Présentation du séminaire « Antiquité, territoire des écarts »

Séminaire organisé en collaboration avec ANHIMA UMR 8210 (Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques), l’Institut des Humanités de l’Université Paris-Diderot et avec le soutien du Centre Parisien d’Études Critiques. Ce projet pour 2013-2014 est la suite du projet « Antiquité, territoire des écarts 2012-2013 ». La problématique n’a pas changé, en voici les grandes lignes.

L’Antiquité aussi bien grecque que romaine a longtemps servi d’origine à notre civilisation occidentale. Ses défenseurs comme ses détracteurs avaient placé l’Antiquité au centre de l’identité européenne à laquelle elle apportait modèles et normes. La révolution anthropologique a changé cette situation. Un nouveau rapport à l’Antiquité a fait irruption vers les années 1960, à l’initiative de Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet qui ont excentré l’Antiquité en situant les cultures anciennes parmi les cultures exotiques, celles des ethnologues et des anthropologues. Ils ont rompu le fil de l’évolution menant de l’Antiquité à l’Europe — et en particulier la France — moderne et contemporaine, l’une n’étant intelligible que par l’autre et réciproquement. Les sociétés anciennes ne sont pas pour autant devenues des ailleurs comme les autres. Elles sont omniprésentes dans le monde contemporain. Une fois critiquée par l’anthropologie et excentrée, l’Antiquité permet de travailler de l’intérieur la civilisation occidentale, pour en fissurer la soi-disante unité. Faire l’anthropologie de Rome et de la Grèce n’est plus seulement faire « l’inventaire des différences ». Si les Grecs et les Romains sont autres, ils sont aussi nous et nous héritons de leur altérité. Ils sont une altérité incluse. De nombreux chercheurs ont illustré cette démarche dans les différents domaines. Ce semestre seront invités outre des chercheurs en sciences humaines, un médecin et psychologue, l’un et l’autre antiquisants. En outre, faisant un écart de plus nous regarderons une Antiquité multiple, telle qu’elle était appréhendée à la Renaissance et à l’âge classique.

Le laboratoire antique

Ce carnet a pour but de présenter le projet de recherche « Antiquité, territoire des écarts », qui se déploie en un séminaire organisé en collaboration avec le centre ANHIMA UMR 8210 (Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques) et l’Institut des Humanités de l’Université Paris-Diderot et avec le soutien du Centre Parisien d’Études Critiques. et en des master-class pour les enseignants du secondaire