Prochaine séance le 13 avril à 19h avec Anne Debrosse (discutante : Marie Saint-Martin)

SEMINAIRE du mercredi 13 avril 2016 de 19 h à 21 h
EHESS, 96 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle Lombard
(Métro  Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

affiche debrosse
Anne  DEBROSSE
Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan
Centre de Recherche en Littérature Comparée (EA 4510)

LA POSTÉRITÉ DES POÉTESSES GRECQUES OU LE GENRE À COUP DE MARTEAU ?

Pierre Bourdieu, dans La Domination masculine, postule une a-chronicité des études de genre, en réponse à des mécanismes invariants qu’il décèle dans les partages des sexes qui ont traversé l’histoire. Dans le cas des premières voix de femmes (les poétesses grecques, Sappho étant considérée depuis toujours comme « la première voix de femme »), se constitue une liste de neuf grandes poétesses grecques. Les listes de la Renaissance reprennent cette pratique, puis nos anthologies contemporaines font de même. Les poètes sont normalement réunis en fonction d’un genre littéraire commun (neuf grands poètes lyriques sont distingués à l’époque hellénistique) ; ils ne sont en tout cas pas réunis en tant que représentants de leur sexe. Or, les poétesses, quant à elles, le sont, de façon durable à travers le temps. Nous chercherons donc à développer une réflexion sur ce drôle d’invariant, qui surgit à toutes les époques sous des formes différentes et avec des présupposés différents (mais à quel point ?), tel un inévitable Protée. Cet invariant est-il si invariant qu’il en a l’air ? Constitue-t-il un hapax ou une entorse dans la pensée des écarts ?

Discutante : Marie Saint-Martin

Lycée Jeanne d’Arc (Rouen)
Centre de Recherche en Littérature Comparée (EA 4510)
Centre d’Études et de Recherche Éditer / Interpréter (EA 3229)

ATE_séminaire.13.4.16.Debrosse

Séminaire du mercredi 6 avril 2016 de 19 h à 21 h

Séminaire du mercredi 6 avril 2016 de 19 h à 21 h
EHESS, 96 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle à préciser
(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

William MARX

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Centre de recherches en littérature et poétique comparées (EA 3931)

FAUT-IL ENCORE BANNIR LES POÈTES DE LA RÉPUBLIQUE ?

Dans La République de Platon, Socrate recommande à plusieurs reprises et pour diverses raisons de rejeter les poètes en dehors des frontières de la cité idéale qu’il essaie d’échafauder. En 2006, à Lyon, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur et candidat à la présidence de la République française, formule ses premières attaques contre La Princesse de Clèves et, plus spécifiquement, contre son utilisation dans les concours administratifs ; beaucoup d’autres attaques suivront au cours du quinquennat. Il ne semble pas y avoir grand-chose de commun entre ces deux moments de la pensée politique. Pourtant, la comparaison du Socrate de La République, quelques siècles avant notre ère, avec le Sarkozy d’un meeting lyonnais au début du XXIe siècle n’en permet pas moins de mieux appréhender la singularité de l’assaut platonicien contre la poésie, d’en mieux définir l’objet, d’en percevoir plus précisément les motifs. Sans vouloir gommer les différences, peut-être convient-il donc malgré tout de s’interroger sur les raisons qui conduisent à rapprocher le discours de Socrate de celui de Sarkozy : qu’est-ce qui se noue ici ? Quel objet minimal peut-on voir par là s’ébaucher ?

Discutant : Romain BRETHES Lycée Janson-de-Sailly / AnHiMA

 

Prochaine séance du séminaire le 10 février de 19h à 21H

Séminaire du mercredi 10 février 2016 de 19 h à 21 h
EHESS, 96 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle Lombard
(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

Romain BRETHES

Lycée Janson-de-Sailly / AnHiMA

« L’invention du roman »

 

« Antique » et « roman » sont deux termes dont l’association surprend – non sans raison. Chacun sait, ou éprouve intuitivement, que le mot « roman » est étranger à l’Antiquité gréco-latine. Dans son acception littéraire, il est né au Moyen Âge pour désigner des œuvres écrites en « roman », c’est-à-dire dans la langue vulgaire, par opposition à la langue savante qu’était le latin. Les « romans antiques » existent pourtant, même si l’expression relève de l’anachronisme. Les Anciens pratiquaient des formes longues de fiction en prose ; simplement, ils ne les nommaient pas « romans ». Plus exactement, ils ne les nommaient pas du tout. Les œuvres en question n’avaient aucune désignation d’ensemble ; elles n’étaient appuyées par aucun discours théorique, liées a priori à aucun rituel ou contexte de performance. Écrits par des auteurs souvent mystérieux, lus par un public qui n’en a laissé pour ainsi dire aucun commentaire avant l’époque byzantine, les « romans » se sont développés en marge du paysage littéraire ancien. Le caractère méconnu, ou invisible, qui est le leur aujourd’hui, remonte donc à l’Antiquité elle-même. Du reste, au Moyen Âge, à la Renaissance, à l’âge classique, le genre romanesque a souvent occupé cette place marginale, ignoré ou méprisé des institutions et des académies. Mais chercher à établir une généalogie, comme l’ont fait Émile Zola ou plus récemment certains philologues, entre une tradition romanesque antique et celle qui a façonné le visage de ce genre aux XIXe et XXe siècles, ce serait oublier que l’invention du roman, « le plus violemment nouveau de tous les genres nouveaux » (Barbara Cassin), ne coïncide pas seulement avec une époque donnée – et d’ailleurs incertaine – mais qu’elle est aussi le fruit de ses multiples réceptions, depuis le XVe siècle jusqu’à nos jours.

Discutante :           Carole BOIDIN

Université Paris Ouest Nanterre La Défense / Centre de recherches en Littérature et Poétique comparées

 ATE_seminaire_20160210

Prochaine Master-classe à Paris le 16 janvier (14H-17H30) « Corps grecs »

CORPS GRECS

 

Lieu : UNIVERSITE PARIS-DIDEROT, 5 rue Thomas Mann, Grands Moulins, bâtiment C, 6e étage, salle Pierre Albouy (métro : ligne 14, Bibliothèque François Mitterrand. Bus 62 et 64

Antoine Pietrobelli « La littérature, une médecine pour le corps ? »
Florence Gherchanoc « Artifices corporels et beautédu corps en Grèce ancienne »

 

Toute master-classe comporte d’abord deux exposés liminaires, (1/2 d’h chacun) suivis d’une demi-heure de questions. Puis, après une brève pause les participants se sépareront en deux ateliers avec chacun des intervenants (1h15). Enfin tout le monde se retrouve pour un bilan collectif.

Si vous voulez participer à cette master-classe, vous pouvez encore vous inscrire (latinjussieu@aol.com) Vous recevrez une série de fichiers en pdf correspondant aux exposés et aux ateliers de chaque intervenant. Pour chacun : un dossier de travail comportant une bibliographie, une synthèse et des textes anciens avec traduction.

Nous vous envoyons ces dossiers avant la master-classe, pour que chacun d’entre vous puisse les consulter, lire les textes au préalable et ainsi profiter au mieux du travail collectif.

corps grecs idf annonce

Première séance du séminaire le 18 novembre de 19h à 21h. Intervention de Vincent Azoulay

Voici l’affiche de la première séance de notre séminaire annuel, le 18 novembre de 19h à 21h à l’EHESS, salle Lombard. Vincent Azoulay (Université Paris Est-Marne la Vallée) présentera un exposé intitulé « Charis et Charisme : retour sur Max Weber). Stavroula Kefallonitis (Université de Saint-Etienne) sera la discutante.

affiche azoulay

ATE_seminaire_20151118(1)

Journée d’étude le 7 novembre à l’INHA, 9h-19h, salle Fabri de Pereisc

je def

L’Antiquité gréco-romaine et la « civilisation »: pour en finir avec les inventions

Comité d’organisation : Sandra BOEHRINGER, Carole BOIDIN, Claude CALAME, Florence DUPONT, Pierre VESPERINI et Anne-Gabrièle WERSINGER.

 

Introduction : Florence DUPONT, Université Paris-Diderot : « Le dernier texte de Mauss (« Une catégorie de l’esprit humain : la notion de personne ») ou la civilisation comme croyance ».
Alban BENSA, EHESS : « Critique de la notion de civilisation : frontières, emprunts et mélanges dans une situation océanienne (Nouvelle- Calédonie 1917) ».
Jan BLANC, Université de Genève : « Winckelmann, inventeur de la « civilisation » grecque ».
Blaise DUFAL, EHESS : « La civilisation originelle : l’Antiquité classique comme matrice historiographique ».
Anne-Gabrièle WERSINGER, Université de Reims : « L’invention de l’invention ».
Marie SAINT-MARTIN, CPGE : « Le classicisme français et la réinvention d’une origine, la « civilisation » grecque : entre raffinement et barbarie ».
Michel BRIAND, Université de Poitiers : « L’invention de l’enthousiasme poétique ».
Vivien LONGHI, Université Paris-Sorbonne : « « Hippocrate » comme inventeur d’une médecine « rationnelle » : quelques aspects d’une construction ».
Laurie LAUFER, Université Paris-Diderot : « Retour sur Malaise dans la civilisation (Freud)

Conclusion : Claude CALAME, EHESS : « Civilisation et Kultur ».

ATE_JE_20151107_affiche3

Le programme du séminaire 2015-2016

Prendre les Anciens au mot : ce que l’Antiquité fait à la modernité

Séminaire mensuel le mercredi de 19 h à 21 h

EHESS, 96 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle Lombard

(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

« Antiquité, territoire des écarts »

Sandra BOEHRINGER, Carole BOIDIN, Claude CALAME, Florence DUPONT, Pierre VESPERINI, Anne-Gabrièle Wersinger

       L’Antiquité gréco-romaine nous tend des pièges intellectuels : les termes grecs ou latins, comme theatron, muthos, poiesis, eros, philosophia, fabula, res publica ou pater familias, n’avaient ni le sens ni les emplois que nous donnons aujourd’hui à théâtre, mythe, poésie, érotisme, philosophie, fable, république ou père de famille. L’identité formelle entre les termes anciens d’un côté, français de l’autre donne l’illusion que nous pouvons les utiliser sans précaution, sans traduction anthropologique. Ils ont fini par renvoyer à des concepts anhistoriques, souvent présentés comme des catégories universelles.

       Il s’agira de retracer les pratiques discursives correspondant à l’usage de ces mots, puis les réalités sociales auxquelles ces termes renvoient, grâce à une approche croisant les acquis de l’anthropologie, de la sociologie et de la linguistique pragmatique de l’énonciation, donc en rompant avec les habituelles analyses textuelles. On pourra ainsi revisiter les savoirs que ces pratiques antiques construisent dans des contextes historiques et culturels donnés. Pratiquer l’écart ne vise pas seulement à mesurer la distance anthropologique qui sépare Antiquité et modernité, mais aussi à activer le questionnement sur la modernité à partir de l’Antiquité.

mercredi 18 novembre 2015. Vincent Azoulay,  « Charisme et charis, retour sur Max Weber ».

mercredi 9 décembre 2015.  Violaine Sébillotte, « Des politai aux citoyens: de qui et de quoi parle-t-on? »

mercredi 13 janvier 2016.  Romain Brethes,  « L’invention du roman ».

mercredi 10 février 2016. Adeline Adam, « Les uitae romaines (Suétone) : jeux de tiroirs et jeux de miroirs ».

mercredi 9 mars 2016. William Marx, « Faut-il encore bannir les poètes de la république ? (de Platon à Sarkozy) ».

mercredi 13 avril 2016. Anne Debrosse, ­«  La postérité des poétesses grecques, ou le genre à coup de marteau ».

mercredi 11 mai 2016. Antoine Pietrobelli, « Mais où est passé l’archétype ? Du modèle arborescent appliqué à la critique textuelle ».

mercredi 8 juin 2016. Maxime Pierre, « L’ode ou le tombeau des chants perdus ».

 

ATE_seminaire_15-16 corr

Master class « Le corps dans l’Antiquité, 26-09-2015

Antiquité territoire des écarts (ATE) a pour objet de promouvoir un nouveau rapport à l’Antiquité grecque et romaine et travaille, par une critique anthropologique et historique des relations entre l’Antiquité et la modernité, à repenser des catégories modernes prétendument enracinées dans les cultures grecque ou romaine. ATE organise notamment des séminaires de recherche, des colloques et des journées d’étude, ainsi que des master-class.

Organisation des master-class : Adeline ADAM, Florence DUPONT, Marie FONTANA, Corinne LEENHARDT, Marie SAINT-MARTIN.

Une master-class comporte une série exposés liminaires puis des ateliers. Les participants reçoivent, par internet, un dossier de travail (une dizaine de pages) une semaine avant la master-class, comportant une bibliographie, une synthèse et des textes anciens, grec et latins, avec traduction.

Pour toute la France et à l’attention des enseignants de classes préparatoires

Samedi 26 septembre 2015 (13h30-17h) :  « Le corps dans l’Antiquité »

 

Lieu : Université Paris-Diderot, Grands Moulins, bâtiment C, 6e étage, salle Pierre Albouy (métro : ligne 14, Bibliothèque François Mitterrand)

Michel Blonski, « Le corps propre »

Catherine Baroin, « Le corps infirme à Rome : bègues et boiteux »

Marine Chabrol, « Le corps de la nourrice »

Jean-François Cottier, « Les chrétiens ont-ils un corps ? »

Florence Dupont, « Corps de l’orateur, corps de l’acteur »

 

Pour tout renseignement ou inscription, écrire à latinjussieu@aol.com

ATE_master-class_prog15-16(1)

Antiquité, territoire des écarts