Prochaine séance le jeudi 8 octobre 2020

POUR UNE ANTIQUITÉ-MONDE : LA GRÈCE, ROME ET LES AUTRES

« Antiquité, territoire des écarts »

Programme initié et préparé par Carole Boidin, Tristan Mauffrey,
Maxime Pierre et Antoine Pietrobelli

Université de Paris , rue Thomas Mann 75013 Paris
(Métro ligne 14, bibliothèque François Mitterrand)
8 octobre 2020
18h30 à 20h30 en salle 677C (Grands Moulins 6ème étage)
sur zoom à partir du site du CIPh : www.ciph.org

ÉPICURE HÉRÉTIQUE
Aurélien Robert (laboratoire Sphere – UMR 7219 – Université de Paris)
Répondante : Julie Giovacchini (CNRS- Centre Jean Pépin)

Cette intervention a pour objet de contester l’idée traditionnellement admise d’un « retour d’Epicure » à la Renaissance, après un ensevelissement de sa mémoire depuis l’Antiquité. (Epicure aux enfers, Fayard, 2021).


Pour comprendre la réception médiévale d’Epicure, il faut distinguer l’image de l’épicurien hérétique, dont les théologiens faisaient usage dans leur théologie pastorale et que l’on retrouve au sixième cercle de l’Enfer chez Dante, et le discours savant qui tend, dès le XIIe siècle, à réhabiliter la figure historique du philosophe antique. Ce double discours s’explique par des usages différents de ces deux figures (la construction fictive de l’hérétique, la recherche philologique du vrai Epicure).


La représentation de l’épicurien en archi-hérétique n’est pas une construction médiévale; elle est née au IIe siècle, dans les polémiques entre juifs, chrétiens et païens dans les confins orientaux de l’Empire romain. A l’époque, les épicuriens étaient encore actifs dans l’arc qui va de l’actuelle Turquie à l’Egypte, là où se trouvaient les premières sectes chrétiennes rivalisant entre elles pour définir une orthodoxie. En même temps qu’était inventée l’idée d’hérésie, on associait les hérésies chrétiennes à des sectes philosophiques, jusqu’à parfois faire de l’épicurien l’hérétique par antonomase. Le Moyen Âge a donc hérité des catégories forgées dans l’apologétique et l’hérésiologie juives et chrétiennes et dont on retrouve aussi les traces dans la théologie islamique.


J’essayerai donc de définir la spécificité de l’usage qui en était fait au Moyen Âge, en insistant sur ce que j’appelle « le portrait biblique » d’Epicure. Dans un second temps, je présenterai l’image plus positive d’Epicure à travers un autre dossier important, celui des recueils de « Vies de philosophes » qui (re)fleurissent à partir du XIIIe siècle. On y trouve, bien avant la traduction latine de Diogène Laërce, des Vies d’Epicure, dont certaines le présentent comme un modèle de sagesse pour les chrétiens.

Séminaire octobre 2020