Journée d’étude le 7 novembre à l’INHA, 9h-19h, salle Fabri de Pereisc

je def

L’Antiquité gréco-romaine et la « civilisation »: pour en finir avec les inventions

Comité d’organisation : Sandra BOEHRINGER, Carole BOIDIN, Claude CALAME, Florence DUPONT, Pierre VESPERINI et Anne-Gabrièle WERSINGER.

 

Introduction : Florence DUPONT, Université Paris-Diderot : « Le dernier texte de Mauss (« Une catégorie de l’esprit humain : la notion de personne ») ou la civilisation comme croyance ».
Alban BENSA, EHESS : « Critique de la notion de civilisation : frontières, emprunts et mélanges dans une situation océanienne (Nouvelle- Calédonie 1917) ».
Jan BLANC, Université de Genève : « Winckelmann, inventeur de la « civilisation » grecque ».
Blaise DUFAL, EHESS : « La civilisation originelle : l’Antiquité classique comme matrice historiographique ».
Anne-Gabrièle WERSINGER, Université de Reims : « L’invention de l’invention ».
Marie SAINT-MARTIN, CPGE : « Le classicisme français et la réinvention d’une origine, la « civilisation » grecque : entre raffinement et barbarie ».
Michel BRIAND, Université de Poitiers : « L’invention de l’enthousiasme poétique ».
Vivien LONGHI, Université Paris-Sorbonne : « « Hippocrate » comme inventeur d’une médecine « rationnelle » : quelques aspects d’une construction ».
Laurie LAUFER, Université Paris-Diderot : « Retour sur Malaise dans la civilisation (Freud)

Conclusion : Claude CALAME, EHESS : « Civilisation et Kultur ».

ATE_JE_20151107_affiche3

Le programme du séminaire 2015-2016

Prendre les Anciens au mot : ce que l’Antiquité fait à la modernité

Séminaire mensuel le mercredi de 19 h à 21 h

EHESS, 96 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle Lombard

(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

« Antiquité, territoire des écarts »

Sandra BOEHRINGER, Carole BOIDIN, Claude CALAME, Florence DUPONT, Pierre VESPERINI, Anne-Gabrièle Wersinger

       L’Antiquité gréco-romaine nous tend des pièges intellectuels : les termes grecs ou latins, comme theatron, muthos, poiesis, eros, philosophia, fabula, res publica ou pater familias, n’avaient ni le sens ni les emplois que nous donnons aujourd’hui à théâtre, mythe, poésie, érotisme, philosophie, fable, république ou père de famille. L’identité formelle entre les termes anciens d’un côté, français de l’autre donne l’illusion que nous pouvons les utiliser sans précaution, sans traduction anthropologique. Ils ont fini par renvoyer à des concepts anhistoriques, souvent présentés comme des catégories universelles.

       Il s’agira de retracer les pratiques discursives correspondant à l’usage de ces mots, puis les réalités sociales auxquelles ces termes renvoient, grâce à une approche croisant les acquis de l’anthropologie, de la sociologie et de la linguistique pragmatique de l’énonciation, donc en rompant avec les habituelles analyses textuelles. On pourra ainsi revisiter les savoirs que ces pratiques antiques construisent dans des contextes historiques et culturels donnés. Pratiquer l’écart ne vise pas seulement à mesurer la distance anthropologique qui sépare Antiquité et modernité, mais aussi à activer le questionnement sur la modernité à partir de l’Antiquité.

mercredi 18 novembre 2015. Vincent Azoulay,  « Charisme et charis, retour sur Max Weber ».

mercredi 9 décembre 2015.  Violaine Sébillotte, « Des politai aux citoyens: de qui et de quoi parle-t-on? »

mercredi 13 janvier 2016.  Romain Brethes,  « L’invention du roman ».

mercredi 10 février 2016. Adeline Adam, « Les uitae romaines (Suétone) : jeux de tiroirs et jeux de miroirs ».

mercredi 9 mars 2016. William Marx, « Faut-il encore bannir les poètes de la république ? (de Platon à Sarkozy) ».

mercredi 13 avril 2016. Anne Debrosse, ­«  La postérité des poétesses grecques, ou le genre à coup de marteau ».

mercredi 11 mai 2016. Antoine Pietrobelli, « Mais où est passé l’archétype ? Du modèle arborescent appliqué à la critique textuelle ».

mercredi 8 juin 2016. Maxime Pierre, « L’ode ou le tombeau des chants perdus ».

 

ATE_seminaire_15-16 corr

Master class « Le corps dans l’Antiquité, 26-09-2015

Antiquité territoire des écarts (ATE) a pour objet de promouvoir un nouveau rapport à l’Antiquité grecque et romaine et travaille, par une critique anthropologique et historique des relations entre l’Antiquité et la modernité, à repenser des catégories modernes prétendument enracinées dans les cultures grecque ou romaine. ATE organise notamment des séminaires de recherche, des colloques et des journées d’étude, ainsi que des master-class.

Organisation des master-class : Adeline ADAM, Florence DUPONT, Marie FONTANA, Corinne LEENHARDT, Marie SAINT-MARTIN.

Une master-class comporte une série exposés liminaires puis des ateliers. Les participants reçoivent, par internet, un dossier de travail (une dizaine de pages) une semaine avant la master-class, comportant une bibliographie, une synthèse et des textes anciens, grec et latins, avec traduction.

Pour toute la France et à l’attention des enseignants de classes préparatoires

Samedi 26 septembre 2015 (13h30-17h) :  « Le corps dans l’Antiquité »

 

Lieu : Université Paris-Diderot, Grands Moulins, bâtiment C, 6e étage, salle Pierre Albouy (métro : ligne 14, Bibliothèque François Mitterrand)

Michel Blonski, « Le corps propre »

Catherine Baroin, « Le corps infirme à Rome : bègues et boiteux »

Marine Chabrol, « Le corps de la nourrice »

Jean-François Cottier, « Les chrétiens ont-ils un corps ? »

Florence Dupont, « Corps de l’orateur, corps de l’acteur »

 

Pour tout renseignement ou inscription, écrire à latinjussieu@aol.com

ATE_master-class_prog15-16(1)