Archives de catégorie : Séances du séminaire

Le programme 2017/2018

Famille et société entre pratiques et représentations :
les Grecs, les Romains, les autres et nous en comparaisons triangulaires

« Antiquité, territoire des écarts »

Sandra BOEHRINGER, Romain BRETHES, Claude CALAME, Florence DUPONT, Tristan MAUFFREY
EHESS (Centre AnHiMA et CRAL)

Programme 2017/2018

                     Face aux Anciens, grecs et romains, l’exercice de comparaison triangulaire est indispensable : il vise à
aiguiser l’exigence critique vis-à-vis de l’Antiquité gréco-romaine et vis-à-vis de nous-mêmes dans le passage par une
culture tierce. Il permet de décentrer notre regard sur des sociétés anciennes que nos interprétations (re)construisent
souvent selon des approches analogiques ou généalogiques, en projetant une Antiquité idéalisée sur la modernité.

L’exercice du double écart comparatif portera sur la question de la famille dans les structures et relations
sociales et dans ses représentations : parenté, consanguinité, filiation maternelle/paternelle, mari/épouse, alliance,
viri-/uxorilocalité, transmission, patrimoine, autant de grilles d’analyse anthropologique (souvent à base latine) qui ont
permis des lectures de sociétés éloignées dans le temps ou dans l’espace, mais qui ont souvent imposé des
interprétations anachroniques ou ethnocentrées. Grâce à une approche croisant les acquis de l’anthropologie, de la
sociologie et de la linguistique pragmatique, donc en rompant avec les habituelles analyses textuelles, la comparaison
des cultures que ce séminaire propose de mener permettra d’ajouter un second écart au premier et de raviver la force
subversive de l’altérité antique.

SEMINAIRE MENSUEL, jeudi de 19 h à 21 h
EHESS, 105 Bd Raspail, 75006 Paris, salle 13
(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

jeudi 9 novembre 2017 – Florence Dupont (Université Paris Diderot, Paris 7)
« La paternité en héritage à Rome »
jeudi 14 décembre 2017 – Claudine Leduc (Université Jean Jaurès, Toulouse)
« Relations de parenté et adoption dans la cité d’Athènes »
jeudi 11 janvier 2018 – Marine Bretin-Chabrol (Université Lumière, Lyon 2)
« Quand l’auunculus devient pater, ou le problème de l’adoption du neveu utérin par l’oncle
maternel dans la Rome antique »
jeudi 15 février 2018 – Philippe Moreau (Université Paris Est Créteil)
« Les représentations figurées ou métaphoriques de la parenté à Rome (sang, botanique, spatialité) »
jeudi 15 mars 2018 – Violaine Sebillotte (Université Sorbonne Paris 1)
« Pour en finir avec le privé et le public : la famille au cœur de la société grecque classique »
jeudi 12 avril 2018 – Sylvia Estienne (Ecole Normale Supérieure, Paris)
« Culte civique, culte domestique? L’exemple de Vesta »
jeudi 3 mai 2018 (jeudi 10 mai : Ascension) – Jérôme Wilgaux (Université de Nantes)
« Entre vérités et fictions : les fondements de la parenté en Grèce ancienne »
jeudi 14 juin 2018 – Maurizio Bettini (Université de Sienne)
« Pourquoi les parentes romains – père et mère, ou ancêtres en général – sont devenus des
« parents » génériques : une perspective anthropologique »

Séminaire du mercredi 6 avril 2016 de 19 h à 21 h

Séminaire du mercredi 6 avril 2016 de 19 h à 21 h
EHESS, 96 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle à préciser
(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

William MARX

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Centre de recherches en littérature et poétique comparées (EA 3931)

FAUT-IL ENCORE BANNIR LES POÈTES DE LA RÉPUBLIQUE ?

Dans La République de Platon, Socrate recommande à plusieurs reprises et pour diverses raisons de rejeter les poètes en dehors des frontières de la cité idéale qu’il essaie d’échafauder. En 2006, à Lyon, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur et candidat à la présidence de la République française, formule ses premières attaques contre La Princesse de Clèves et, plus spécifiquement, contre son utilisation dans les concours administratifs ; beaucoup d’autres attaques suivront au cours du quinquennat. Il ne semble pas y avoir grand-chose de commun entre ces deux moments de la pensée politique. Pourtant, la comparaison du Socrate de La République, quelques siècles avant notre ère, avec le Sarkozy d’un meeting lyonnais au début du XXIe siècle n’en permet pas moins de mieux appréhender la singularité de l’assaut platonicien contre la poésie, d’en mieux définir l’objet, d’en percevoir plus précisément les motifs. Sans vouloir gommer les différences, peut-être convient-il donc malgré tout de s’interroger sur les raisons qui conduisent à rapprocher le discours de Socrate de celui de Sarkozy : qu’est-ce qui se noue ici ? Quel objet minimal peut-on voir par là s’ébaucher ?

Discutant : Romain BRETHES Lycée Janson-de-Sailly / AnHiMA

 

Prochaine séance du séminaire le 10 février de 19h à 21H

Séminaire du mercredi 10 février 2016 de 19 h à 21 h
EHESS, 96 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle Lombard
(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

Romain BRETHES

Lycée Janson-de-Sailly / AnHiMA

« L’invention du roman »

 

« Antique » et « roman » sont deux termes dont l’association surprend – non sans raison. Chacun sait, ou éprouve intuitivement, que le mot « roman » est étranger à l’Antiquité gréco-latine. Dans son acception littéraire, il est né au Moyen Âge pour désigner des œuvres écrites en « roman », c’est-à-dire dans la langue vulgaire, par opposition à la langue savante qu’était le latin. Les « romans antiques » existent pourtant, même si l’expression relève de l’anachronisme. Les Anciens pratiquaient des formes longues de fiction en prose ; simplement, ils ne les nommaient pas « romans ». Plus exactement, ils ne les nommaient pas du tout. Les œuvres en question n’avaient aucune désignation d’ensemble ; elles n’étaient appuyées par aucun discours théorique, liées a priori à aucun rituel ou contexte de performance. Écrits par des auteurs souvent mystérieux, lus par un public qui n’en a laissé pour ainsi dire aucun commentaire avant l’époque byzantine, les « romans » se sont développés en marge du paysage littéraire ancien. Le caractère méconnu, ou invisible, qui est le leur aujourd’hui, remonte donc à l’Antiquité elle-même. Du reste, au Moyen Âge, à la Renaissance, à l’âge classique, le genre romanesque a souvent occupé cette place marginale, ignoré ou méprisé des institutions et des académies. Mais chercher à établir une généalogie, comme l’ont fait Émile Zola ou plus récemment certains philologues, entre une tradition romanesque antique et celle qui a façonné le visage de ce genre aux XIXe et XXe siècles, ce serait oublier que l’invention du roman, « le plus violemment nouveau de tous les genres nouveaux » (Barbara Cassin), ne coïncide pas seulement avec une époque donnée – et d’ailleurs incertaine – mais qu’elle est aussi le fruit de ses multiples réceptions, depuis le XVe siècle jusqu’à nos jours.

Discutante :           Carole BOIDIN

Université Paris Ouest Nanterre La Défense / Centre de recherches en Littérature et Poétique comparées

 ATE_seminaire_20160210

Première séance du séminaire le 18 novembre de 19h à 21h. Intervention de Vincent Azoulay

Voici l’affiche de la première séance de notre séminaire annuel, le 18 novembre de 19h à 21h à l’EHESS, salle Lombard. Vincent Azoulay (Université Paris Est-Marne la Vallée) présentera un exposé intitulé « Charis et Charisme : retour sur Max Weber). Stavroula Kefallonitis (Université de Saint-Etienne) sera la discutante.

affiche azoulay

ATE_seminaire_20151118(1)

Le programme du séminaire 2015-2016

Prendre les Anciens au mot : ce que l’Antiquité fait à la modernité

Séminaire mensuel le mercredi de 19 h à 21 h

EHESS, 96 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle Lombard

(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

« Antiquité, territoire des écarts »

Sandra BOEHRINGER, Carole BOIDIN, Claude CALAME, Florence DUPONT, Pierre VESPERINI, Anne-Gabrièle Wersinger

       L’Antiquité gréco-romaine nous tend des pièges intellectuels : les termes grecs ou latins, comme theatron, muthos, poiesis, eros, philosophia, fabula, res publica ou pater familias, n’avaient ni le sens ni les emplois que nous donnons aujourd’hui à théâtre, mythe, poésie, érotisme, philosophie, fable, république ou père de famille. L’identité formelle entre les termes anciens d’un côté, français de l’autre donne l’illusion que nous pouvons les utiliser sans précaution, sans traduction anthropologique. Ils ont fini par renvoyer à des concepts anhistoriques, souvent présentés comme des catégories universelles.

       Il s’agira de retracer les pratiques discursives correspondant à l’usage de ces mots, puis les réalités sociales auxquelles ces termes renvoient, grâce à une approche croisant les acquis de l’anthropologie, de la sociologie et de la linguistique pragmatique de l’énonciation, donc en rompant avec les habituelles analyses textuelles. On pourra ainsi revisiter les savoirs que ces pratiques antiques construisent dans des contextes historiques et culturels donnés. Pratiquer l’écart ne vise pas seulement à mesurer la distance anthropologique qui sépare Antiquité et modernité, mais aussi à activer le questionnement sur la modernité à partir de l’Antiquité.

mercredi 18 novembre 2015. Vincent Azoulay,  « Charisme et charis, retour sur Max Weber ».

mercredi 9 décembre 2015.  Violaine Sébillotte, « Des politai aux citoyens: de qui et de quoi parle-t-on? »

mercredi 13 janvier 2016.  Romain Brethes,  « L’invention du roman ».

mercredi 10 février 2016. Adeline Adam, « Les uitae romaines (Suétone) : jeux de tiroirs et jeux de miroirs ».

mercredi 9 mars 2016. William Marx, « Faut-il encore bannir les poètes de la république ? (de Platon à Sarkozy) ».

mercredi 13 avril 2016. Anne Debrosse, ­«  La postérité des poétesses grecques, ou le genre à coup de marteau ».

mercredi 11 mai 2016. Antoine Pietrobelli, « Mais où est passé l’archétype ? Du modèle arborescent appliqué à la critique textuelle ».

mercredi 8 juin 2016. Maxime Pierre, « L’ode ou le tombeau des chants perdus ».

 

ATE_seminaire_15-16 corr

Prochaine séance du séminaire le 8 avril

affiche ATE

La prochaine séance de notre séminaire aura lieu le mercredi 8 avril à 19h à l’EHESS, salle Lombart.

Carole Boidin (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Les almées sont-elles des femmes ?  Sappho et “la poésie de jeunes filles” dans la tradition arabe ». communication intitulée « . Sandra Boehringer (Université de Strasbourg) sera sa discutante.

Résumé : Afin d’élaborer des hypothèses sur les modalités pratiques des performances poétiques en Grèce ancienne, plusieurs chercheurs ont tenté de trouver des parallèles dans les traditions poétiques d’autres cultures. Si la poésie arabe a souvent retenu l’attention, c’est autant en raison de proximités dans les énoncés (qui jouent souvent sur l’ambiguïté des instances énonciatives évoquées, en termes de gender) qu’en fonction de pratiques poétiques supposées comparables. Nous nous proposons d’étudier quelques exemples de ces comparaisons, à partir d’une catégorie exogène aux deux traditions, la « poésie de jeunes filles ».

Prochaine séance du séminaire le 11 mars avec Claude Calame : « La phusis grecque pour repenser l’opposition « nature vs culture » : l’homme en interaction « anthropopoiétique » avec son milieu ».

La prochaine séance de notre séminaire aura lieu mercredi 11 mars, de 19h à 21h, à l’EHESS, salle Lombard. Claude Calame y présentera une intervention intitulée « La phusis grecque pour repenser l’opposition « nature vs culture » : l’homme en interaction « anthropopoiétique » avec son milieu« . Alessandro Buccheri sera son répondant.

« La tradition veut que l’on fasse remonter, par filiation, le concept moderne de « nature », forgé au cours du XVIIIe siècle européen, à la notion grecque de phusis. Or une approche anthropologique des manifestations de la culture grecque antique implique non seulement un retour aux catégories propres, dans leurs définitions et usages discursifs indigènes (« prendre les Anciens au mot »); mais elle implique aussi un retour critique, par le regard oblique qu’elle induit, sur nos propres concepts. Ce cheminement sera proposé pour une analyse généalogique de l’opposition structurale « nature » vs « culture ». A partir du concept grec de phusis comme procédure de développement d’un organisme et sur la base des relations signifiantes que les médecins grecs établissaient entre la « nature humaine » et l’environnement, on verra que le concept postmoderne de plasticité envisagé dans les discours en génie génétique et en sciences neuronales rend caduque l’opposition structurale entre nature et culture. On pourra dès lors proposer une conception « anthropopoiétique » des relations interactives de l’homme avec son environnement, dans une écologie modelée par ses discours et pratiques sémiotiques« .

 


Prochaine séance du séminaire le 11 février de 19h à 21h avec Pierre Vesperini : « De la « philosophie » comme discipline contemporaine aux pragmatiques anciennes de la philosophia (et retour) »

Séance du mercredi 11 février 2015

 Pierre Vesperini (Université Paris 8-Anhima) : « De la « philosophie » comme discipline contemporaine aux pragmatiques anciennes de la philosophia (et retour) »

Cette communication, suivant la problématique du séminaire, propose d’étudier l’écart entre philosophia et « philosophie ». Trois pistes seront esquissées : d’abord, on examinera le lien entre les discours sur ce qu’on appelle « philosophie antique » et les représentations généralement associées aujourd’hui à la « philosophie » comme discipline ; on ira ensuite « tester » ces représentations sur les différentes pragmatiques auxquelles les Anciens donnaient le nom de philosophia. Enfin, on s’interrogera sur la construction même de l’objet « philosophie antique »

Discutante : Anne Gabrièle Wersinger (Université de Reims)

de 19 h à 21h à l’EHESS, 96 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle Lombard

(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

ATE_seminaire_aff_seance fev(1)

`

*Un exemplier sera distribué en début de séminaire.

Séance du séminaire le 14 janvier de 19h à 21h : Arnaud Macé « La phusis et la nature après Durkheim. Construction d’une catégorie anthropologique et pratiques sociales en Grèce ancienne »

Macé

 

Le mercredi 14 janvier, de 19h à 21h, à l’EHESS (96 bd Raspail, 75006 Paris), salle Lombard,  Arnaud Macé (Université de Franche-Comté) présentera un exposé intitulé « La phusis et la nature après Durkheim. Construction d’une catégorie anthropologique et pratiques sociales en Grèce ancienne ». Claude Calame sera son répondant.

Ci-dessous liens pour l’exemplier et l’affiche de la séance :

ATE_seminaire_aff_seance jan Macé_ATE_14_janvier_2015_La_phusis_Résumé_exemplier_bib liographie

ATE_seminaire_aff_seance jan

Première séance le 12 novembre de 19h à 21h

 

 

 

12 novembre

Claude Calame (EHESS) : « Introduction à la problématique du séminaire »
Sandra Boehringer (Université de Strasbourg) : « L’initiation, une catégorie utile ? Retour sur les rites de passage et la sexualité dans l’Antiquité »

de 19h à 21h à l’EHESS, 96 boulevard Raspail, en salle Lombard

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2014/ue/87/

Affiche téléchargeable avec le lien ci-dessous :

ATE_aff_20141112