Prochaines séances le mardi 29 mai et le jeudi 31 mai

SÉMINAIRE du mardi 29 mai 2018
de 17 h à 19 h

Sylvia ESTIENNE
(ENS – PSL, Centre AnHiMA)
Culte domestique, culte civique ?
L’exemple de Vesta

Si les Romains distinguent entre cultes privés et cultes publics, les définitions qu’ils donnent des cultes privés sont sources de débats, notamment concernant la dimension familiale des cultes ainsi définis. Pour lever les ambiguïtés, les chercheurs tendent à privilégier la notion de cultes domestiques, étroitement associée au fonctionnement de la domus comme ensemble familial. Toutefois la valeur domestique d’un culte est-elle réductible à la seule dimension privée ? Le culte de Vesta offre matière à réflexion.
Déesse du foyer, la déesse n’est pourtant que discrètement honorée dans les maisons romaines, alors que son culte public est bien attesté. Sa fonction domestique est sans doute à chercher plutôt dans le rôle qu’elle joue au cœur de la cité. C’est ce qu’on essayera de comprendre à partir de la redéfinition opérée par Auguste en 12 av. J.-C., quand il rend publique une partie de sa maison du Palatin en y installant une chapelle de Vesta.

Discutante : Annie DUBOURDIEU (Université de Paris IV- Sorbonne)

ATE séminaire S. Estienne 29.5.18

SÉMINAIRE du jeudi 31 mai 2018
de 17 h à 19 h

Maurizio BETTINI
(Università di Siena)
“Ne touche pas à la fille aînée“ :
genre, mariage, parenté dans la cité de Romulus

Un paragraphe du deuxième livre de Denis d’Halicarnasse (2, 15, 1) rapporte une norme attribuée à Romulus, où il est question de la progéniture aussi bien masculine que féminine. On examinera ce texte suivant deux perspectives qui font abstraction autant du bien-fondé historique ou non de cette information que de sa provenance (éventuelle).
D’abord, on verra si la Rome des origines présente d’autres aspects qui puissent constituer un système avec les informations que Denys nous livre. Puis on mettra en lumière les conséquences que cette loi romuléenne pouvait – ou aurait pu – avoir dans la société de la Rome archaïque. Il arrive souvent que le sens de certaines normes touchant à la famille ou à la parenté ne s’éclaircisse qu’après un examen des résultats qui en découlent : c’est-à-dire, après avoir mis
en évidence leur fonction éventuelle, qui n’était pas visible de prime abord. Cette réflexion en forme d’ « exercice » d’anthropologie du monde ancien nous permettra d’étudier quelques aspects structurels de l’échange matrimonial et de la parenté à Rome.

Répondant : Klaus HAMBERGER (Laboratoire d’anthropologie sociale – EHESS)

ATE séminaire M. Bettini 31.5.18

Les deux séances auront lieu à l’EHESS, 105 Bd Raspail, salle 11, 75006 Paris (Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

Prochaine séance le jeudi 3 mai à 19h

SEMINAIRE du jeudi 3 mai 2018
de 19 h à 21 h 

Mise à jour du 2 mai 2018 : La séance se déroulera de 19 h à 20 h 30 (salle AS1_08, 54 bd Raspail, 75006 Paris)

Jérôme WILGAUX (Université de Nantes)

Entre vérités et fictions :
les fondements de la parenté en Grèce ancienne

Si, dans un cadre parental, les termes grecs gnêsios et nothos qualifient et opposent filiation légitime et illégitime, de manière plus générale ces termes peuvent être utilisés pour opposer le vrai au faux, l’authentique au falsifié, au contrefait. Très nombreuses sont de fait les sources grecques qui dénoncent des enfants supposés et les mensonges sur lesquels les liens de parenté peuvent se construire. La parenté peut dès lors s’appréhender comme fondée sur une vérité, nécessitant des preuves, ce savoir étant  particulièrement détenu par les mères. Pour être pleinement compris, cet imaginaire social de la famille et de la parenté doit cependant être replacé dans son cadre civique et statutaire, et confronte une pluralité de points de vue, révélatrice des tensions sociales propres au système de parenté grec.

Répondant : Enric Porqueres i Gené (EHESS)

ATE séminaire J. Wilgaux 3 mai

EHESS, 54 Bd Raspail, Salle AS1_08, 75006 Paris
(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)