Archives de catégorie : Billets

Prochaine séance du séminaire le 8 avril

affiche ATE

La prochaine séance de notre séminaire aura lieu le mercredi 8 avril à 19h à l’EHESS, salle Lombart.

Carole Boidin (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Les almées sont-elles des femmes ?  Sappho et “la poésie de jeunes filles” dans la tradition arabe ». communication intitulée « . Sandra Boehringer (Université de Strasbourg) sera sa discutante.

Résumé : Afin d’élaborer des hypothèses sur les modalités pratiques des performances poétiques en Grèce ancienne, plusieurs chercheurs ont tenté de trouver des parallèles dans les traditions poétiques d’autres cultures. Si la poésie arabe a souvent retenu l’attention, c’est autant en raison de proximités dans les énoncés (qui jouent souvent sur l’ambiguïté des instances énonciatives évoquées, en termes de gender) qu’en fonction de pratiques poétiques supposées comparables. Nous nous proposons d’étudier quelques exemples de ces comparaisons, à partir d’une catégorie exogène aux deux traditions, la « poésie de jeunes filles ».

Prochaine séance du séminaire le 11 mars avec Claude Calame : « La phusis grecque pour repenser l’opposition « nature vs culture » : l’homme en interaction « anthropopoiétique » avec son milieu ».

La prochaine séance de notre séminaire aura lieu mercredi 11 mars, de 19h à 21h, à l’EHESS, salle Lombard. Claude Calame y présentera une intervention intitulée « La phusis grecque pour repenser l’opposition « nature vs culture » : l’homme en interaction « anthropopoiétique » avec son milieu« . Alessandro Buccheri sera son répondant.

« La tradition veut que l’on fasse remonter, par filiation, le concept moderne de « nature », forgé au cours du XVIIIe siècle européen, à la notion grecque de phusis. Or une approche anthropologique des manifestations de la culture grecque antique implique non seulement un retour aux catégories propres, dans leurs définitions et usages discursifs indigènes (« prendre les Anciens au mot »); mais elle implique aussi un retour critique, par le regard oblique qu’elle induit, sur nos propres concepts. Ce cheminement sera proposé pour une analyse généalogique de l’opposition structurale « nature » vs « culture ». A partir du concept grec de phusis comme procédure de développement d’un organisme et sur la base des relations signifiantes que les médecins grecs établissaient entre la « nature humaine » et l’environnement, on verra que le concept postmoderne de plasticité envisagé dans les discours en génie génétique et en sciences neuronales rend caduque l’opposition structurale entre nature et culture. On pourra dès lors proposer une conception « anthropopoiétique » des relations interactives de l’homme avec son environnement, dans une écologie modelée par ses discours et pratiques sémiotiques« .

 


Prochaine séance du séminaire le 11 février de 19h à 21h avec Pierre Vesperini : « De la « philosophie » comme discipline contemporaine aux pragmatiques anciennes de la philosophia (et retour) »

Séance du mercredi 11 février 2015

 Pierre Vesperini (Université Paris 8-Anhima) : « De la « philosophie » comme discipline contemporaine aux pragmatiques anciennes de la philosophia (et retour) »

Cette communication, suivant la problématique du séminaire, propose d’étudier l’écart entre philosophia et « philosophie ». Trois pistes seront esquissées : d’abord, on examinera le lien entre les discours sur ce qu’on appelle « philosophie antique » et les représentations généralement associées aujourd’hui à la « philosophie » comme discipline ; on ira ensuite « tester » ces représentations sur les différentes pragmatiques auxquelles les Anciens donnaient le nom de philosophia. Enfin, on s’interrogera sur la construction même de l’objet « philosophie antique »

Discutante : Anne Gabrièle Wersinger (Université de Reims)

de 19 h à 21h à l’EHESS, 96 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle Lombard

(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

ATE_seminaire_aff_seance fev(1)

`

*Un exemplier sera distribué en début de séminaire.

Séance du 10 décembre 2014 : Florence Dupont « Quand voir c’est écouter : un theatron n’est pas un théâtre »

La prochaine séance du séminaire de notre association aura lieu mercredi 10 décembre, à 19h, à l’EHESS, 96 bd Raspail, salle Lombard.
Florence Dupont y présentera une communication intitulée « Quand voir c’est écouter: un theatron n’est pas un théâtre », dont vous trouverez le résumé ci-dessous

Resume FD 10 decembre

Première séance le 12 novembre de 19h à 21h

 

 

 

12 novembre

Claude Calame (EHESS) : « Introduction à la problématique du séminaire »
Sandra Boehringer (Université de Strasbourg) : « L’initiation, une catégorie utile ? Retour sur les rites de passage et la sexualité dans l’Antiquité »

de 19h à 21h à l’EHESS, 96 boulevard Raspail, en salle Lombard

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2014/ue/87/

Affiche téléchargeable avec le lien ci-dessous :

ATE_aff_20141112

Programme du séminaire pour l’année 2014-2015

Prendre les Anciens au mot : quand savoir c’est dire et faire

« Antiquité, territoire des écarts »

Sandra Boehringer, Carole Boidin, Claude Calame, Florence Dupont, Pierre Vesperini

Programme 2014/2015

 

L’Antiquité gréco-romaine nous tend des pièges intellectuels : les termes grecs ou latins, comme theatron, muthos, poiesis, eros, philosophia, fabula, res publica ou pater familias, n’avaient ni le sens ni les emplois que nous donnons aujourd’hui à théâtre, mythe, poésie, érotisme, philosophie, fable, république ou père de famille. L’identité formelle entre les termes anciens d’un côté, français de l’autre donne l’illusion que nous pouvons les utiliser sans précaution, sans traduction anthropologique. Ils ont fini par renvoyer à des concepts anhistoriques, souvent présentés comme des catégories universelles.

 

Il s’agira de retracer les pratiques discursives correspondant à l’usage de ces mots, puis les réalités sociales auxquelles ces termes renvoient, grâce à une approche croisant les acquis de l’anthropologie, de la sociologie et de la linguistique pragmatique de l’énonciation, donc en rompant avec les habituelles analyses textuelles. On pourra ainsi revisiter les savoirs que ces pratiques antiques construisent dans des contextes historiques et culturels donnés. Pratiquer l’écart ne vise pas seulement à mesurer la distance anthropologique qui sépare Antiquité et modernité, mais aussi à activer le questionnement sur la modernité à partir de l’Antiquité.

 

 

Séminaire mensuel le mercredi de 17 h à 19 h ou de 19 h à 21 h

            EHESS, 96 Bd Raspail, 75006 Paris (Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

 

12 novembre 2014

Claude Calame (EHESS) : « Introduction à  la problématique du séminaire ».

Sandra Boehringer (Université de Strasbourg) : «  L’initiation, une catégorie utile ? Retour sur les rites de passage et la sexualité dans l’Antiquité »

10 décembre

Florence Dupont (Université Paris-Diderot): « Quand voir c’est écouter : le theatron n’est pas un théâtre ».

14 janvier 2015

Arnaud Macé (Université de Franche-Comté) : « La phusis et la Nature après Durkheim. Construction d’une catégorie anthropologique et pratiques sociales en Grèce ancienne »

11 février

Pierre Vesperini  (Université Paris 8): « Des pratiques de philosophia à la philosophie comme discipline ».

11 mars

Claude Calame (EHESS) : « La phusis grecque pour repenser l’opposition « nature vs culture »: l’homme en interaction avec son milieu. »

8 avril

Carole Boidin (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Les almées sont-elles des femmes?  Sappho et « la poésie de jeunes filles » dans la tradition arabe ».

13 mai

Christian Jacob (EHESS) : « Repenser l’histoire des mondes lettrés: textes, livres, bibliothèques ».

10 juin

Jean-François Cottier (Université Paris-Diderot) : « La chute de Rome, critique de la notion de civilisation ».