Antiquité, territoire des écarts’

Le séminaire de recherche associé à ATE est en suspens pour 2021-22 afin qu’un nouveau projet puisse être élaboré. 

Les perspectives tracées au cours des dernières années donneront cependant lieu, si tout se passe bien, à la publication d’un numéro de la revue Anabases et à la tenue d’un colloque (mai 2022) en partenariat avec l’université de Genève et la Fondation Hardt.

Très prochainement, l’association ouvrira le chantier d’une réflexion collective sur les “master-classes” et, plus largement, sur nos prochaines activités concernant l’interaction entre l’enseignement secondaire et la recherche universitaire dans le domaine des cultures anciennes.

PROCHAINE SÉSSION LE JEUDI 20 mai À 18H30

ATTENTION !
sur zoom à partir du site du CIPh : www.ciph.org “activités”
(ou https://us02web.zoom.us/j/87085475909)r

Cyril Rouanet (Université Paris Nanterre)

Répondante : Carole Boidin (Université Paris Nanterre)

« L’Asclepius : façon de faire l’Égyptien dans la culture romaine »

Composé en latin, l’Asclepius occupe une place particulière au sein du corpus attribué à Hermès Trismégiste : il est le seul traité hermétique dont ait disposé l’Occident médiéval, essentiellement latinophone. Ce texte, et peut-être davantage encore l’hermétisme lui-même, sont considérés comme les produits d’une secte égyptienne hellénophone, dont l’Asclepius ne serait qu’un ersatz, à des fins de propagande auprès de groupes moins éduqués.

S’il est vrai que, depuis les travaux philologiques de Marsile Ficin au XVe siècle, ce texte est considéré comme un membre du corpus hermétique, dont « l’original grec » aurait été perdu, le point de vue médiéval est différent. Loin de constituer une catégorie aux limites claires, l’hermétisme, en tant que système, est davantage une invention moderne qu’une réalité antique ou médiévale.

Je m’attacherai à faire un travail d’archéologie de l’Asclepius, en montrant comment il s’intègre à la bibliothèque latine. D’une part, j’examinerai la tradition manuscrite de l’Asclepius, dont l’histoire est mêlée à celle des opuscules philosophiques d’Apulée. D’autre part, je m’intéresserai aux phénomènes d’« orientalisation » présents dans la culture romaine impériale, qui montrent que Rome n’a pas seulement été pénétrée de courants égyptiens, mais qu’elle a plutôt fabriqué sa propre Égypte. Si ces phénomènes sont connus pour l’histoire de l’art, ils ne sont en revanche presque jamais appliqués à la tradition scripturaire ; pourtant, l’histoire même de l’Asclepius montre que ce texte a fait l’objet de différents usages et réappropriations.

Affiche Cyril Rouanet

prochaine séssion le jeudi 8 avril à 18h30

ATTENTION !
sur zoom à partir du site du CIPh : www.ciph.org “activités” (ou https://us02web.zoom.us/j/87085475909)

Madalina Dana (Université Lyon 3)

Laboratoire HiSoMA

Répondant : Michel Briand (Université de Poitiers)

« Les centres culturels régionaux en Asie Mineure : modélisation des pratiques et adaptations locales »

En dépit du pouvoir dattraction des grands centres, un cadre plus familier était offert aux Grecs par lecis de moindre envergure, dans leur région ou des régions voisines. Ces centres plus accessibles jouaient un rôle essentiel dans la circulation des mtres et des disciples. La polarisation se faisait autour des écoles (rhétoriques, mathématiques, médicales), des institutions ou bien des personnalis remarquables, les fameux andres axiologoi kata paideian mentionnés par Strabon.

La géographie intellectuelle de Strabon nous servira de guide. Si le géographe laisse de côté les grands centres comme Athènes, Alexandrie ou Rome, c’est pour concentrer ses notes biographiques sur l’Asie Mineure, sa patrie culturelle. Strabon fait ainsi l’éloge de plusieurs cités, micrasiatiques, comme Mytilène, Rhodes, Éphèse, Lampsaque, Tralles, Halicarnasse, Pergame, Tarse ou Nysa, son propre centre de formation, qui a bénéficié d’une attention spéciale dans cette entreprise de « décentralisation » et de mise en avant des centres régionaux d’Asie Mineure.

Le paradoxe est que l’éclat local de la vie culturelle était donné par l’ampleur de la mobilité et des réseaux dont la cité bénéficiait. Le globalisme n’exclut pas le localisme, au contraire, les différents visages du local, et tout particulièrement intellectuels, émergent et sont nourris par la large diffusion des pratiques et des savoirs qui caractérisent les époques hellénistique et impériale.

Affiche Madalina Dana

PROCHAINE session le jeudi 11 mars à 18H30

18h30 à 20h30

ATTENTION !

sur zoom à partir du site du CIPh : www.ciph.org “activités”

(ou https://us02web.zoom.us/j/87085475909)r

Pascale Ballet

Professeure d’Histoire de l’art et Archéologie du monde romain Université Paris Nanterre (UMR 7041– ArScAn)

Répondante : Anca Dan ( Labex TransferS, CNRS- ENS Paris)

« Société(s) d’Alexandrie et multiculturalité. Le poids des images. »

Cette intervention portera sur la place de la petite plastique et d’images associées dans l’analyse des sociétés de la vallée du Nil et ses marges, de la conquête d’Alexandre à l’Antiquité tardive.

Champ d’investigation considérable et cela à plusieurs titres, le corpus des figurines fournit des références iconographiques et techniques enracinées dans le fonds vernaculaire de l’Égypte ancienne tout en bénéficiant d’apports grecs qui vont en modifier la forme et l’usage, puis, dans une moindre mesure, romains.

D’où une certaine diversité iconographique et des signes d’hybridité, ce qui pose inévitablement la question de l’identité des fabricants et des « consommateurs » de terres cuites, de leur appartenance culturelle, celle de la détermination ou non d’un multiculturalisme, en particulier à la période ptolémaïque à Alexandrie et dans la chôra, qui montrent des faciès contrastés, questions auxquelles nous tenterons de répondre.

Affiche de la séance

prochaine seance le jeudi 11 fevrier a 18h30

11 février 2021 de 18h30 à 20h30, sur zoom à partir du site du CIPh : www.ciph.org “activités” (ou https://us02web.zoom.us/j/87085475909)r

Karine Chemla

SPHERE (Université de Paris — CNRS) & Radcliffe Institute, Harvard University

Discutant : Tristan Mauffrey (Paris 3 -Sorbonne Nouvelle)

CONSTRUCTIONS ET USAGES DES ANTIQUITES : UNE VUE HISTORIQUE ET CRITIQUE DEPUIS LES MATHEMATIQUES

L’histoire des sciences antiques fournit aujourd’hui, un peu partout sur la planète, des ressources pour promouvoir des déclarations et des revendications à caractère identitaire. J’évoquerai un exemple contemporain, où l’on voit comment les sciences antiques sont mises à profit pour affirmer l’existence d’une opposition entre Orient et Occident dans la pratique des sciences. Mon exposé se concentrera ensuite sur l’histoire des nombres dans l’Antiquité, en vue de mettre en évidence comment des hypothèses tacites et des méthodes historiographiques discutables ont contribué à imposer les « peuples » ou les « civilisations » comme acteurs centraux de cette histoire. Je montrerai en quoi ces approches ont masqué des phénomènes, pourtant essentiels, relatifs à la nature et à l’histoire des signes numériques.

Affiche de la séance

prochaine séance le jeudi 14 janvier à 18h30

sur zoom à partir du site du CIPh : www.ciph.org “activités”
(ou https://us02web.zoom.us/j/87085475909)r

Samra Azarnouche

École Pratique des Hautes Études, Section des Sciences religieuses, PSL CNRS, UMR 8041 Centre de Recherche sur le Monde Iranien (CeRMI)

Discutant : Florian Audureau (Université de Paris)

ÉLÉMENTS DE NÉOPLATONISME DANS LE ZOROASTRISME
TARDO-ANTIQUE : ÉTUDES PRÉLIMINAIRES

La religion préislamique de la Perse, le zoroastrisme, doit son exceptionnelle longévité d’une part à la permanence de ses pratiques rituelles et d’autre part à la capacité d’adaptation et de mutation de certaines de ses croyances. Ces transformations doctrinales sont le plus souvent la conséquence naturelle d’une rencontre avec des courants religieux ou philosophiques qui représentent tantôt un défi pour la religion iranienne, tantôt une source d’inspiration, notamment dans le domaine fertile de la polémique religieuse. Cet enjeu est particulièrement décisif pour la période de l’Antiquité tardive : pour un savant zoroastrien de cette période, la capacité de sélectionner et d’adapter les savoirs des doctrines non-zoroastriennes d’une manière pertinente s’apparenterait à une stratégie pour se placer avec eux sur un pied d’égalité.

L’examen d’une vaste compilation zoroastrienne en langue moyen-perse (pehlevi), intitulée le Dēnkard ou « Chapitres sur la doctrine religieuse » et partiellement inédite, a révélé plusieurs phases d’influence des notions philosophiques grecques dans la pensée et la mythologie zoroastriennes. À partir de deux extraits (Dēnkard III.225 et Dēnkard IV.3-10) que nous replacerons dans leurs contextes iraniens, nous tenterons de mettre en évidence les procédés mis en œuvre par le penseur iranien pour adapter des motifs et des doctrines du néoplatonisme (spéculations plotiniennes sur la vision, la doctrine de l’Un et de l’émanation de l’Intellect) au schéma zoroastrien, et nous nous interrogerons sur la nature apologétique de l’objectif de ces emprunts (propagande religieuse et/ou royale) dont certains aspects remonteraient à l’époque du roi Khosrow Ier (531-579).

Affiche de la séance

Prochaine seance le jeudi 10 décembre 2020 à 18h30

Fabrizio SPEZIALE (EHESS)
« La médecine galénique et les savants hindous en Asie du sud, XVIIe-XIXe siècles »

Répondant : Antoine Pietrobelli (Université de Reims)

ATTENTION !
sur zoom à partir du site du CIPh : www.ciph.org “activités”
(ou https://us02web.zoom.us/j/87085475909)

À partir du XIVe siècle et jusqu’à l’époque coloniale s’est constitué en Asie du Sud et en langue persane un savoir médical croisant deux traditions antiques : la médecine grecque galénique, révisée par
Avicenne (m. 1037), et la médecine indienne ayurvédique. Les sources persanes et ourdoues offrent l’image d’une classe médicale indienne et décrivent les interactions pédagogiques entre des maîtres et des élèves appartenant à différentes cultures scientifiques. Cette intervention
explore les rapports pédagogiques entre savants hindous et musulmans en Asie du sud, entre le XVIIe et le XIXe siècle. Elle étudie la formation de réseaux pédagogiques multiculturels entre médecins musulmans et
hindous de langue persane. Le persan joue un rôle symétrique dans le milieu pédagogique d’Asie du Sud, où il est utilisé par les musulmans pour traduire le savoir ayurvédique et par les hindous pour s’approprier un savoir médical et scientifique issu de la culture avicennienne.
(Traduction ourdoue du Mujarrabat-i Akbari d’Akbar Arzani, réalisée par Naṭnanḍ Naṭ en 1284-1867.)®

La tragédie grecque sur la scène universitaire au Japon et en France

LE CLUB DE TRAGÉDIE GRECQUE DE L’UNIVERSITÉ DE TOKYO ET LE GROUPE DE THÉÂTRE ANTIQUE DE LA SORBONNE

Jeudi 3 décembre 2020, 12h30 > 14h30

Rencontre publique par vidéoconférence zoom    

https://u-paris.zoom.us/j/86947458203?pwd=bXVBalNZRFFoL1BFWGtpUG1WR2JFdz09

Intervenants

Hiroshi Notsu, professeur de littérature comparée , Université de Shinshu, Matsumoto

Eve-Marie Rollinat-Levasseur, maître de conférences en langue et littérature française, Sorbonne-Nouvelle, Paris

Organisateur

Maxime Pierre, PRAG en langues et littératures anciennes, Université de Paris

Sur la base de documents d’archives japonais et français, cette rencontre confrontera deux expériences de théâtre universitaire qui ont marqué l’histoire de la mise en scène de la tragédie grecque  au vingtième siècle : le Club de Tragédie Grecque de l’Université de Tokyo et le Groupe de Théâtre Antique de la Sorbonne. Les deux présentations seront suivies d’un échange avec les intervenants.

Le Club de Tragédie Grecque de l’Université de Tokyo

Hiroshi Notsu, professeur de littérature comparée, Université Shinshu, Matsumoto

La première entreprise de mises en scène des tragédies grecques au Japon a été lancée par une troupe d’étudiants, bien avant celles par les professionnels de production théâtrale qui sont aujourd’hui bien connues, des Frères Kanze, Suzuki Tadashi, Ninagawa Yukio, Hira Mikijirō et Miyagi Satoshi. On a presque oublié aujourd’hui, même au Japon, le fait que « le club de recherches sur la tragédie grecque à l’Université de Tokyo», fondée en 1957 par sept étudiants inscrits au département de philosophie esthétique à la faculté des lettres a réussi à mettre en scène en plein air et devant un large public, onze pièces différentes de tragédie grecque au cours des treize ans de son activité (1957-1970). Nous montrerons comment ces étudiants ont eu l’idée de mettre en scène ces pièces et ont publié cinq tomes du bulletin annuel d’ « Études de la tragédie grecque ». Notre présentation sera illustrée par les photos que nous sommes actuellement chargé de numériser pour créer les archives en ligne du groupe.

Le Groupe de Théâtre Antique de la Sorbonne

Ève-Marie Rollinat-Levasseur, maître de conférences en langue et littérature françaises, Sorbonne Nouvelle, Paris

Si, de 1936 à 1970, le Groupe de Théâtre Antique de la Sorbonne n’a pas joué de pièces en grec ni en latin mais en français, l’aventure exceptionnelle de cette troupe de théâtre universitaire met en lumière de nombreux enjeux caractéristiques de la pratique théâtrale en contexte scolaire ou universitaire dans le cadre de l’apprentissage des langues, et en particulier dans celui des langues anciennes. Les archives conservées sont autant de traces qui témoignent de la façon dont la troupe a abordé la lecture et la mise en scène des textes anciens. Mais elles dévoilent aussi comment s’articulent la pratique théâtrale et le domaine des études dans le contexte institutionnel d’une université. L’histoire de cette troupe témoigne ainsi de ce que la pratique théâtrale vivifie le rapport aux textes anciens et à leur étude, permet aux élèves ou aux étudiants d’avoir un rôle actif dans leur apprentissage et de se former ensemble, dans l’enthousiasme et la solidarité, par l’expérimentation qu’implique la pratique théâtrale, laquelle engage l’être tout entier, corps et esprit.

Contact

maxime.pierre@u-paris.fr

Prochaine séance le 12 novembre

POUR UNE ANTIQUITÉ-MONDE : LA GRÈCE, ROME ET LES AUTRES

« Antiquité, territoire des écarts »

Programme initié et préparé par Carole Boidin, Tristan Mauffrey,
Maxime Pierre et Antoine Pietrobelli

12 novembre 2020

18h30 à 20h30

ATTENTION !

sur zoom à partir du site du CIPh : www.ciph.org “activités”
(ou https://us02web.zoom.us/j/87085475909)

Ron NAIWELD (CNRS)
« Le mythe biblique et son usage par quelques rabbins et jésuites »
Répondante : Kristina Mitalaité (Université Lyon 3 – Jean Moulin)

Aujourd’hui, une phrase comme « la Couronne a demandé » ou « l’Église a voulu » est tout à fait imaginable dans un discours historiographique… Mais une phrase qui commence par « Dieu a voulu » n’a pas de sens car on ne peut pas l’analyser et l’expliquer dans les termes de la réalité sociale. Et pourtant, il s’agit d’une structure symbolique qui tient ensemble des éléments distincts de la société, intervient dans leurs rapports et définit les règles du jeu. Sa volonté est le principe organisateur de plusieurs institutions et pratiques collectives et individuelles, à en croire les nombreux témoignages laissés par les sujets historiques.
À travers notre lecture des trois premiers chapitres du Livre de la Genèse, nous nous interrogerons sur la fonction anthropologique du
dieu biblique dans les sociétés européennes avant la modernité. Ce faisant, nous allons employer le texte biblique et sa lecture par les
rabbins français du Moyen Âge, pour critiquer la méthode actuelle des sciences sociales en ce qui concerne le fait religieux. Le savoir
rabbinique sur le mythe ancien nous permettra ainsi de décentrer notre regard et de questionner nos usages contemporains. Ce questionnement nous transportera ensuite sur un autre continent. Nous allons conclure avec une réflexion sur un cas spécifique : Qu’est-ce que le savoir  rabbinique sur le dieu biblique nous dit de la mission jésuite au Brésil colonial que l’historiographie ordinaire aurait du mal à exprimer ?

Prochaine séance le jeudi 8 octobre 2020

POUR UNE ANTIQUITÉ-MONDE : LA GRÈCE, ROME ET LES AUTRES

« Antiquité, territoire des écarts »

Programme initié et préparé par Carole Boidin, Tristan Mauffrey,
Maxime Pierre et Antoine Pietrobelli

Université de Paris , rue Thomas Mann 75013 Paris
(Métro ligne 14, bibliothèque François Mitterrand)
8 octobre 2020
18h30 à 20h30 en salle 677C (Grands Moulins 6ème étage)
sur zoom à partir du site du CIPh : www.ciph.org

ÉPICURE HÉRÉTIQUE
Aurélien Robert (laboratoire Sphere – UMR 7219 – Université de Paris)
Répondante : Julie Giovacchini (CNRS- Centre Jean Pépin)

Cette intervention a pour objet de contester l’idée traditionnellement admise d’un “retour d’Epicure” à la Renaissance, après un ensevelissement de sa mémoire depuis l’Antiquité. (Epicure aux enfers, Fayard, 2021).


Pour comprendre la réception médiévale d’Epicure, il faut distinguer l’image de l’épicurien hérétique, dont les théologiens faisaient usage dans leur théologie pastorale et que l’on retrouve au sixième cercle de l’Enfer chez Dante, et le discours savant qui tend, dès le XIIe siècle, à réhabiliter la figure historique du philosophe antique. Ce double discours s’explique par des usages différents de ces deux figures (la construction fictive de l’hérétique, la recherche philologique du vrai Epicure).


La représentation de l’épicurien en archi-hérétique n’est pas une construction médiévale; elle est née au IIe siècle, dans les polémiques entre juifs, chrétiens et païens dans les confins orientaux de l’Empire romain. A l’époque, les épicuriens étaient encore actifs dans l’arc qui va de l’actuelle Turquie à l’Egypte, là où se trouvaient les premières sectes chrétiennes rivalisant entre elles pour définir une orthodoxie. En même temps qu’était inventée l’idée d’hérésie, on associait les hérésies chrétiennes à des sectes philosophiques, jusqu’à parfois faire de l’épicurien l’hérétique par antonomase. Le Moyen Âge a donc hérité des catégories forgées dans l’apologétique et l’hérésiologie juives et chrétiennes et dont on retrouve aussi les traces dans la théologie islamique.


J’essayerai donc de définir la spécificité de l’usage qui en était fait au Moyen Âge, en insistant sur ce que j’appelle “le portrait biblique” d’Epicure. Dans un second temps, je présenterai l’image plus positive d’Epicure à travers un autre dossier important, celui des recueils de “Vies de philosophes” qui (re)fleurissent à partir du XIIIe siècle. On y trouve, bien avant la traduction latine de Diogène Laërce, des Vies d’Epicure, dont certaines le présentent comme un modèle de sagesse pour les chrétiens.

Séminaire octobre 2020

Prochaine séance le jeudi 12 mars

POUR UNE ANTIQUITE-MONDE : LA GRECE, ROME ET LES AUTRES

« Antiquité, territoire des écarts »

Programme initié et préparé par Carole Boidin, Tristan Mauffrey, Maxime Pierre et Antoine Pietrobel

Les Scythes d’hier et d’aujourd’hui

Anca DAN (Labex TransferS, CNRS – ENS Paris)

Discutant : Stéphane VERGER (EPHE)

Les nomades de la steppe eurasiatique, les « Autres » des Grecs, Romains ou Perses, ont fait l’objet de diverses constructions historiographiques dans l’Antiquité et à l’époque moderne. Que savons-nous aujourd’hui de ces peuples vivant du Nord de la mer Noire et du Caucase jusqu’à la Sibérie, qui n’ont pas laissé d’écrits mais qui ont inspiré à la fois la plus grande admiration et les pires craintes ? Que peut-on tirer des représentations littéraires et figurées ainsi que des reconstitutions savantes des derniers siècles sur ces populations des marges ? Quelle approche critique de l’historiographie actuelle faudrait-il privilégier ou (ré-)inventer pour expliquer, au mieux, ces populations, isolées autant qu’interconnectées, et l’imaginaire qu’elles ont inspiré ?

Dans cette introduction aux Scythes, nous abordons trois thématiques d’actualité dans la recherche. D’abord, nous discuterons les constructions ethniques et ethnographiques des Anciens (« Scythes » et autres) et des Modernes (originaires des
pays assignés aux Scythes ou d’ailleurs) qui ont imaginé les Scythes en tant que peuple ou groupe(s) de peuples, sur des bases géographiques, linguistiques, généalogiques ou archéologiques plus ou moins solides. Dans un deuxième temps, nous revisitons le
« miroir d’Hérodote », pour voir ce qui peut être encore retenu de la thèse ayant changé à jamais notre compréhension du « Barbare ». Nous finirons avec une découverte récente qui a surpris le monde savant et a secoué les hypothèses dont nous avions fait, à tort, des certitudes. L’inscription achéménide fragmentaire, en vieux
perse cunéiforme, découverte il y a deux ans sur la péninsule de Taman (Russie) pourrait être l’écho des contacts entre populations indigènes, Grecs et Perses dans le périmètre du futur Royaume du Bosphore (Ve s. av. J.-C.-IIIe s. apr. J.-C.), « premier royaume gréco-barbare de l’histoire » et « client » majeur de Rome.

Jeudi 12 mars 2020 18h30 – 20h30

Université Paris Didero, Bâtiment des Grands Moulins – 6e étage – Salle 681C

5 rue Thomas Mann – Paris 13e

Séminaire Anca Dan

Prochaine séance le jeudi 6 février à 18h30

Nicolas GRIMAL

Égyptologue, ancien directeur de l’IFAO du Caire, professeur au Collège de France

 

Discutante : Pascale BALLET

Professeur d’Histoire de l’art et d’Archéologie du monde romain à Paris-Nanterre

Les Egyptiens et les autres

 

La cosmogonie égyptienne dessine une carte des pays habités très particulière, puisque l’Égypte est le centre du monde, qu’elle investit progressivement, étendant les marches de sa civilisation avec le temps. Entre assimilation et acculturation, le statut de l’autre peut donc varier selon les époques, jusqu’à effacer les stigmates de l’altérité. Les effacer ou transformer l’identité égyptienne ?

La question se pose dans les deux sens: sur les rives du Nil, en Égypte même comme au Soudan, mais aussi chez ceux pour qui l’Égypte est une référence politique ou historique, de Byblos et Ougarit à la Perse, sans oublier, naturellement, Athènes et Rome.

Séminaire Nicolas Grimal

Université Paris Diderot, rue Thomas Mann 75013 Paris
(Métro ligne 14, bibliothèque François Mitterrand)
6 février 2020
18h30 à 20h30 en salle 681C (Grands Moulins 6ème étage)

SÉANCE du jeudi 9 janvier REPORTÉE a une date ULTÉRIEURE

En raison des difficultés de déplacement engendrées par la grève nationale  du 9 janvier 2020 la séance programmée ce jour-là est reportée à  une date ultérieure

18h30 à 20h30 en salle 681C (Grands Moulins 6ème étage)

Samra Azarnouche

École Pratique des Hautes Études, Section des Sciences religieuses, PSL
CNRS, UMR 8041 Centre de Recherche sur le Monde Iranien (CeRMI)

Discutant : Florian Audureau (Paris7- Diderot) 

ÉLEMENTS DE NEOPLATONISME DANS LE ZOROASTRISME
TARDO-ANTIQUE : ETUDES PRELIMINAIRES

                        La religion préislamique de la Perse, le zoroastrisme, doit son exceptionnelle longévité d’une part à la permanence de ses pratiques rituelles et d’autre part à la capacité d’adaptation et de mutation de certaines de ses croyances. Ces transformations doctrinales sont le plus souvent la conséquence naturelle d’une rencontre avec des courants religieux ou philosophiques qui représentent tantôt un défi pour la religion iranienne, tantôt une source d’inspiration, notamment dans le domaine fertile de la polémique religieuse. Cet enjeu est particulièrement décisif
pour la période de l’Antiquité tardive : pour un savant zoroastrien de cette période, la capacité de sélectionner et d’adapter les savoirs des doctrines non-zoroastriennes d’une manière pertinente s’apparenterait à une stratégie pour se placer avec eux sur un pied d’égalité. 

                        L’examen d’une vaste compilation zoroastrienne en langue moyen-perse (pehlevi), intitulé le Dēnkard ou
« Chapitres sur la doctrine religieuse » et partiellement inédit, a révélé plusieurs phases d’influence des notions
philosophiques grecques dans la pensée et la mythologie zoroastriennes. A l’appui de deux extraits (Dēnkard III.225
et Dēnkard IV.3-10) que nous replacerons dans leurs contextes iraniens, nous tenterons de mettre en évidence les
procédés mis en œuvre par le penseur iranien pour adapter des motifs et des doctrines du néoplatonisme
(spéculations plotiniennes sur la vision, et la doctrine de l’Un et de l’émanation de l’Intellect) au schéma zoroastrien,
et nous nous interrogeront sur la nature apologétique de l’objectif de ces emprunts (propagande religieuse et/ou
royale) dont certains aspects remontraient à l’époque du roi Khosrow Ier (531-579).

Séminaire Samra Azarnouche

Prochaine SÉANCE le jeudi 14 novembre

POUR UNE ANTIQUITE-MONDE : LA GRECE, ROME ET LES AUTRES

« Antiquité, territoire des écarts »

Programme initié et préparé par Carole Boidin, Tristan Mauffrey, Maxime Pierre et Antoine Pietrobelli

Maxime Pierre  et Antoine Pietrobelli

Université Paris Diderot, rue Thomas Mann 75013 Paris (Métro ligne 14, bibliothèque François Mitterand)

 14 novembre 2019

18h30 à 20h30 en salle 681C (Grands Moulins 6ème étage)

Corinne Bonnet

Université Toulouse – Jean Jaurès. ERC 741182. « Mapping Ancient Polytheisms. »

Hellénisme et micro-identités en Syrie : dans les pas de Méléagre de Gadara

Discutante : Florence Dupont (Paris7- Diderot)

Celui qui affirme « Ma nourrice est l’île de Tyr ; pour patrie attique, j’ai eu Gadara chez les Assyriens » (Nᾶσος ἐμὰ θρέπτειρα Τύρος: πάτρα δέ με τεκνοῖ Ἀτθὶς ἐν Ἀσσυρίοις ναιομένα, Γάδαρα) est un poète qui met en scène des identités multiples et qui en joue. C’est du reste lui aussi, Méléagre de Gadara, auteur d’une anthologie d’épigrammes intitulée La Couronne, que l’on date de 100 av. n.è., qui lance « Si je suis Syrien, quoi d’étonnant ? L’unique patrie, étranger, c’est le monde que nous habitons. » (εἰ δὲ Σύρος, τί τὸ θαῦμα; μίαν, ξένε, πατρίδα κόσμον ναίομεν) En partant d’une série de quatre épigrammes funéraires composées pour lui-même, on observera la manière dont Méléagre s’inscrit dans un paysage multiculturel au sein duquel les références « identitaires » sont utilisées de manière subversive. On s’interrogera sur l’appartenance revendiquée à l’hellénisme et on scrutera son articulation avec diverses micro-identités (Tyr, Gadara) dans un Proche-Orient hellénistique que l’on dit « hellénisé ».

Corinne Bonnet Méléagre exemplier

Séminaire Corinne Bonnet

Antiquité, territoire des écarts

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search