Archives de catégorie : Actualités / News

Programme du SÉMINAIRE 2019-2020

 

POUR UNE ANTIQUITÉ-MONDE : LA GRÈCE, ROME ET LES AUTRES

« Antiquité, territoire des écarts »

Programme initié et préparé par Carole Boidin, Tristan Mauffrey, Maxime Pierre et Antoine Pietrobelli

(Université Paris-Diderot, Collège International de Philosophie et Association ATE)

L’Antiquité gréco-romaine a souvent été instrumentalisée pour écrire des histoires nationales, impérialistes, et même les études postcoloniales offrent des exemples de nouvelles instrumentalisations. Les empires ont légitimé leur domination par l’exemple grec ou romain, tandis que les nationalismes européens ou plus tard des états décolonisés se sont inventé des ancêtres préromains (Gaulois, Germains, Celtibères, Berbères, Phéniciens, etc.), ce qui revenait à faire de la Grèce et de Rome le double épicentre – et l’origine implicite – de leur histoire commune. Notre projet est d’opposer à ces grands récits identitaires, une Antiquitémonde polycentrée. L’empire grec d’Alexandre, les royaumes hellénistiques puis l’empire romain furent des espaces pluriculturels, pacifiés et, pour ce qui est de Rome, englobant l’ensemble du monde connu. À l’opposé de la théorie du « choc des civilisations », il est possible d’envisager ces mondes anciens comme des lieux de perméabilité et de fluidité interculturelles. Les Grecs et les Romains furent en interaction permanente avec leurs voisins égyptiens, puniques, perses, scythes ou indiens. Ce que nous désignons comme grec ou romain est toujours un objet ambivalent qui est le fruit d’une rencontre ou le résultat de métissages.

Dans cette perspective décentrée, le grec et le latin sont une ouverture sur une Antiquité-monde. Les textes des historiens, géographes, ethnographes anciens, mais aussi des poètes et des orateurs ainsi que les sources ethnographiques et archéologiques permettent de dés-européaniser l’héritage gréco-romain. De cette approche mondialisée découle une attention particulière à la question des syncrétismes, transferts, hybridations, fusions et reconfigurations culturelles dans les pratiques et dans les discours.

Décentrer les études anciennes en les dés-européanisant, suppose de prêter l’oreille à la manière dont on parle aujourd’hui de cette Antiquité depuis l’Afrique, l’Inde, la Chine ou le Japon : quelles images s’y fait-on des Grecs et des Romains et quels usages en fait-on ? Comment notre propre regard s’en trouve-t-il changé ?

Université Paris-Diderot, rue Thomas Mann 75013 Paris

salle 681C (Grands Moulins 6ème étage) 18h30 à 20h30

17 octobre : Malika Hammou (Université de Grenoble), « Hellénophones et hellénistes à la Renaissance : le cas des Portus »

14 novembre : Corinne Bonnet (Université de Toulouse), « Hellénisme et micro-identités en Syrie : dans les pas de Méléagre de Gadara »

12 décembre : Fabrizio Speziale (EHESS), « Savants hindous et culture persane : nouvelles perspectives sur la transmission de la médecine galénique en Inde, 17e-19e siècles »

9 janvier : Samra Azarnouche (EPHE), « Éléments de néoplatonisme dans le zoroastrisme tardo-antique : études préliminaires »

6 février : Nicolas Grimal (Collège de France), « Les Égyptiens et les autres »

12 mars : Anca Dan (CNRS), « Les Scythes d’hier et d’aujourd’hui »

23 avril : Aurélien Robert (CNRS), « Épicure hérétique »

14 mai : Ron Naiweld (EHESS), « L’universalisation du mythe biblique dans le monde gréco-romain »

Séminaire antiquité monde 2019-2020

 

Prochaine Master-classe

MASTER-CLASSE
15 NOVEMBRE 2017
(14H-17H)

PÉTRONE, LE SATIRICON,
Cena Trimalchionis

Lieu : UNIVERSITÉ PARIS-DIDEROT, 5 rue Thomas Mann, Grands Moulins, bâtiment C, 6e étage, salle Pierre Albouy (métro : ligne 14, Bibliothèque François Mitterrand. Bus 62 et 64)

                 Antiquité territoire des écarts (ATE) a pour objet de promouvoir un nouveau rapport à l’Antiquité grecque et romaine et travaille, par une critique anthropologique et historique des relations entre l’Antiquité et la modernité, à repenser des catégories modernes prétendument enracinées dans les cultures grecque ou romaine. ATE organise notamment des séminaires de recherche, des colloques et des journées d’étude, ainsi que des master-classes.

             Chère collègue, cher collègue,

              La prochaine master classe aura lieu à Paris mercredi 15 novembre 2017 , animée par

Johana AUGIER « Le narrateur dans la Cena » »
Florence DUPONT « Les affranchis de la Cena document ou fiction ? »

               Toute master-classe comporte d’abord deux exposés liminaires, (1/2 d’h chacun) suivis d’une demi-heure de questions. Puis, après une brève pause les participants se sépareront en deux ateliers avec chacun des intervenants (1h15). Enfin tout le monde se retrouve pour un bilan collectif.

               Si vous voulez participer à cette master-classe, vous pouvez encore vous inscrire (latinjussieu@aol.com) Vous recevrez une série de fichiers en pdf correspondant aux exposés et aux ateliers de chaque intervenant. Pour chacun : un dossier de travail comportant une bibliographie, une synthèse et des textes anciens avec traduction.

Nous vous enverrons ces dossiers avant la master-classe, pour que chacun d’entre vous puisse les consulter, lire les textes au préalable et ainsi profiter au mieux du travail collectif.

Pour tout renseignement complémentaire : latinjussieu@aol.com

Le programme 2017/2018

Famille et société entre pratiques et représentations :
les Grecs, les Romains, les autres et nous en comparaisons triangulaires

« Antiquité, territoire des écarts »

Sandra BOEHRINGER, Romain BRETHES, Claude CALAME, Florence DUPONT, Tristan MAUFFREY
EHESS (Centre AnHiMA et CRAL)

Programme 2017/2018

                     Face aux Anciens, grecs et romains, l’exercice de comparaison triangulaire est indispensable : il vise à
aiguiser l’exigence critique vis-à-vis de l’Antiquité gréco-romaine et vis-à-vis de nous-mêmes dans le passage par une
culture tierce. Il permet de décentrer notre regard sur des sociétés anciennes que nos interprétations (re)construisent
souvent selon des approches analogiques ou généalogiques, en projetant une Antiquité idéalisée sur la modernité.

L’exercice du double écart comparatif portera sur la question de la famille dans les structures et relations
sociales et dans ses représentations : parenté, consanguinité, filiation maternelle/paternelle, mari/épouse, alliance,
viri-/uxorilocalité, transmission, patrimoine, autant de grilles d’analyse anthropologique (souvent à base latine) qui ont
permis des lectures de sociétés éloignées dans le temps ou dans l’espace, mais qui ont souvent imposé des
interprétations anachroniques ou ethnocentrées. Grâce à une approche croisant les acquis de l’anthropologie, de la
sociologie et de la linguistique pragmatique, donc en rompant avec les habituelles analyses textuelles, la comparaison
des cultures que ce séminaire propose de mener permettra d’ajouter un second écart au premier et de raviver la force
subversive de l’altérité antique.

SEMINAIRE MENSUEL, jeudi de 19 h à 21 h
EHESS, 105 Bd Raspail, 75006 Paris, salle 13
(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

jeudi 9 novembre 2017 – Florence Dupont (Université Paris Diderot, Paris 7)
« La paternité en héritage à Rome »
jeudi 14 décembre 2017 – Claudine Leduc (Université Jean Jaurès, Toulouse)
« Relations de parenté et adoption dans la cité d’Athènes »
jeudi 11 janvier 2018 – Marine Bretin-Chabrol (Université Lumière, Lyon 2)
« Quand l’auunculus devient pater, ou le problème de l’adoption du neveu utérin par l’oncle
maternel dans la Rome antique »
jeudi 15 février 2018 – Philippe Moreau (Université Paris Est Créteil)
« Les représentations figurées ou métaphoriques de la parenté à Rome (sang, botanique, spatialité) »
jeudi 15 mars 2018 – Violaine Sebillotte (Université Sorbonne Paris 1)
« Pour en finir avec le privé et le public : la famille au cœur de la société grecque classique »
jeudi 12 avril 2018 – Sylvia Estienne (Ecole Normale Supérieure, Paris)
« Culte civique, culte domestique? L’exemple de Vesta »
jeudi 3 mai 2018 (jeudi 10 mai : Ascension) – Jérôme Wilgaux (Université de Nantes)
« Entre vérités et fictions : les fondements de la parenté en Grèce ancienne »
jeudi 14 juin 2018 – Maurizio Bettini (Université de Sienne)
« Pourquoi les parentes romains – père et mère, ou ancêtres en général – sont devenus des
“parents” génériques : une perspective anthropologique »

Le programme du séminaire 2015-2016

Prendre les Anciens au mot : ce que l’Antiquité fait à la modernité

Séminaire mensuel le mercredi de 19 h à 21 h

EHESS, 96 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle Lombard

(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

« Antiquité, territoire des écarts »

Sandra BOEHRINGER, Carole BOIDIN, Claude CALAME, Florence DUPONT, Pierre VESPERINI, Anne-Gabrièle Wersinger

       L’Antiquité gréco-romaine nous tend des pièges intellectuels : les termes grecs ou latins, comme theatron, muthos, poiesis, eros, philosophia, fabula, res publica ou pater familias, n’avaient ni le sens ni les emplois que nous donnons aujourd’hui à théâtre, mythe, poésie, érotisme, philosophie, fable, république ou père de famille. L’identité formelle entre les termes anciens d’un côté, français de l’autre donne l’illusion que nous pouvons les utiliser sans précaution, sans traduction anthropologique. Ils ont fini par renvoyer à des concepts anhistoriques, souvent présentés comme des catégories universelles.

       Il s’agira de retracer les pratiques discursives correspondant à l’usage de ces mots, puis les réalités sociales auxquelles ces termes renvoient, grâce à une approche croisant les acquis de l’anthropologie, de la sociologie et de la linguistique pragmatique de l’énonciation, donc en rompant avec les habituelles analyses textuelles. On pourra ainsi revisiter les savoirs que ces pratiques antiques construisent dans des contextes historiques et culturels donnés. Pratiquer l’écart ne vise pas seulement à mesurer la distance anthropologique qui sépare Antiquité et modernité, mais aussi à activer le questionnement sur la modernité à partir de l’Antiquité.

mercredi 18 novembre 2015. Vincent Azoulay,  « Charisme et charis, retour sur Max Weber ».

mercredi 9 décembre 2015.  Violaine Sébillotte, « Des politai aux citoyens: de qui et de quoi parle-t-on? »

mercredi 13 janvier 2016.  Romain Brethes,  « L’invention du roman ».

mercredi 10 février 2016. Adeline Adam, « Les uitae romaines (Suétone) : jeux de tiroirs et jeux de miroirs ».

mercredi 9 mars 2016. William Marx, « Faut-il encore bannir les poètes de la république ? (de Platon à Sarkozy) ».

mercredi 13 avril 2016. Anne Debrosse, ­«  La postérité des poétesses grecques, ou le genre à coup de marteau ».

mercredi 11 mai 2016. Antoine Pietrobelli, « Mais où est passé l’archétype ? Du modèle arborescent appliqué à la critique textuelle ».

mercredi 8 juin 2016. Maxime Pierre, « L’ode ou le tombeau des chants perdus ».

 

ATE_seminaire_15-16 corr

Séance du séminaire le 14 janvier de 19h à 21h : Arnaud Macé “La phusis et la nature après Durkheim. Construction d’une catégorie anthropologique et pratiques sociales en Grèce ancienne”

Macé

 

Le mercredi 14 janvier, de 19h à 21h, à l’EHESS (96 bd Raspail, 75006 Paris), salle Lombard,  Arnaud Macé (Université de Franche-Comté) présentera un exposé intitulé “La phusis et la nature après Durkheim. Construction d’une catégorie anthropologique et pratiques sociales en Grèce ancienne”. Claude Calame sera son répondant.

Ci-dessous liens pour l’exemplier et l’affiche de la séance :

ATE_seminaire_aff_seance jan Macé_ATE_14_janvier_2015_La_phusis_Résumé_exemplier_bib liographie

ATE_seminaire_aff_seance jan

ATE participe à une réflexion pédagogique organisée par l’académie de Créteil à Paris 8

LE SENS DES LETTRES ET DES HUMANITÉS

DU LYCÉE À L’UNIVERSITÉ

Académie de Créteil

Université Paris VIII-Saint-Denis

5 novembre 2014

8h30 Accueil, présentation

. 9h. Enseigner ensemble les Lettres, du lycée à l’université (Bruno Clément, Paris VIII : http://www2.univ-paris8.fr/litteraturefrancaise/index.php?option=com_content&view=article&id=30%3Aclement-bruno&catid=7&Itemid=12 ; Anaïs Laristan, Lycée Jean Zay, Aulnay-sous-Bois)

9h20-9h30 Échanges

. 9h30 La transitionnalité de la littérature (Hélène Merlin-Kajman, Paris III, Institut de France; http://www.univ-paris3.fr/mme-merlin-kajman-helene-29744.kjsp  et www.mouvement-transitions.fr )

10h-10h15 Échanges

. 10h15 L’antiquité comme laboratoire (Florence Dupont, Paris VII, Collège international de philosophie, ATE, http://www.univ-paris-diderot.fr/clam/fiches/dupont.htm )

10h45-11h Échanges

11h-11h15 Pause

. 11h15 Le sens des lettres et des humanités aujourd’hui : dialogue (Florence Dupont, Hélène Merlin-Kajman)

11h45-12h00 Échanges

. 12h Lycéens et jeunes chercheurs : découvrir l’antiquité / découvrir la littérature avec les élèves de l’École Normale Supérieure (https://sites.google.com/site/lesitejda/ et

http://www.journeeslitterature.fr/index.html )

12h20-12h30 Échanges