Prochaine SÉANCE le jeudi 14 novembre

POUR UNE ANTIQUITE-MONDE : LA GRECE, ROME ET LES AUTRES

« Antiquité, territoire des écarts »

Programme initié et préparé par Carole Boidin, Tristan Mauffrey, Maxime Pierre et Antoine Pietrobelli

Maxime Pierre  et Antoine Pietrobelli

Université Paris Diderot, rue Thomas Mann 75013 Paris (Métro ligne 14, bibliothèque François Mitterand)

 14 novembre 2019

18h30 à 20h30 en salle 681C (Grands Moulins 6ème étage)

Corinne Bonnet

Université Toulouse – Jean Jaurès. ERC 741182. « Mapping Ancient Polytheisms. »

Hellénisme et micro-identités en Syrie : dans les pas de Méléagre de Gadara

Discutante : Florence Dupont (Paris7- Diderot)

Celui qui affirme « Ma nourrice est l’île de Tyr ; pour patrie attique, j’ai eu Gadara chez les Assyriens » (Nᾶσος ἐμὰ θρέπτειρα Τύρος: πάτρα δέ με τεκνοῖ Ἀτθὶς ἐν Ἀσσυρίοις ναιομένα, Γάδαρα) est un poète qui met en scène des identités multiples et qui en joue. C’est du reste lui aussi, Méléagre de Gadara, auteur d’une anthologie d’épigrammes intitulée La Couronne, que l’on date de 100 av. n.è., qui lance « Si je suis Syrien, quoi d’étonnant ? L’unique patrie, étranger, c’est le monde que nous habitons. » (εἰ δὲ Σύρος, τί τὸ θαῦμα; μίαν, ξένε, πατρίδα κόσμον ναίομεν) En partant d’une série de quatre épigrammes funéraires composées pour lui-même, on observera la manière dont Méléagre s’inscrit dans un paysage multiculturel au sein duquel les références « identitaires » sont utilisées de manière subversive. On s’interrogera sur l’appartenance revendiquée à l’hellénisme et on scrutera son articulation avec diverses micro-identités (Tyr, Gadara) dans un Proche-Orient hellénistique que l’on dit « hellénisé ».

Corinne Bonnet Méléagre exemplier

Séminaire Corinne Bonnet

PROCHAINE SEANCE LE JEUDI 17 OCOTBRE

POUR UNE ANTIQUITE-MONDE : LA GRECE, ROME ET LES AUTRES

« Antiquité, territoire des écarts »

Programme initié et préparé par Carole Boidin, Tristan Mauffrey, Maxime Pierre et Antoine Pietrobel

Université Paris Diderot, rue Thomas Mann 75013 Paris 17 octobre 2019

18h30 à 20h30 en salle 681C (Grands moulins 6ème étage)

Malika Bastin-Hammou Université Grenoble Alpes

« Hellénophones et hellénistes à la Renaissance : le cas des Portus »

Discutant : Antoine Pietrobelli (Université de Reims)

En 1607, Emile Portet (Aemilius Portus) fait paraître à Genève une édition d’Aristophane qui tranche avec les précédentes, mais aussi avec les suivantes par la place qu’elle offre à la langue grecque par rapport au latin.

L’helléniste, quoique né en Italie, revendique ses origines grecques et cela transparaît dans l’ensemble de son œuvre, dont la réception surprend, entre éloge de son exceptionnelle connaissance du grec ancien et mépris pour ses origines – réelles ou supposées – orientales. On s’interrogera ici, à partir du cas des Portus père et fils, sur le sort fait à ces hellénistes hors-pair que sont les Grecs et Crétois dans l’Europe de la Renaissance, que l’on courtise tout en les associant à un orient forcément suspect, et à la question de leur apport spécifique à la philologie.

Séance Malika Bastin-Hammou

ATE – Exemplier Malika Bastin-Hammou