Prochaine séance le 8 juin, 19h-21h

Maxime P I E R R E
(Université Paris-Diderot, CERILAC)
L’ODE OU LE TOMBEAU DES CHANTS PERDUS

L’« ode » fait partie de ces faux mots grecs utilisés en français avec une signification qu’ils n’avaient pas à l’origine, comme par exemple le « théâtre » ou la « démocratie ». À cette exception près que l’« ode » désigne une pratique morte,ou plus précisément la nostalgie de chants archaïques grecs. Les chants meurent-ils donc ? Que trouve-on dans le tombeau d’un chant ? C’est paradoxalement au contact d’une pratique bien vivante, l’hymne chrétien, qu’apparaît la notion d’« ode » dans l’Antiquité tardive et au Moyen-Âge. L’« ode » des Anciens est alors pensée comme la forme païenne de l’hymne liturgique. Elle en constitue la face morte, ou plus précisément, sa face littéraire : déconnectée de la pragmatique liturgique chrétienne – un chant de louanges de Dieu – elle constitue sa forme savante. «Ode » et « hymne » sont les deuxfaces de la lyrique christianisée : l’une « froide », publiée dans des livres, l’autre « chaude », intégrée au culte. LaRenaissance de l’« ode » au XVIe siècle renoue avec la nostalgie d’un chant perdu, mais le réoriente sous forme profane : à l’efficacité liturgique, les poètes préfèrent un geste de monumentalisation littéraire. Ce revival sera sa mise à mort. Cette mort nous concerne-t-elle ? À l’ère de la chanson standardisée envisagée comme marchandise, n’assistons-nous pas à un regain d’intérêt pour les chants perdus ? Morte l’« ode » ? Il se pourrait qu’elle bouge encore.

Discutant : Frédéric NAU (CPGE, Lycée Fénelon, Paris)

ATE_seminaire_20160608_Maxime PIERRE-1

Prochaine séance le 11 mai

A n t o i n e  P I E T R O B E L L I
(Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 3311 CRIMEL, IUF)
MAIS OÙ EST PASSÉ L’ARCHÉTYPE ? DU MODĖLE ARBORESCENT APPLIQUÉ À LA CRITIQUE TEXTUELLE

Discutant : Filippo RONCONI (EHESS, Centre d’Études Byzantines)

Lorsqu’on entreprend d’éditer un texte ancien, pour procéder au classement des manuscrits qui le conservent, il est d’usage de les faire tous remonter à un unique archétype. La méthode de classement stemmatique mise au point par Karl Lachmann (1793-1851) vise ainsi à reconstruire la forme la plus ancienne du texte, aujourd’hui perdue, celle de l’archétype. La méthode de Lachmann dans laquelle tout bon philologue se doit encore aujourd’hui d’exceller pour établir son édition critique pose pourtant problème. Cette reconstruction abstraite est tout d’abord datée. Comme l’arbre généalogique des langues permettant de remonter à la langue primordiale de l’indo-européen, cette théorie fut forgée dans le milieu des idéologues allemands du XIXe siècle. La méthode de Lachmann présuppose une idée de l’auteur, de l’oeuvre, du texte ou de la publication propre à la littérature imprimée de son temps : elle occulte les réalités anthropologiques de la pratique philologique des anciens. Galien de Pergame (129-ca 216), notre  meilleur informateur sur la question, rapporte qu’il dictait ses livres à une équipe de tachygraphes et de calligraphes, afin d’en produire, dès le départ, plusieurs copies à expédier aux quatre coins de l’Empire. Peut-on parler d’original ou d’archétype, si dès sa composition à l’oral, le livre est reproduit sur plusieurs exemplaires manuscrits, par essence tous différents, avec leur part de coquilles et de variantes ? Comment éditait-on des livres dans l’Antiquité ? En quoi ces pratiques du livre invitent-elles à revoir notre rapport aux textes anciens ? En quoi résonnent-elles avec des pratiques contemporaines ? Et comment repenser l’ecdotique à partir de l’ekdosis des anciens ?

 

 

Séminaire _Anciens au mot_11.5.16