Prochaine séance du séminaire le 10 février de 19h à 21H

Séminaire du mercredi 10 février 2016 de 19 h à 21 h
EHESS, 96 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle Lombard
(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

Romain BRETHES

Lycée Janson-de-Sailly / AnHiMA

« L’invention du roman »

 

« Antique » et « roman » sont deux termes dont l’association surprend – non sans raison. Chacun sait, ou éprouve intuitivement, que le mot « roman » est étranger à l’Antiquité gréco-latine. Dans son acception littéraire, il est né au Moyen Âge pour désigner des œuvres écrites en « roman », c’est-à-dire dans la langue vulgaire, par opposition à la langue savante qu’était le latin. Les « romans antiques » existent pourtant, même si l’expression relève de l’anachronisme. Les Anciens pratiquaient des formes longues de fiction en prose ; simplement, ils ne les nommaient pas « romans ». Plus exactement, ils ne les nommaient pas du tout. Les œuvres en question n’avaient aucune désignation d’ensemble ; elles n’étaient appuyées par aucun discours théorique, liées a priori à aucun rituel ou contexte de performance. Écrits par des auteurs souvent mystérieux, lus par un public qui n’en a laissé pour ainsi dire aucun commentaire avant l’époque byzantine, les « romans » se sont développés en marge du paysage littéraire ancien. Le caractère méconnu, ou invisible, qui est le leur aujourd’hui, remonte donc à l’Antiquité elle-même. Du reste, au Moyen Âge, à la Renaissance, à l’âge classique, le genre romanesque a souvent occupé cette place marginale, ignoré ou méprisé des institutions et des académies. Mais chercher à établir une généalogie, comme l’ont fait Émile Zola ou plus récemment certains philologues, entre une tradition romanesque antique et celle qui a façonné le visage de ce genre aux XIXe et XXe siècles, ce serait oublier que l’invention du roman, « le plus violemment nouveau de tous les genres nouveaux » (Barbara Cassin), ne coïncide pas seulement avec une époque donnée – et d’ailleurs incertaine – mais qu’elle est aussi le fruit de ses multiples réceptions, depuis le XVe siècle jusqu’à nos jours.

Discutante :           Carole BOIDIN

Université Paris Ouest Nanterre La Défense / Centre de recherches en Littérature et Poétique comparées

 ATE_seminaire_20160210