Prochaine séance du séminaire le 8 avril

affiche ATE

La prochaine séance de notre séminaire aura lieu le mercredi 8 avril à 19h à l’EHESS, salle Lombart.

Carole Boidin (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Les almées sont-elles des femmes ?  Sappho et “la poésie de jeunes filles” dans la tradition arabe ». communication intitulée « . Sandra Boehringer (Université de Strasbourg) sera sa discutante.

Résumé : Afin d’élaborer des hypothèses sur les modalités pratiques des performances poétiques en Grèce ancienne, plusieurs chercheurs ont tenté de trouver des parallèles dans les traditions poétiques d’autres cultures. Si la poésie arabe a souvent retenu l’attention, c’est autant en raison de proximités dans les énoncés (qui jouent souvent sur l’ambiguïté des instances énonciatives évoquées, en termes de gender) qu’en fonction de pratiques poétiques supposées comparables. Nous nous proposons d’étudier quelques exemples de ces comparaisons, à partir d’une catégorie exogène aux deux traditions, la « poésie de jeunes filles ».

Prochaine séance du séminaire le 11 mars avec Claude Calame : « La phusis grecque pour repenser l’opposition « nature vs culture » : l’homme en interaction « anthropopoiétique » avec son milieu ».

La prochaine séance de notre séminaire aura lieu mercredi 11 mars, de 19h à 21h, à l’EHESS, salle Lombard. Claude Calame y présentera une intervention intitulée « La phusis grecque pour repenser l’opposition « nature vs culture » : l’homme en interaction « anthropopoiétique » avec son milieu« . Alessandro Buccheri sera son répondant.

« La tradition veut que l’on fasse remonter, par filiation, le concept moderne de « nature », forgé au cours du XVIIIe siècle européen, à la notion grecque de phusis. Or une approche anthropologique des manifestations de la culture grecque antique implique non seulement un retour aux catégories propres, dans leurs définitions et usages discursifs indigènes (« prendre les Anciens au mot »); mais elle implique aussi un retour critique, par le regard oblique qu’elle induit, sur nos propres concepts. Ce cheminement sera proposé pour une analyse généalogique de l’opposition structurale « nature » vs « culture ». A partir du concept grec de phusis comme procédure de développement d’un organisme et sur la base des relations signifiantes que les médecins grecs établissaient entre la « nature humaine » et l’environnement, on verra que le concept postmoderne de plasticité envisagé dans les discours en génie génétique et en sciences neuronales rend caduque l’opposition structurale entre nature et culture. On pourra dès lors proposer une conception « anthropopoiétique » des relations interactives de l’homme avec son environnement, dans une écologie modelée par ses discours et pratiques sémiotiques« .