Prochaine séance le jeudi 12 mars

POUR UNE ANTIQUITE-MONDE : LA GRECE, ROME ET LES AUTRES

« Antiquité, territoire des écarts »

Programme initié et préparé par Carole Boidin, Tristan Mauffrey, Maxime Pierre et Antoine Pietrobel

Les Scythes d’hier et d’aujourd’hui

Anca DAN (Labex TransferS, CNRS – ENS Paris)

Discutant : Stéphane VERGER (EPHE)

Les nomades de la steppe eurasiatique, les « Autres » des Grecs, Romains ou Perses, ont fait l’objet de diverses constructions historiographiques dans l’Antiquité et à l’époque moderne. Que savons-nous aujourd’hui de ces peuples vivant du Nord de la mer Noire et du Caucase jusqu’à la Sibérie, qui n’ont pas laissé d’écrits mais qui ont inspiré à la fois la plus grande admiration et les pires craintes ? Que peut-on tirer des représentations littéraires et figurées ainsi que des reconstitutions savantes des derniers siècles sur ces populations des marges ? Quelle approche critique de l’historiographie actuelle faudrait-il privilégier ou (ré-)inventer pour expliquer, au mieux, ces populations, isolées autant qu’interconnectées, et l’imaginaire qu’elles ont inspiré ?

Dans cette introduction aux Scythes, nous abordons trois thématiques d’actualité dans la recherche. D’abord, nous discuterons les constructions ethniques et ethnographiques des Anciens (« Scythes » et autres) et des Modernes (originaires des
pays assignés aux Scythes ou d’ailleurs) qui ont imaginé les Scythes en tant que peuple ou groupe(s) de peuples, sur des bases géographiques, linguistiques, généalogiques ou archéologiques plus ou moins solides. Dans un deuxième temps, nous revisitons le
« miroir d’Hérodote », pour voir ce qui peut être encore retenu de la thèse ayant changé à jamais notre compréhension du « Barbare ». Nous finirons avec une découverte récente qui a surpris le monde savant et a secoué les hypothèses dont nous avions fait, à tort, des certitudes. L’inscription achéménide fragmentaire, en vieux
perse cunéiforme, découverte il y a deux ans sur la péninsule de Taman (Russie) pourrait être l’écho des contacts entre populations indigènes, Grecs et Perses dans le périmètre du futur Royaume du Bosphore (Ve s. av. J.-C.-IIIe s. apr. J.-C.), « premier royaume gréco-barbare de l’histoire » et « client » majeur de Rome.

Jeudi 12 mars 2020 18h30 – 20h30

Université Paris Didero, Bâtiment des Grands Moulins – 6e étage – Salle 681C

5 rue Thomas Mann – Paris 13e

Séminaire Anca Dan