Prochaine séance le mercredi 11 janvier exceptionnellement de 19h à 21h

Michel Blonski

Membre associé du Centre AnHiMA

« Visions romaines du propre et du sale. Comment les Romains appellent-ils le « sale » et le « propre », le « pur » et l’« impur » ?

Nombreux sont les mots que leur vocabulaire met à leur disposition : mundus, lautus, spurcus, sordidus, etc. Si purus / impurus ou immundus nous semblent familiers, il faut se rendre à l’évidence que ces termes renvoient en réalité à un imaginaire romain bien particulier, à la fois global (monde de la cité vs chaos de l’entropie) et spécifique à chacun d’entre eux, et qu’il faut être pour le moins précautionneux si l’on souhaite les transposer tels quels dans notre présent. Reste enfin une porte ouverte à de nombreux domaines d’analyse dont le genre n’est pas le moindre.

Répondante : Sandra Boehringer (Université de Strasbourg)

EHESS 96 blvd Raspail Salle Lombard, exceptionnellement de 19h à 21h

Seminaire anciens au mot Blonski

Prochaine séance le 14 décembre 17h-19h

Adeline Grand-Clément

Université Toulouse 2 Jean Jaurès (IUF)

Equipe PLH-ERASME Programme « Synaesthesia » : https://synaesthes.hypotheses.org/

« Over the Rainbow: les couleurs des Grecs vs le spectre chromatique de Newton »

           Newton a réussi un tour de force génial : nous faire croire que l’arc-en-ciel a sept couleurs. Son Traité d’optique, exposant le fruit des expériences qu’il a menées avec le prisme, autour de la décomposition de la lumière, a ainsi profondément marqué la façon dont la culture occidentale perçoit aujourd’hui l’univers des couleurs. Accusé par certains poètes et artistes contemporains d’avoir « détissé » ou « désenchanté » l’arc-en-ciel, le savant a finalement réussi à imposer une façon de voir. Il en existe d’autres, et le monde grec en offre un bon exemple. Chez Homère, l’arc-en-ciel est « pourpre », tandis que pour Xénophane, il est de trois couleurs… Les études menées par les ethnologues et les anthropologues dans différentes parties du monde ont mis en évidence la grande diversité des lexiques chromatiques qui existent sur la planète, et souligné le rôle que jouent la culture et l’éducation dans la construction de la perception et de la dénomination des couleurs par les différentes sociétés. C’est donc en abandonnant le cadre théorique défini par Newton que l’on peut, à l’aide des méthodes de l’anthropologie historique, comprendre la façon dont les Grecs appréhendaient les couleurs et pourquoi, chez Homère, l’arc-en-ciel est pourpre.

Répondante : Emmanuelle Valette (Université Paris-Diderot Paris 7)

EHESS, 96 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle Lombard

Seminaire Adeline Grand Clement