Journées d’études CHORUS organisées par Maxime Pierre

INTERACTIONS CHORALES. Interactions entre chœur et acteurs dans la tragédie grecque ancienne : quelle construction commune ? 

Présentation

Ces dernières années, le chœur tragique a fait l’objet d’une attention renouvelée : comme le rappelle Claude Calame, faisant écho à Nietzsche, la tragédie grecque antique est avant tout une « tragédie chorale ». Cette choralité joue à Athènes un rôle tout à fait spécifique :  les choreutes, recrutés parmi les citoyens, participent par leurs danses et leurs chants aux concours théâtraux des Grandes Dionysies. Le double ancrage de la performance chorale dans le rituel de la cité démocratique d’Athènes et dans le drame tragique produit une voix collective caractérisée par une polyphonie. Deux ouvrages récents reviennent sur cette choralité : dans Choral Constructions in Greek Culture, Deborah Tarn Steiner explore l’imaginaire des formes chorales à Athènes dans la danse et le chant tandis que Renaud Gagné et Marianne Givers Hopman dans Choral Mediations in Greek Tragedy rendent compte des phénomènes complexes de médiation portées par le chœur.  Cette réflexion sur le chœur s’inscrit dans une plus vaste réflexion contemporaine sur le « commun » : pour notre modernité, l’imaginaire du chœur d’égaux chantant et dansant à l’unisson renvoie à l’idéal démocratique de l’Athènes ancienne. Vincent Azoulay et Paulin Ismard ont rappelé comment « faire cité » à Athènes c’est « faire chœur » au travers des formes collégiales du politique. Cet horizon démocratique est abordé dans l’ouvrage d’Estel Baudou, Créer le chœur tragique, qui explore la façon dont les mises en scène modernes des tragédies anciennes à la fin du vingtième siècle cherchent, dans leur usage du chœur, à reconstruire du « commun » dans une Europe où le politique est en crise.

Les deux journées d’étude que nous proposons visent à prolonger ces réflexions en analysant les interactions entre le chœur tragique et les autres acteurs en scène. Nous en explorerons les modalités spectaculaires dans l’Antiquité grecque et dans les mises en scène contemporaines.

Programme

VENDREDI 17 MAI 

9h Accueil et installation

9h15 Ouverture – Maxime Pierre – CERILAC, Université Paris Cité

9h30-10h15 – Claude Calame  – EHESS, AnHIMA, Paris

« Polyphonies chorales : interactions entre les protagonistes de l’action tragique dramatisée, les choreutes et la divinité »

Session 1 :  Interactions chorales et spectateurs

Présidence : Anne-Sophie Noël – Hisoma, École Normale Supérieure de Lyon

10h15-11h – Rocco Marseglia – AnHIMA, Paris

Entrer et sortir de l’illusion : l’interaction chœur / acteur comme opérateur multi-modal de théâtralité

Pause café

11h15-12h – Déborah Bucchi  – AnHIMA, Paris

La relation père-filles dans Les Suppliantes et le Prométhée enchaîné d’Eschyle ou la fabrication d’un espace divin collectif

12h-12h15 : discussion

Session 2 : Interactions conflictuelles

Présidence : Michel Briand  – FoReLLIS, Université de Poitiers

14h15-15h – Miku Sueyoshi  – University of Cambridge

Word full of respect, world full of conflict: leaders and creation of tension in the Antigone

15h-15h45 – Théa Escoubet  – Université Paris Cité

Le chœur face au protagoniste dans le premier épisode des Suppliantes d’Eschyle

15h45-16h : discussion

Pause café

Session 3 :  Politique des interactions chorales

Présidence : Cyril Vettorato – CERILAC, Université Paris Cité

16h15-17h – Estel Baudou – University of Lincoln

Émotions politiques / Politique de l’émotion. Mises en scène du chœur tragique dans l’Europe néo-libérale

17h17h45 – Donato Lacirignola  – Université Bordeaux Montaigne

Au chœur d’Antonia Ngoni de Jean-Felhyt Kimbirima : un « rituel de guérison » pour Créon

17h45-18h : discussion

SAMEDI 18 MAI

Session 4 :  Interactions chorégraphiques

Présidence : Rocco Marseglia – AnHIMA, Paris

9h15-10h  – Michel Briand – FoReLLIS, Université de Poitiers

Interactions kinesthésiques, choralités et jeux de fiction et performance dans les Bacchantes d’Euripide

10h-10h45  – Maxime Pierre – CERILAC, Université Paris Cité

Interactions chorégraphiques dans la première Médée de Ninagawa (1978)

Pause café

11h-11h45 – Matteo Capponi  – Université de Lausanne

Re-créer un chœur. Réflexions à partir d’une expérience pratique de mise en scène du Ploutos

11h45-12h : discussion

12h : clôture

Ces journées d’étude s’inscrivent dans le cadre du programme IDEX Emergence recherche « CHORUS Les arts de la parole, entre voix singulière et corps social ».

Informations pratiques

Adresse : Université Paris Cité, Bâtiment des Grands Moulins, / salle 685C (Pierre Albouy), Esplanade Vidal-Naquet / Hall. C, 6e ét./ Paris 13e, Métro 14, RER C, Tramway T3A, Bus 62,89 / arrêt Bibliothèque François Mitterrand

Organisation : Maxime Pierre, Contact : maxime.pierre@u-paris.fr

« Les réinventions de l’Antiquité »

Gaëlle Bourges (chorégraphe, association Os) et Charitini Tsikoura (chorégraphe et docteure en études théâtrales, Université Paris Nanterre),
qui interviendront sur

Danse contemporaine et Antiquité classique : chimères, détournements, pillages

La séance du séminaire aura lieu, de 18h à 20h à l’Université Paris-Cité, Site des Grands Moulins (accès : 5 rue Thomas Mann ou 10 esplanade P. Vidal-Naquet), bâtiment C, salle 695. Elle sera diffusée simultanément en visioconférence, avec le lien https://pantheonsorbonne.zoom.us/j/94662614783 (code d’accès : 628038).

Les danses de l’Antiquité dite classique, du chœur en Grèce archaïque à la pantomime gréco-romaines, sont des chimères, tout au long de l’histoire de la danse occidentale, savante, de spectacle, voire populaire, de la première modernité à la danse baroque, danse moderne et contemporaine. Même en dehors des reconstructions se voulant archéologiques, à partir de sources textuelles et iconographiques pourtant toujours fragmentaires et biaisées, ces danses sont prétexte au développement d’un imaginaire et d’une créativité orchestique qui en disent plus sur l’artiste moderne (p. ex. I. Duncan et V. Nijinsky) ou contemporain (D. Papaioannou, M. Monnier, T. Harrell, et al.) et son public, que sur les pratiques et représentations anciennes. Un mode de ré-activation typique est le détournement, riche de jeux de nostalgie, de pastiche ou de parodie, d’enjeux éthiques et esthétiques à la fois, et d’effets d’anachronisme et d’écart. Certaines créations sont de l’ordre du pillage, rapprochant arts de la performance et arts visuels et plastiques, quand le corps dansant s’immisce dans un patrimoine, traversé de rapports de pouvoir et savoir. Les deux invitées à cette séance du séminaire ATR, G. Bourges, à partir de sa pièce OVTR (ON VA TOUT RENDRE) (2021), dont la protagoniste est la caryatide de l’Érechthéion, pillée par Lord Elgin, avec tant d’autres marbres du British Museum, et Charitini Tsikoura, en lien avec sa thèse (Antigone et Médée dans la danse : perspectives genrées (France, Grèce, Royaume-Uni), 2020), aborderont ces questions en tant que danseuses et chorégraphes, et chercheuses, qu’intéresse le rapport complexe, intempestif, entre antique et contemporain, toujours à redéfinir dans leur interaction dynamique et paradoxale.    

LES REINVENTIONS DE L’ANTIQUITE « Antiquité, territoire des écarts »

Maxime Pierre (Cerilac, Université Paris-Cité)
Karen Twidle (artiste-chercheuse)

« La réinvention de Médée par l’utilisation de deux traditions scéniques contrastées : le nô et le kathakali »

Jeudi 28 mars, 18h-20h, Université de Paris-Cité
Site des Grands Moulins, bâtiment C, salle 695
La conférence sera diffusée simultanément en visioconférence :
https://pantheonsorbonne.zoom.us/j/94662614783
Code d’accès : 628038

En prenant comme point de départ deux créations distinctes de Médée, l’une tirée d’Euripide et des arts performatifs du Kerala en Inde, l’autre de Sénèque et du théâtre nô du Japon, nous souhaitons explorer les rouages et enjeux d’une pratique artistique interculturelle. Comment le mythe et le personnage de Médée prennent-ils forme dans la cadre d’une pratique extra-européenne ? Quelle lumière ces formes théâtrales peuvent-elles jeter sur le personnage, la tragédie grecque ou romaine ? Quels sont les enjeux d’adaptation et de traduction dans ce type de création ?

Médéamorfosis a été créé suite à de nombreuses résidences artistiques et de recherche ethnographique en Inde et en France entre 2012 et 2017. L’adaptation, tirée d’Euripide, met en scène le passage à l’acte de Médée, son dialogue intérieur et le dialogue de sourds entre elle et le chœur. Prenant comme source le kathakali (dans la structure de la pièce et la pratique corporelle), et puisant dans d’autres traditions rituelles ou performatives du Kerala (Kutiyattam, Teyyam et Bharani), la création est un seul-en-scène sur toile de fond filmique, chanté en grec ancien. Il s’agira notamment d’explorer comment arriver à un distillé de sens sans perdre la polysémie, ni du mythe, ni du personnage, ni de la forme.

Créé en juin 2023 par la compagnie Sangaku, Medea est une adaptation de la tragédie de Sénèque sous forme de nô en français. Il s’agissait pour les artistes de réinsuffler de la vie au texte en retrouvant dans l’art du nô les techniques perdues de la tragédie : le rituel, la danse, la musique, les masques, la choralité. Faire passer Médée dans des techniques japonaises en français, c’était également répéter le geste romain consistant à incorporer les techniques grecques dans la langue latine : une traduction interculturelle. Travail dont nous retracerons les étapes : transposer le texte de Sénèque par la composition d’un livret et d’une musique de nô, puis entrainer des chanteurs et des acteurs à discipliner leur corps et leur voix dans cette forme inédite en français.

LES REINVENTIONS DE L’ANTIQUITE

Mélanie Bost-Fievet
Université de Rouen (CéRéDI)

« Antiquité et agentivité : le jeu vidéo
comme terrain d’expérimentation de
l’imitatio »

Jeudi 29 février, 18h-20h,
Université de Paris-Cité
Site des Grands Moulins, bâtiment C, salle 695

La conférence sera diffusée simultanément en
visioconférence :

https://pantheonsorbonne.zoom.us/j/93383505787

Code d’accès : 731253

Le jeu vidéo contient une profusion parfois confuse de renvois et clins d’œil à l’univers de la mythologie qui contribue paradoxalement à l’immersion dans le monde secondaire du jeu : plus la contaminatio des modèles est grande, plus elle gomme l’évidence de chaque référence singulière, renforçant l’impression d’explorer un univers à la fois décodable et nouveau. Ma réflexion autour de ces références se situera au carrefour des études sur la réception et des analyses du medium vidéoludique, puisque sa spécificité est de reposer sur l’implication du joueur dans l’interaction avec le monde et ceux qui le peuplent. J’espère donc esquisser quelques pistes autour de ce questionnement : comment l’imitatio antique est-elle mise au service du sentiment d’agentivité dans la progression du joueur ?

Trois mécaniques vidéoludiques font appel à cette agentivité : l’exploration, le combat et le choix. Pour chacune s’opère la réactivation des références antiques telles que les Enfers, la métamorphose ovidienne et la légion romaine. D’abord, je m’intéresserai à la manière dont le RPG d’action-aventure Assassin’s Creed : Odyssey et le rogue-like Hades s’emparent des catabases épiques pour en bouleverser la carte, passant d’une description linéaire à une logique de quêtes dessinant des trajectoires complexes dans un décor aux dimensions nouvelles où le joueur devient héros actif et non spectateur de passage. Ensuite, j’esquisserai les héritages diffus de la métempsychose qui me semblent à l’œuvre dans le temps fort vidéoludique que constituent les combats de boss, dont l’économie joue sur la reviviscence de l’ennemi sous une forme nouvelle, souvent hybridée. Quand ce ne sont pas le joueur et, en même temps que lui, le monde qui se trouvent pris dans un cycle apparemment sans fin de réincarnations amnésiques, comme dans The Forbidden City, jeu de time-loop en huis clos. Enfin, j’essaierai de dégager quelques emprunts à une histoire militaire antique fantasmée dans deux RPG se déroulant dans des univers a priori éloignés de toute référence antique, l’un de fantasy médiévalisante (Skyrim) et l’autre de post-apo (Fallout : New Vegas), pour montrer comment ces signifiants sont convoqués pour informer les choix que doit opérer le joueur dans les conflits qui ravagent le monde avec lequel il interagit.

LES REINVENTIONS DE L’ANTIQUITE

Médée en BD : figure antique, enjeux contemporains

Blandine Le Callet (Université Paris-Est Créteil, romancière, essayiste, scénariste de BD) et Nancy Peña (autrice de BD et illustratrice)

Jeudi 25 janvier, 18h-20h, Université de Poitiers
UFR lettres et langues, amphithéâtre Simone de Beauvoir

La conférence sera diffusée simultanément en visioconférence :

https://univ-poitiers.webex.com/meet/michel.briand

Les références à l’Antiquité classique, surtout grecque et romaine, mais aussi égyptienne, biblique, etc. jouent un rôle majeur dans l’histoire des divers genres de BD, des comics aux mangas, ou de la fiction historique à la fantasy. L’intégrale les quatre volumes de Médée, publiée en 2021, chez Casterman, est un espace d’investigation singulier et suggestif pour plusieurs questions en rapport direct ou non avec la question des réactivations de figures antiques. Par un dialogue entre et avec deux autrices reconnues, pour le scénario et pour le dessin, cette séance du séminaire d’ATE sur les réinventions de l’Antiquité abordera un ensemble de questions à l’intersection des enjeux les plus contemporains des études dites classiques, associées aux études transmédiales et féministes, notamment. On s’intéressera bien sûr à Médée, barbare, magicienne, monstre, et à ce que son histoire, ici à la première personne, dit aussi de notre temps, par un jeu d’écart, mais aussi au rapport texte/image, ainsi qu’aux effets de narration et représentation, par lesquels passe cette réactivation originale d’une figure majeure, à la fois ancienne et contemporaine. Cette rencontre est aussi soutenue par l’association Guillaume Budé et par les parcours de Master de l’Université de Poitiers LCI (Littératures et cultures de l’image), LiMés (Livre et médiations : édition, commercialisation et vie littéraire) et Bande dessinée.

LES RÉINVENTIONS DE L’ANTIQUITÉ

« Mythe et marionnette : territoires de nos imaginaires intimes et politiques »

Camille Trouvé

Les Anges au plafond, CDN de Normandie

Jeudi 21 décembre, 18h-20h, Université de Paris-Cité, salle 695C

La conférence sera diffusée simultanément en visioconférence :

https://meet.google.com/fia-isma-zto

Sous ses allures d’origine intouchable, le mythe
offre, par sa plasticité, une caisse de résonance
aux enjeux collectifs les plus contemporains
aussi bien qu’à l’exploration de relations plus
attachées à la sphère du particulier, notamment
celle qui interroge le rapport de soi à soi à
travers les mécanismes de l’inconscient.
Comme le mythe, la marionnette permet de
mettre en forme ce qui se noue entre l’intime et
le politique : la séance voudrait questionner
cette affinité de la marionnette et du mythe, en
tant qu’ils sont deux lieux disponibles à
l’imaginaire de soi et de l’autre, deux artefacts
travaillés l’un par l’autre pour dire l’intrication
des questionnements qui nous traversent. La
réflexion, portée par Camille Trouvé et Brice
Berthoud, s’appuiera sur le “triptyque antique”
de la compagnie Les Anges au plafond : Une
Antigone de papier
, Au fil d’Œdipe et L’oiseau
de Prométhée
.

COLLOQUE

Litterae latinae

Pour une histoire littéraire de Rome

Y a-t-il une littérature à Rome ? Autrement dit, ce que nous nommons aujourd’hui littérature, avec toutes les qualités et fonctions qui y sont habituellement attachées, existait-il déjà dans l’Antiquité romaine ? La question a été posée sans relâche par Florence Dupont dans toute son œuvre de latiniste et d’helléniste, l’une des plus originales et marquantes des cinquante dernières années. Elle y revient tout récemment dans sa monumentale Histoire littéraire de Rome : de Romulus à Ovide, une culture de la traduction (Armand Colin, 2022). Cette approche anthropologique et sociale des objets dits littéraires intéresse évidemment le comparatisme, et c’est pourquoi il a paru important de réunir professeurs du Collège de France et spécialistes de diverses disciplines (littératures, droit, histoire) et de diverses périodes et aires culturelles pour réfléchir ensemble à la question du littéraire à Rome.

Mais la publication de cet ouvrage est aussi l’occasion de croiser les regards portés aujourd’hui par les lecteurs de Florence Dupont sur son travail, sur les voies qu’il ouvre ou les questions qu’il contribue à renouveler, au carrefour de ces mêmes disciplines. C’est pourquoi il est donné, dans un deuxième temps, une large place au dialogue et au débat entre collègues, autour d’enjeux soulevés par le livre qui leur paraissent éclairer leurs propres pratiques scientifiques et pédagogiques. D’un itinéraire à l’autre, c’est à chaque fois un rapport créatif et critique à l’Antiquité grecque et romaine qui est collectivement interrogé.

Partenaires du colloque : Collège de France, Chaire Littératures comparées ; Université Paris Cité, CERILAC ; Anhima (CNRS) ; Université Sorbonne Nouvelle, CERC ; Université Paris Nanterre, UFR PHILLIA, Littérature et poétique comparées ; Antiquité Territoire des Écarts.

Le colloque ne sera pas diffusé en visioconférence. Le Collège de France assurera la captation des sessions du vendredi 13, qui seront ensuite mises en ligne sur la page https://www.college-de-france.fr/fr/agenda/colloque/litterae-latinae-pour-une-histoire-litteraire-de-rome

PROGRAMME

Journée du vendredi 13 octobre

Collège de France, Amphithéâtre Guillaume Budé
(11, place Marcelin Berthelot 75005 Paris)

9h Ouverture du colloque

William Marx (Collège de France), Jean-François Cottier (Univ. Paris Cité / IUF) et Emmanuelle Valette (Univ. Paris Cité)


Présidence Claude Calame (EHESS)


9h30 Discussion entre William Marx (Collège de France) et Florence Dupont (Paris Cité)

10h30 Pause

Présidence Arnaud Zucker (Univ. Côte d’Azur)

10h50 Vinciane Pirenne-Delforge (Collège de France)

« Des Romains aussi bizarres que les Grecs »


11h30 Patrick Boucheron (Collège de France) et Stéphane Gioanni (Univ. Lumière Lyon 2)
Une histoire littéraire de Rome : questions de périodisation

12h30 Déjeuner

Présidence Jean-François Cottier (Univ. Paris Cité / IUF)

14h30 Dario Mantovani (Collège de France)
Les juristes dans et hors de la littérature latine

15h10 Aaron Kachuck (Univ. catholique de Louvain)
Quid velint flores : les banquets chez Horace

15h50 Pause

Présidence Tristan Mauffrey (Univ. Sorbonne Nouvelle)

16h10 Mireille Corbier (CNRS)
Inscrire sa trace


16h50 Alexandre Gefen (CNRS)
Florence Dupont et l’approche anthropologique des études littéraires

Présidence Carole Boidin (Univ. Paris Nanterre)

17h30 Tiphaine Samoyault (EHESS) et Omar Fertat (Univ. Bordeaux Montaigne)
Table ronde « Rome fut une perpétuelle traduction » : réflexions théoriques et pratiques autour de l’acclimatation culturelle

18h30 Fin

Journée du samedi 14 octobre

Université Paris Cité, Campus des Grands Moulins, Amphithéâtre Alan Turing (bât. Sophie Germain, RDC aile droite, Place Aurélie Nemours, 75013 Paris)

9h Ouverture de la seconde journée du colloque par les organiseurs

Présidence Catherine Baroin (Univ. Rouen Normandie)

9h30 Claude Calame (EHESS)

Litterae graecae ? La tragédie grecque entre fiction poétique et acte rituel

10h Mickaël Ribreau (Univ. Sorbonne Nouvelle)

“Le traité à Rome, ça n’existe pas” : pour une lecture pragmatique de la transmission du savoir
10h30 Cyril Rouanet (Univ. Paris Nanterre / Collège de France)

L’otium : mutations d’une catégorie indigène entre le Haut Empire et le début du Haut Moyen-Âge

11h Discussion et Pause

11h30 Table ronde ‘Enseigner‘ – modérateur Vivien Longhi (Univ. de Lille) avec Adeline Adam (ATE, enseignante du secondaire, Montreuil), Romain Brethes (ATE, enseignant en CPGE et à Sciences Po, Paris), Marie Fontana-Viala (ATE, enseignante en CPGE, Paris), Marie Saint-Martin (ATE, enseignante en CPGE, Saint-Maur-des Fossés)

13h Déjeuner


14h Table ronde ‘Théâtre’ modérateur Maxime Pierre (Univ. Paris Cité) avec Céline Candiard (Univ. Lumière Lyon 2), Pierre Katuszewski (Univ. Bordeaux Montaigne), Pierre Letessier (Univ. Sorbonne Nouvelle)


15h Table ronde ‘Identités, transferts‘ – modératrice Sandra Boehringer (Univ. Strasbourg) avec Michel Briand (Univ. Poitiers) et Antoine Pietrobelli (Univ. Franche-Comté)


16h Pause


16h30 L’Histoire littéraire de Rome reçue par les collègues de l’UFR LAC modératrice Emmanuelle Valette (Univ. Paris Cité)

avec Inès Cazalas (Univ. Paris Cité), Rachel Darmon (Univ. Paul Valéry), Amandine Mussou (Univ. Paris Cité), Cyril Vettorato (Univ. Paris Cité), Jean Vignes (Univ. Paris Cité).

Usages identitaires de l’Antiquité

Hégémonie culturelle, appropriation, émancipation

31 août 2022
Université de Genève – Phil 201
1er – 3 septembre 2022
Fondation Hardt

Lien Zoom : https://unige.zoom.us/j/65129904803

             La référence à l’Antiquité est omniprésente dans les discours contemporains, des plus savants aux plus ignorants. Cette Antiquité placée aux origines et donnée comme une évidence n’est pas vraiment une période historique. C’est une Antiquité essentialisée, un concept moderne qui se cache sous le sérieux de l’Histoire. Comme le révèlent ses différents usages politiques, philosophiques, anthropologiques et autres, l’Antiquité s’avère une catégorie polymorphe qui conjoint la puissance du mythe et le prestige de la science.
              Le but de ces rencontres est d’initier une déconstruction des imaginaires contemporains de l’Antiquité, en en faisant l’archéologie comme concept et comme mythe modernes, dans un champ volontairement limité d’investigation : ses usages identitaires.
             En effet, l’Antiquité est instrumentalisée par des discours identitaires majoritaires. Elle sert à construire des « grands récits » nationaux et à faire oublier la stratification et l’hybridation permanentes des sociétés. Inversement, elle offre aux minorités qui cherchent
à exister, des langages et des modèles de dissidence.
              Pour faire l’archéologie de ce concept imaginaire, on peut d’abord se demander si l’Antiquité est une notion antique (grecque ou latine) ? Quand surgit en Europe, au sens large, cette référence à une identité gréco-romaine, qu’il convient sans cesse d’activer et de réactualiser ? À la Renaissance ? À l’âge classique ? Comment ce temps des origines est-il
mobilisé dans d’autres aires culturelles que l’Europe, en Afrique, en Inde, en Chine ou au Japon ?
             Les grands récits identitaires des XIXe et XXe méritent d’être critiqués jusque dans leurs plus lointains prolongements, car ils ont irradié dans toutes les sciences humaines et l’on n’a pas fini d’en suivre les avatars. Pourtant l’Antiquité classique n’est pas qu’un conservatoire
des identités, c’est aussi un laboratoire pour en inventer de nouvelles. L’Antiquité autorise : elle est présente dans les imaginaires révolutionnaires, américain, français ou marxiste. L’Antiquité autorise aussi les subjectivités dissidentes en particulier sexuelles, comme son « appropriation » queer.

Programme

31 août 2022

17:30 –19:00 Table ronde à l’Université de Genève : « Usages identitaires de l’Antiquité : hégémonie culturelle, appropriation, émancipation » avec M. BRIAND, R. BRETHES, C. BOIDIN, F. DUPONT, C. BRISSET, A. PIETROBELLI et D. JAILLARD (modérateur)1 er septembre 2022

9:00 – 9:30 Accueil et introduction

SESSION 1 : INTERROGER LA CATEGORIE « ANTIQUITE »

Présidence de séance : Samuel GUEX (Université de Genève)

9:30 – 10:15 Conférence 1 : Florence DUPONT (Université Paris Cité)
Le passé antérieur
10:15 – 11:00 Conférence 2 : Tristan MAUFFREY (Université Sorbonne Nouvelle)
Les antiquités sont-elles comparables ?
11:00 – 11: 15 Pause

SESSION 2 : ANTIQUITES NATIONALES
Présidence de séance : Jean-François COTTIER (Université Paris Cité)

11:15 – 12:00 Conférence 3 : Macha SPOEHRLE (Université de Genève)
La quête de l’Antiquité dans le Japon moderne
12:00 – 14:00 Déjeuner
14:00 – 14:45 Conférence 4 : Consuelo MANETTA (University of Exeter)
Archeology and the fostering of national identity and collective memory in Bulgaria between 1878 and the post-Communist Era
14:45 – 15:30 Conférence 5 : Anca DAN (CNRS, Laboratoire AOROC)
Antiquités scythes : d’Hérodote aux post-processual & landscape archaelogies
15:30 – 15:45 Pause

SESSION 3 : ÉMANCIPATIONS
Présidence de séance : Dominique JAILLARD (Université de Genève)

15:45 – 16:30 Conférence 6 : Michel BRIAND (Université de Poitiers)
(Re)danser l’Antiquité grecque : essentialismes et primitivismes, destructions et torsions
16:30 – 17:15 Conférence 7 : Martin RUEFF (Université de Genève)
La Grèce anti-fasciste de Pavese
19:00 Dîner

2 SEPTEMBRE 2022

SESSION 1 : MATHEMATIQUES ANCIENNES ET IDENTITES NATIONALES
Présidence de séance : Florence DUPONT (Université Paris Cité)

9:00 – 9:45 Conférence 8 : Karine CHEMLA (CNRS, Laboratoire SPHERE)
                          Éléments d’histoire de l’antiquité mathématique
9:45 – 10:30 Conférence 9 : Agathe KELLER (CNRS, Laboratoire SPHERE)
                             Usages identitaires de l’Antiquité dans l’histoire des mathématiques en Inde
10:30 – 10:45 Pause

SESSION 2 : LA GRECE ET ROME
Présidence de séance : Antoine PIETROBELLI (Université de Besançon)

10:45 – 11:30  Conférence 10 : Lorenz BAUMER (Université de Genève)
                                 À chacun son Parthénon – modélisations d’une Antiquité imaginée
11:30 – 12:15 Conférence 11 : Claude CALAME (EHESS)
                                L’Europe contre migrantes et migrants : usages identitaires de l’historiographie
grecque
12:15 – 14:00 Déjeuner
14:00 – 14:45 Conférence 12 : Francesco MASSA (Université de Fribourg)
                                 Are we Rome ? La chute de l’Empire romain dans les discours politiques du XXIe siècle

SESSION 3 : APPROPRIATIONS ET ACCULTURATIONS
Présidence de séance : Claire BRISSET (Université de Genève)

14:45 – 15:30 Conférence 13 : Romain BRETHES (CRNS, Laboratoire ANHIMA)
                                 Les Anciens sont-ils des sauvages comme les autres ? Antiquité, reconstructionnisme et pratiques d’acculturation
15:30 – 15:45 Pause
15:45 – 16:30 Conférence 14 : Maxime PIERRE (Université Paris Cité)
                                 « Brevets d’hellénisme » : le théâtre japonais perçu par les puissances coloniales au tournant de l’ère Meiji
19:00 Dîner

3 SEPTEMBRE 2022

SESSION 1 : ANTIQUITE ET FASCISME
Présidence de séance : Francesco MASSA (Université de Fribourg)

9:00 – 9:45 Conférence 16 : Antoine PIETROBELLI (Université de Besançon)
                           Identités helléniques et néopaganisme : de l’empereur Julien à Aube dorée
9:45 – 10:30 Conférence 17 : Vivien LONGHI (Université de Lille)
                             L’Antiquité pour excellence. Réflexions autour des écrits pédagogiques de Giovanni Gentile
10:30 – 10:45 Pause

SESSION 2 : RENAISSANCES
Présidence de séance : Jan BLANC (Université de Genève)

10:45 – 11:30 Conférence 18 : Jean-François COTTIER (Université Paris Cité)
                                 Virgile en nouvelle France, où comment faire des Hurons des Troyens comme les autres
11:30 – 12:15 Conférence 19 : Mathilde JACCARD (Université de Genève)
                                 Retour d’exil : l’appropriation du patrimoine étrusque par l’hégémonie médicéenne vers 1500
12:15 – 14:00 Déjeuner

Présidence de séance : Michel BRIAND (Université de Poitiers)
14:00 – 14:45 Conférence 20 : Carole BOIDIN (Université Paris Nanterre)
                                 Antiquités phénico-puniques : du « mythe phénico-punique » et de ses usages
14:45 – 15:30 Conférence 21 : Marie SAINT-MARTIN (Université Paris-Sorbonne, CRLC)
                                 Jean Lemaire de Belges et le mythe des origines troyennes : stratégie d’anoblissement des Francs par le détour troyen
15:30 – 15:45 Pause
15:45 – 16:30 Conclusion

Antiquité, territoire des écarts’

Le séminaire de recherche associé à ATE est en suspens pour 2021-22 afin qu’un nouveau projet puisse être élaboré. 

Les perspectives tracées au cours des dernières années donneront cependant lieu, si tout se passe bien, à la publication d’un numéro de la revue Anabases et à la tenue d’un colloque (mai 2022) en partenariat avec l’université de Genève et la Fondation Hardt.

Très prochainement, l’association ouvrira le chantier d’une réflexion collective sur les “master-classes” et, plus largement, sur nos prochaines activités concernant l’interaction entre l’enseignement secondaire et la recherche universitaire dans le domaine des cultures anciennes.

PROCHAINE SÉSSION LE JEUDI 20 mai À 18H30

ATTENTION !
sur zoom à partir du site du CIPh : www.ciph.org “activités”
(ou https://us02web.zoom.us/j/87085475909)r

Cyril Rouanet (Université Paris Nanterre)

Répondante : Carole Boidin (Université Paris Nanterre)

« L’Asclepius : façon de faire l’Égyptien dans la culture romaine »

Composé en latin, l’Asclepius occupe une place particulière au sein du corpus attribué à Hermès Trismégiste : il est le seul traité hermétique dont ait disposé l’Occident médiéval, essentiellement latinophone. Ce texte, et peut-être davantage encore l’hermétisme lui-même, sont considérés comme les produits d’une secte égyptienne hellénophone, dont l’Asclepius ne serait qu’un ersatz, à des fins de propagande auprès de groupes moins éduqués.

S’il est vrai que, depuis les travaux philologiques de Marsile Ficin au XVe siècle, ce texte est considéré comme un membre du corpus hermétique, dont « l’original grec » aurait été perdu, le point de vue médiéval est différent. Loin de constituer une catégorie aux limites claires, l’hermétisme, en tant que système, est davantage une invention moderne qu’une réalité antique ou médiévale.

Je m’attacherai à faire un travail d’archéologie de l’Asclepius, en montrant comment il s’intègre à la bibliothèque latine. D’une part, j’examinerai la tradition manuscrite de l’Asclepius, dont l’histoire est mêlée à celle des opuscules philosophiques d’Apulée. D’autre part, je m’intéresserai aux phénomènes d’« orientalisation » présents dans la culture romaine impériale, qui montrent que Rome n’a pas seulement été pénétrée de courants égyptiens, mais qu’elle a plutôt fabriqué sa propre Égypte. Si ces phénomènes sont connus pour l’histoire de l’art, ils ne sont en revanche presque jamais appliqués à la tradition scripturaire ; pourtant, l’histoire même de l’Asclepius montre que ce texte a fait l’objet de différents usages et réappropriations.

Affiche Cyril Rouanet

prochaine séssion le jeudi 8 avril à 18h30

ATTENTION !
sur zoom à partir du site du CIPh : www.ciph.org “activités” (ou https://us02web.zoom.us/j/87085475909)

Madalina Dana (Université Lyon 3)

Laboratoire HiSoMA

Répondant : Michel Briand (Université de Poitiers)

« Les centres culturels régionaux en Asie Mineure : modélisation des pratiques et adaptations locales »

En dépit du pouvoir dattraction des grands centres, un cadre plus familier était offert aux Grecs par lecis de moindre envergure, dans leur région ou des régions voisines. Ces centres plus accessibles jouaient un rôle essentiel dans la circulation des mtres et des disciples. La polarisation se faisait autour des écoles (rhétoriques, mathématiques, médicales), des institutions ou bien des personnalis remarquables, les fameux andres axiologoi kata paideian mentionnés par Strabon.

La géographie intellectuelle de Strabon nous servira de guide. Si le géographe laisse de côté les grands centres comme Athènes, Alexandrie ou Rome, c’est pour concentrer ses notes biographiques sur l’Asie Mineure, sa patrie culturelle. Strabon fait ainsi l’éloge de plusieurs cités, micrasiatiques, comme Mytilène, Rhodes, Éphèse, Lampsaque, Tralles, Halicarnasse, Pergame, Tarse ou Nysa, son propre centre de formation, qui a bénéficié d’une attention spéciale dans cette entreprise de « décentralisation » et de mise en avant des centres régionaux d’Asie Mineure.

Le paradoxe est que l’éclat local de la vie culturelle était donné par l’ampleur de la mobilité et des réseaux dont la cité bénéficiait. Le globalisme n’exclut pas le localisme, au contraire, les différents visages du local, et tout particulièrement intellectuels, émergent et sont nourris par la large diffusion des pratiques et des savoirs qui caractérisent les époques hellénistique et impériale.

Affiche Madalina Dana

PROCHAINE session le jeudi 11 mars à 18H30

18h30 à 20h30

ATTENTION !

sur zoom à partir du site du CIPh : www.ciph.org “activités”

(ou https://us02web.zoom.us/j/87085475909)r

Pascale Ballet

Professeure d’Histoire de l’art et Archéologie du monde romain Université Paris Nanterre (UMR 7041– ArScAn)

Répondante : Anca Dan ( Labex TransferS, CNRS- ENS Paris)

« Société(s) d’Alexandrie et multiculturalité. Le poids des images. »

Cette intervention portera sur la place de la petite plastique et d’images associées dans l’analyse des sociétés de la vallée du Nil et ses marges, de la conquête d’Alexandre à l’Antiquité tardive.

Champ d’investigation considérable et cela à plusieurs titres, le corpus des figurines fournit des références iconographiques et techniques enracinées dans le fonds vernaculaire de l’Égypte ancienne tout en bénéficiant d’apports grecs qui vont en modifier la forme et l’usage, puis, dans une moindre mesure, romains.

D’où une certaine diversité iconographique et des signes d’hybridité, ce qui pose inévitablement la question de l’identité des fabricants et des « consommateurs » de terres cuites, de leur appartenance culturelle, celle de la détermination ou non d’un multiculturalisme, en particulier à la période ptolémaïque à Alexandrie et dans la chôra, qui montrent des faciès contrastés, questions auxquelles nous tenterons de répondre.

Affiche de la séance

prochaine seance le jeudi 11 fevrier a 18h30

11 février 2021 de 18h30 à 20h30, sur zoom à partir du site du CIPh : www.ciph.org “activités” (ou https://us02web.zoom.us/j/87085475909)r

Karine Chemla

SPHERE (Université de Paris — CNRS) & Radcliffe Institute, Harvard University

Discutant : Tristan Mauffrey (Paris 3 -Sorbonne Nouvelle)

CONSTRUCTIONS ET USAGES DES ANTIQUITES : UNE VUE HISTORIQUE ET CRITIQUE DEPUIS LES MATHEMATIQUES

L’histoire des sciences antiques fournit aujourd’hui, un peu partout sur la planète, des ressources pour promouvoir des déclarations et des revendications à caractère identitaire. J’évoquerai un exemple contemporain, où l’on voit comment les sciences antiques sont mises à profit pour affirmer l’existence d’une opposition entre Orient et Occident dans la pratique des sciences. Mon exposé se concentrera ensuite sur l’histoire des nombres dans l’Antiquité, en vue de mettre en évidence comment des hypothèses tacites et des méthodes historiographiques discutables ont contribué à imposer les « peuples » ou les « civilisations » comme acteurs centraux de cette histoire. Je montrerai en quoi ces approches ont masqué des phénomènes, pourtant essentiels, relatifs à la nature et à l’histoire des signes numériques.

Affiche de la séance

prochaine séance le jeudi 14 janvier à 18h30

sur zoom à partir du site du CIPh : www.ciph.org “activités”
(ou https://us02web.zoom.us/j/87085475909)r

Samra Azarnouche

École Pratique des Hautes Études, Section des Sciences religieuses, PSL CNRS, UMR 8041 Centre de Recherche sur le Monde Iranien (CeRMI)

Discutant : Florian Audureau (Université de Paris)

ÉLÉMENTS DE NÉOPLATONISME DANS LE ZOROASTRISME
TARDO-ANTIQUE : ÉTUDES PRÉLIMINAIRES

La religion préislamique de la Perse, le zoroastrisme, doit son exceptionnelle longévité d’une part à la permanence de ses pratiques rituelles et d’autre part à la capacité d’adaptation et de mutation de certaines de ses croyances. Ces transformations doctrinales sont le plus souvent la conséquence naturelle d’une rencontre avec des courants religieux ou philosophiques qui représentent tantôt un défi pour la religion iranienne, tantôt une source d’inspiration, notamment dans le domaine fertile de la polémique religieuse. Cet enjeu est particulièrement décisif pour la période de l’Antiquité tardive : pour un savant zoroastrien de cette période, la capacité de sélectionner et d’adapter les savoirs des doctrines non-zoroastriennes d’une manière pertinente s’apparenterait à une stratégie pour se placer avec eux sur un pied d’égalité.

L’examen d’une vaste compilation zoroastrienne en langue moyen-perse (pehlevi), intitulée le Dēnkard ou « Chapitres sur la doctrine religieuse » et partiellement inédite, a révélé plusieurs phases d’influence des notions philosophiques grecques dans la pensée et la mythologie zoroastriennes. À partir de deux extraits (Dēnkard III.225 et Dēnkard IV.3-10) que nous replacerons dans leurs contextes iraniens, nous tenterons de mettre en évidence les procédés mis en œuvre par le penseur iranien pour adapter des motifs et des doctrines du néoplatonisme (spéculations plotiniennes sur la vision, la doctrine de l’Un et de l’émanation de l’Intellect) au schéma zoroastrien, et nous nous interrogerons sur la nature apologétique de l’objectif de ces emprunts (propagande religieuse et/ou royale) dont certains aspects remonteraient à l’époque du roi Khosrow Ier (531-579).

Affiche de la séance

Prochaine seance le jeudi 10 décembre 2020 à 18h30

Fabrizio SPEZIALE (EHESS)
« La médecine galénique et les savants hindous en Asie du sud, XVIIe-XIXe siècles »

Répondant : Antoine Pietrobelli (Université de Reims)

ATTENTION !
sur zoom à partir du site du CIPh : www.ciph.org “activités”
(ou https://us02web.zoom.us/j/87085475909)

À partir du XIVe siècle et jusqu’à l’époque coloniale s’est constitué en Asie du Sud et en langue persane un savoir médical croisant deux traditions antiques : la médecine grecque galénique, révisée par
Avicenne (m. 1037), et la médecine indienne ayurvédique. Les sources persanes et ourdoues offrent l’image d’une classe médicale indienne et décrivent les interactions pédagogiques entre des maîtres et des élèves appartenant à différentes cultures scientifiques. Cette intervention
explore les rapports pédagogiques entre savants hindous et musulmans en Asie du sud, entre le XVIIe et le XIXe siècle. Elle étudie la formation de réseaux pédagogiques multiculturels entre médecins musulmans et
hindous de langue persane. Le persan joue un rôle symétrique dans le milieu pédagogique d’Asie du Sud, où il est utilisé par les musulmans pour traduire le savoir ayurvédique et par les hindous pour s’approprier un savoir médical et scientifique issu de la culture avicennienne.
(Traduction ourdoue du Mujarrabat-i Akbari d’Akbar Arzani, réalisée par Naṭnanḍ Naṭ en 1284-1867.)®

Antiquité, territoire des écarts

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search