Séminaire du mercredi 6 avril 2016 de 19 h à 21 h

Séminaire du mercredi 6 avril 2016 de 19 h à 21 h
EHESS, 96 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle à préciser
(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

William MARX

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Centre de recherches en littérature et poétique comparées (EA 3931)

FAUT-IL ENCORE BANNIR LES POÈTES DE LA RÉPUBLIQUE ?

Dans La République de Platon, Socrate recommande à plusieurs reprises et pour diverses raisons de rejeter les poètes en dehors des frontières de la cité idéale qu’il essaie d’échafauder. En 2006, à Lyon, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur et candidat à la présidence de la République française, formule ses premières attaques contre La Princesse de Clèves et, plus spécifiquement, contre son utilisation dans les concours administratifs ; beaucoup d’autres attaques suivront au cours du quinquennat. Il ne semble pas y avoir grand-chose de commun entre ces deux moments de la pensée politique. Pourtant, la comparaison du Socrate de La République, quelques siècles avant notre ère, avec le Sarkozy d’un meeting lyonnais au début du XXIe siècle n’en permet pas moins de mieux appréhender la singularité de l’assaut platonicien contre la poésie, d’en mieux définir l’objet, d’en percevoir plus précisément les motifs. Sans vouloir gommer les différences, peut-être convient-il donc malgré tout de s’interroger sur les raisons qui conduisent à rapprocher le discours de Socrate de celui de Sarkozy : qu’est-ce qui se noue ici ? Quel objet minimal peut-on voir par là s’ébaucher ?

Discutant : Romain BRETHES Lycée Janson-de-Sailly / AnHiMA