Prochaine séance le 9 novembre 17h-19h

Sophie KLIMIS
(Université Saint-Louis-Bruxelles)

« Onoma : des jeux syntaxiques sur les mots des Anciens à la sacralisation du paradigme lexical des Modernes »

Onoma : le mot et le nom. Ce double sens semble être à l’origine d’une théorie du langage qui prend le nom pour paradigme. En assimilant sens et vérité, l’étymologie est l’opération centrale de cette réduction lexicale du langage à une somme de « mots-noms ». Or, il faut prendre la mesure de l’écart qui sépare les jeux de mots étymologiques du Cratyle de Platon de la sacralisation de l’étymologie d’un Heidegger. Dans un premier temps, il s’agira de voir comment, en parallèle à la discussion explicite sur l’origine conventionnelle ou naturelle du langage, le Cratyle est aussi implicitement en dialogue critique avec les multiples jeux des poètes sur les noms. Heidegger, quant à lui, construit une forme de rituel strictement interne au discours, qui culmine dans l’épiphanie du Sein barré, ce signe qui ne se dit pas mais se voit, en passant par la psalmodie des « mots fondamentaux de la pensée initiale ». Dans un second temps, je voudrais voir comment, au-delà du cercle restreint des Heideggeriens, nous tombons en permanence dans le piège de la lexicalisation inhérente au paradigme implicite d’onoma. A partir d’une série d’études de « cas » précis, il s’agira de montrer en quoi les jeux sur les mots-noms des Anciens présupposent toujours une conception du sens d’ordre syntaxique et non pas lexical. C’est ainsi le rythme vivant de la parole et de la pensée des Anciens qui est perdu.

EHESS, 96 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle Lombard

ATE Séminaire Sophie Klimis