SÉANCE du jeudi 9 janvier REPORTÉE a une date ULTÉRIEURE

En raison des difficultés de déplacement engendrées par la grève nationale  du 9 janvier 2020 la séance programmée ce jour-là est reportée à  une date ultérieure

18h30 à 20h30 en salle 681C (Grands Moulins 6ème étage)

Samra Azarnouche

École Pratique des Hautes Études, Section des Sciences religieuses, PSL
CNRS, UMR 8041 Centre de Recherche sur le Monde Iranien (CeRMI)

Discutant : Florian Audureau (Paris7- Diderot) 

ÉLEMENTS DE NEOPLATONISME DANS LE ZOROASTRISME
TARDO-ANTIQUE : ETUDES PRELIMINAIRES

                        La religion préislamique de la Perse, le zoroastrisme, doit son exceptionnelle longévité d’une part à la permanence de ses pratiques rituelles et d’autre part à la capacité d’adaptation et de mutation de certaines de ses croyances. Ces transformations doctrinales sont le plus souvent la conséquence naturelle d’une rencontre avec des courants religieux ou philosophiques qui représentent tantôt un défi pour la religion iranienne, tantôt une source d’inspiration, notamment dans le domaine fertile de la polémique religieuse. Cet enjeu est particulièrement décisif
pour la période de l’Antiquité tardive : pour un savant zoroastrien de cette période, la capacité de sélectionner et d’adapter les savoirs des doctrines non-zoroastriennes d’une manière pertinente s’apparenterait à une stratégie pour se placer avec eux sur un pied d’égalité. 

                        L’examen d’une vaste compilation zoroastrienne en langue moyen-perse (pehlevi), intitulé le Dēnkard ou
« Chapitres sur la doctrine religieuse » et partiellement inédit, a révélé plusieurs phases d’influence des notions
philosophiques grecques dans la pensée et la mythologie zoroastriennes. A l’appui de deux extraits (Dēnkard III.225
et Dēnkard IV.3-10) que nous replacerons dans leurs contextes iraniens, nous tenterons de mettre en évidence les
procédés mis en œuvre par le penseur iranien pour adapter des motifs et des doctrines du néoplatonisme
(spéculations plotiniennes sur la vision, et la doctrine de l’Un et de l’émanation de l’Intellect) au schéma zoroastrien,
et nous nous interrogeront sur la nature apologétique de l’objectif de ces emprunts (propagande religieuse et/ou
royale) dont certains aspects remontraient à l’époque du roi Khosrow Ier (531-579).

Séminaire Samra Azarnouche