

Samedi 13 mai 2017, 9h-18h

Salle Fabri de Pereisc, INHA,

2 rue Vivienne, 75002 Paris 

L’INTRADUISIBLE TRADUCTION (9h15-11h45) 

Maurizio BETTINI (Université de Sienne) : « Quand la traduction est « divine ». L’intepretatio des dieux étrangers dans la culture romaine »

Claude CALAME (EHESS-Paris) : « Traduction, herméneutique, énonciation et pragmatique : un exemple grec (Sappho) »

Florence DUPONT (Université Paris-Diderot) : « Pourquoi les Romains traduisaient-ils en latin ce qu’ils lisaient tous en grec ? »

Cécile DOGNIER (CNRS) : « Traduire l’hébreu en grec : la Bible des Septante entre déviance et orthodoxie »

LA VERSION, PRATIQUES ET PRAGMATIQUE D’UN EXERCICE (11h45-13h) 

Marie FONTANA (Lycée Lamartine, Paris) : « Pratiques de la traduction dans le cadre scolaire »

Table ronde : « La version, expériences internationales » avec Maurizio BETTINI (Université de Sienne), David KONSTAN (New York University), Giulia SISSA (University of California Los Angeles) et discussion avec la salle

PRAGMATIQUE DE LA TRADUCTION : LE CONTEXTE CIBLE (14h-15h45) 

Malika BASTIN-HAMMOU (Université de Grenoble) : « Traduire le théâtre grec : pratiques philologiques et horizon de la scène ».

David KONSTAN (New York University) : « Traduire après la guerre »

Romain BRETHES (Lycée Janson-de-Sailly, Paris), Jean-Philippe GUEZ (Université de Poitiers), Liza MERY (Université de Poitiers) : « Faire une traduction collective : l’expérience des romans grecs et latins »

LA TRADUCTION ET LA TRANSMISSION DES TEXTES (16h-18h) 

Antoine PIETROBELLI (Université de Reims) : « Galien et Ḥunayn Ibn Isḥāq : l’impact des traductions de Galien sur la pensée islamique (IXe-Xe siècles) »

Iacopo COSTA (CNRS) : « De la traduction au commentaire : Thomas d’Aquin et le corpus aristotelicum »

Jean-François COTTIER (Université Paris-Diderot) : « Traduire l’ineffable : Érasme, la Bible et ses écarts »

TRADUIRE LES TEXTES ANCIENS

Prochaine séance le mercredi 19 avril 2017 à 17h

Olivier RENAUT

Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

Les pathè/« émotions » chez Aristote : une catégorie nouvelle?        À propos de Rhétorique II

Discutant : David KONSTAN (New York University)

                 Ce que nous nommons « émotions » chez les anciens recouvre très certainement un ensemble parfois hétérogène d’états psycho-physiologiques dont il est difficile de cerner les principes définitionnels. Le fait s’aggrave dans le corpus « philosophique », notamment chez Platon et Aristote, dans la mesure où se joue une autonomisation de certaines « affections » dans laquelle la modernité reconnaît ses propres classifications d’émotions. Aristote, au livre II de la Rhétorique, entreprend de décrire certaines affections, tendant à faire croire qu’il s’agit d’une première classification des émotions. Nous tenterons de montrer les difficultés conceptuelles auxquelles nous sommes confrontés pour appréhender l’objet de ce livre, en prenant en particulier l’exemple du thumos, terme chargé d’une histoire complexe qu’il n’ignore pas, mais dont il modifie certainement le sens en nous confrontant à de nouvelles ambiguïtés.

Séminaire Anciens au mot Renaut 

EHESS, Salle 5, 105 Bd Raspail, 75006 Paris

(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

Déplacement au 105 Bd Raspail en raison de l’occupation de la salle Lombard

Antiquité, territoire des écarts

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search