Bien avant la SEXUALITÉ : l’expérience érotique en grèce ancienne

INHA, Centre AnHiMA
Salle Vasari (1er étage)
6, rue des Petits-Champs
75002 Paris

9h30-18h

Au moment où Michel Foucault distinguait les aphrodisia grecs, de la chair chrétienne et de la « bonne sexualité » contemporaine, plusieurs spécialistes de l’Antiquité, aux États-Unis et en France, se réunissaient pour mettre au jour l’ampleur des relations, des espaces et des pratiques poétiques et iconographiques placées sous le signe d’erôs. En anthropologues du passé, les hellénistes de Before Sexuality, The Construction of Erotic Experience in the Ancient Greek World, publié en 1990 sous la direction de David Halperin, John Winkler et Froma Zeitlin, exploraient des domaines variés de la vie des femmes et des hommes grecs et tentaient d’appréhender ce que pouvaient être l’expérience et les rapports érotiques dans une société et une culture d’« avant la sexualité ».

Presque trente ans plus tard, en écho avec la publication posthume du quatrième volume de l’Histoire de la sexualité, la traduction de cet ouvrage « bilingue » nous offre la réédition du dialogue entre hellénistes américain-e-s et chercheur-e-s du Centre Louis Gernet sur l’érotisme grec. Publié dans la collection Les grands classiques de l’érotologie moderne (édition EPEL) avec le soutien de l’Institut Émilie du Châtelet, ce volume est le fruit d’un travail collectif
qui a réuni hellénistes et psychanalystes pour une traduction linguistique et transculturelle. Les tables rondes de la journée du 25 mai accueilleront les auteur-e-s, les éditeurs, des psychanalystes et des chercheur-e-s qui ont trouvé dans cet ouvrage des pistes pour leurs propres travaux, maintenant.

Que nous réserve, au XXIe siècle, ce nouveau voyage en terre d’erôs ?

Programme

Matinée
9h30 – 13h

° Le « Before » : introduction
Sandra Boehringer, Claude Calame, Jean Allouch, Thierry Marchaisse
° Mais que s’est-il passé en 1990 ?
Discussion avec David Halperin
°Du Centre Gernet à Princeton, quelques passages transatlantiques
Françoise Frontisi-Ducroux, François Lissarrague, Maurice Olender, Giulia Sissa, Luc Brisson, Violaine Sebillotte

– 11h30 : pause –

° Travailler sur la sexualité au XXe et au XXIe siècle
Sylvie Steinberg, James Robson, Michel Briand

Après-midi
14h15 – 18h

° Sexe antique, nouvelles recherches
Romain Brethes, Claude Calame, Antoine Chabod, Charles Delattre, Christine Hue-Arcé, Antoine Pietrobelli
° Mille Foucault
Sandrine Alexandre, Kirk Ormand, Sandra Boehringer

– 16h : pause –

° Que fait l’érôs grec à la psychanalyse ?
Jean Allouch, Danielle Arnoux, Laurie Laufer, Guy Le Gaufey
° Le moment de conclure : un after Before
L’ensemble des participant-e-s

THÉÂTRE & RÉCIT : scènes contemporaines, scènes lointaines

La problématique du récit et de la scène, posée par Brecht avec la notion de « théâtre épique », est devenue centrale dans ce que l’on nomme aujourd’hui le théâtre « postdramatique ». Cette journée d’études comparatistes vise à enrichir la réflexion à la lumière de formes spectaculaires éloignées dans le temps et dans l’espace. Nous aborderons la tragédie grecque, avec l’apport théorique de Platon et d’Aristote, et quatre formes scéniques d’Asie : le kutiyattam indien, le xiqu chinois, le  japonais et lepansori coréen. Dans chacune de ces traditions, il s’agirad’explorer, au cas par cas, la question du récit et de la mimēsis dramatique. Quels sont les moyens scéniques de la performance : diction, chant, musique, gestes, costumes et masques ? Quelle(s) voix entend-on ? Celle d’un acteur, d’un personnage, d’un récitant ? On proposera de mettre en dialogue ces différentes pratiques avec la scène contemporaine, afin de voir, in fine, comment le détour par des traditions lointaines permet de repenser le rapport entre théâtre et récit.

Prochaine SÉANCE le jeudi mai à 18h30

Carole Boidin (Université Paris-Nanterre)

Discutant : Romain Brethes

« De vivants commentaires à toute cette archéologie glacée » : usages d’Apulée et d’Augustin dans les imaginaires de l’Algérie

« Pour moi, Augustin, c’est Massu ». Par cette formule frappante, Kateb Yacine souligne la violence qu’ont engendrée les utilisations de la référence à l’Afrique romaine pour justifier la colonisation du Maghreb, et de l’Algérie en particulier. Au nom de l’héritage à préserver d’une latinité millénaire, des discours d’apologie de la colonisation se sont construits, selon des modalités parfois opposées, que nous présenterons dans un premier temps, autour d’appropriations d’Apulée et d’Augustin. Ces « grands ancêtres » ont notamment servi de figures exemplaires, dont la conversion religieuse et morale, plus ou moins supposée, pouvait encourager métropolitains, colons et indigènes à différents types de conversion individuelle et collective. Leurs écrits ont également été mis à profit, en tant que modèles de grands récits persuasifs, voire de guides permettant de se repérer dans l’espace colonisé.

Ces usages coloniaux d’une forme de latinité construite ont été dénoncés et renversés par des usages post-coloniaux, qui peuvent être analysés dans la tradition du « writing back ». Afin de combattre l’assignation identitaire qu’imposent ces modèles antiques, des auteurs et des institutions ont déconstruit cet héritage, tantôt pour le remplacer par d’autres filiations, dans lesquelles Apulée et Augustin sont des Africains, des Algériens ou des Berbères, tantôt pour nier toute continuité historique ou identitaire.

Ce double inventaire d’usages modernes de l’Antiquité nous amènera, dans un retour en arrière historique, à évoquer plusieurs questions relatives aux deux auteurs anciens qui nous semblent pertinentes pour notre séminaire. À quelles conditions peut-on repérer dans les textes d’Apulée et d’Augustin des traces d’une identité « africaine » ? Y a-t-il un sens à les considérer comme des représentants d’une identité diasporique avant l’heure ?

Université Paris Diderot, rue Thomas Mann 75013 Paris

16 mai 2019 – 18h30 à 20h30 en salle 681C (Grands Moulins 6ème étage)