Archives de catégorie : Billets

Prochaine séance du séminaire le 11 mars avec Claude Calame : « La phusis grecque pour repenser l’opposition « nature vs culture » : l’homme en interaction « anthropopoiétique » avec son milieu ».

La prochaine séance de notre séminaire aura lieu mercredi 11 mars, de 19h à 21h, à l’EHESS, salle Lombard. Claude Calame y présentera une intervention intitulée « La phusis grecque pour repenser l’opposition « nature vs culture » : l’homme en interaction « anthropopoiétique » avec son milieu« . Alessandro Buccheri sera son répondant.

« La tradition veut que l’on fasse remonter, par filiation, le concept moderne de « nature », forgé au cours du XVIIIe siècle européen, à la notion grecque de phusis. Or une approche anthropologique des manifestations de la culture grecque antique implique non seulement un retour aux catégories propres, dans leurs définitions et usages discursifs indigènes (« prendre les Anciens au mot »); mais elle implique aussi un retour critique, par le regard oblique qu’elle induit, sur nos propres concepts. Ce cheminement sera proposé pour une analyse généalogique de l’opposition structurale « nature » vs « culture ». A partir du concept grec de phusis comme procédure de développement d’un organisme et sur la base des relations signifiantes que les médecins grecs établissaient entre la « nature humaine » et l’environnement, on verra que le concept postmoderne de plasticité envisagé dans les discours en génie génétique et en sciences neuronales rend caduque l’opposition structurale entre nature et culture. On pourra dès lors proposer une conception « anthropopoiétique » des relations interactives de l’homme avec son environnement, dans une écologie modelée par ses discours et pratiques sémiotiques« .

 


Prochaine séance du séminaire le 11 février de 19h à 21h avec Pierre Vesperini : « De la « philosophie » comme discipline contemporaine aux pragmatiques anciennes de la philosophia (et retour) »

Séance du mercredi 11 février 2015

 Pierre Vesperini (Université Paris 8-Anhima) : « De la « philosophie » comme discipline contemporaine aux pragmatiques anciennes de la philosophia (et retour) »

Cette communication, suivant la problématique du séminaire, propose d’étudier l’écart entre philosophia et « philosophie ». Trois pistes seront esquissées : d’abord, on examinera le lien entre les discours sur ce qu’on appelle « philosophie antique » et les représentations généralement associées aujourd’hui à la « philosophie » comme discipline ; on ira ensuite « tester » ces représentations sur les différentes pragmatiques auxquelles les Anciens donnaient le nom de philosophia. Enfin, on s’interrogera sur la construction même de l’objet « philosophie antique »

Discutante : Anne Gabrièle Wersinger (Université de Reims)

de 19 h à 21h à l’EHESS, 96 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle Lombard

(Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

ATE_seminaire_aff_seance fev(1)

`

*Un exemplier sera distribué en début de séminaire.

Séance du 10 décembre 2014 : Florence Dupont « Quand voir c’est écouter : un theatron n’est pas un théâtre »

La prochaine séance du séminaire de notre association aura lieu mercredi 10 décembre, à 19h, à l’EHESS, 96 bd Raspail, salle Lombard.
Florence Dupont y présentera une communication intitulée « Quand voir c’est écouter: un theatron n’est pas un théâtre », dont vous trouverez le résumé ci-dessous

Resume FD 10 decembre

Première séance le 12 novembre de 19h à 21h

 

 

 

12 novembre

Claude Calame (EHESS) : « Introduction à la problématique du séminaire »
Sandra Boehringer (Université de Strasbourg) : « L’initiation, une catégorie utile ? Retour sur les rites de passage et la sexualité dans l’Antiquité »

de 19h à 21h à l’EHESS, 96 boulevard Raspail, en salle Lombard

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2014/ue/87/

Affiche téléchargeable avec le lien ci-dessous :

ATE_aff_20141112

Programme du séminaire pour l’année 2014-2015

Prendre les Anciens au mot : quand savoir c’est dire et faire

« Antiquité, territoire des écarts »

Sandra Boehringer, Carole Boidin, Claude Calame, Florence Dupont, Pierre Vesperini

Programme 2014/2015

 

L’Antiquité gréco-romaine nous tend des pièges intellectuels : les termes grecs ou latins, comme theatron, muthos, poiesis, eros, philosophia, fabula, res publica ou pater familias, n’avaient ni le sens ni les emplois que nous donnons aujourd’hui à théâtre, mythe, poésie, érotisme, philosophie, fable, république ou père de famille. L’identité formelle entre les termes anciens d’un côté, français de l’autre donne l’illusion que nous pouvons les utiliser sans précaution, sans traduction anthropologique. Ils ont fini par renvoyer à des concepts anhistoriques, souvent présentés comme des catégories universelles.

 

Il s’agira de retracer les pratiques discursives correspondant à l’usage de ces mots, puis les réalités sociales auxquelles ces termes renvoient, grâce à une approche croisant les acquis de l’anthropologie, de la sociologie et de la linguistique pragmatique de l’énonciation, donc en rompant avec les habituelles analyses textuelles. On pourra ainsi revisiter les savoirs que ces pratiques antiques construisent dans des contextes historiques et culturels donnés. Pratiquer l’écart ne vise pas seulement à mesurer la distance anthropologique qui sépare Antiquité et modernité, mais aussi à activer le questionnement sur la modernité à partir de l’Antiquité.

 

 

Séminaire mensuel le mercredi de 17 h à 19 h ou de 19 h à 21 h

            EHESS, 96 Bd Raspail, 75006 Paris (Mo Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

 

12 novembre 2014

Claude Calame (EHESS) : « Introduction à  la problématique du séminaire ».

Sandra Boehringer (Université de Strasbourg) : «  L’initiation, une catégorie utile ? Retour sur les rites de passage et la sexualité dans l’Antiquité »

10 décembre

Florence Dupont (Université Paris-Diderot): « Quand voir c’est écouter : le theatron n’est pas un théâtre ».

14 janvier 2015

Arnaud Macé (Université de Franche-Comté) : « La phusis et la Nature après Durkheim. Construction d’une catégorie anthropologique et pratiques sociales en Grèce ancienne »

11 février

Pierre Vesperini  (Université Paris 8): « Des pratiques de philosophia à la philosophie comme discipline ».

11 mars

Claude Calame (EHESS) : « La phusis grecque pour repenser l’opposition « nature vs culture »: l’homme en interaction avec son milieu. »

8 avril

Carole Boidin (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Les almées sont-elles des femmes?  Sappho et « la poésie de jeunes filles » dans la tradition arabe ».

13 mai

Christian Jacob (EHESS) : « Repenser l’histoire des mondes lettrés: textes, livres, bibliothèques ».

10 juin

Jean-François Cottier (Université Paris-Diderot) : « La chute de Rome, critique de la notion de civilisation ».

Journées d’étude des 4 et 5 avril « L »Antiquité des autres »

Journées d’étude des 4 et 5 avril 2014

organisées par Jean-François Cottier et Florence Dupont

« L’Antiquité des autres »

Campus des Grands Moulins

salle 479F de la Halle aux Farines

5, rue Thomas Mann


Paris 75013

Métro ligne 14, station : Bibliothèque François Mitterrand

 

 

Chaque période et chaque espace culturel de l’histoire occidentale ont leur « Antiquité », c’est-à-dire une façon particulière de se situer par rapport à l’héritage documentaire grec et romain et donc de reconstituer une Antiquité en fonction du rôle qu’ils lui assignent dans leur présent.

C’est pourquoi l’Antiquité est toujours dans l’écart, conjuguant la distance historique et la présence, aussi bien dans l’érudition que dans l’imaginaire. C’est ici que se situe « le laboratoire antique » et le travail sur les écarts.

Nous avions l’an dernier, lors des journées d’étude des 5 et 6 avril 2013, essentiellement étudié « ce que l’Antiquité fait au monde contemporain ». Lors de ces journées des 4 et 5 avril 2014, nous voudrions continuer cette recherche, mais aussi y ajouter d’autres « antiquités » – classiques, ou modernes – qui ne sont pas les nôtres, et voir comment la référence et la présence antiques fonctionnent à d’autres époques : quelle Antiquité et pour quoi faire ?

Il s’agit toujours de repérer le statut de cet objet insaisissable et protéiforme que l’Occident se transmet depuis que le terme d’Antiquité existe. Statut qui en conditionne le savoir et l’imaginaire.

 

vendredi matin 4 avril

 

9h00 : Accueil – Café

Florence Dupont & Jean-François Cottier (Université Paris-Diderot)

 

Présidente : Emmanuelle Valette (Université Paris-Diderot)

 

9h30-10h        Jean-François Cottier (Université Paris-Diderot)

Introduction : « L’Antiquité des autres »

 

10h-10h40      Maurizio Bettini (Universités de Sienne et de Berkeley)

« Aux sources classiques des droits de l’homme : entre malédiction et indiscrétion »

Répondant :

 

10h40-11h Discussion et pause

 

11h-11h-40     Romain Piana (Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle)

« Aristophane et la démocratie française au XIXe siècle »

Répondant : Pierre Katuszewski (Université Bordeaux 3)

 

11h40-12h20 Carole Boidin (Université Paris Ouest – Nanterre)

« À la recherche du conte milésien perdu : l’invention nostalgique de la fiction dans l’Europe classique. »

Répondant : Guillaume Navaud (cpge)

 

12h20-12h45 Discussion

 

Vendredi après-midi 4 avril

 

Présidente : Syivie Perceau (Université de Picardie)

 

14h-14h40 Johann Chapoutot (Université Grenoble 2)

« Lycurgue, Confucius, Darré : l’écart au carré ou l’antiquité saisie par l’anthropologie raciale nazie »

Répondant : Vincent Azoulay (Université de Paris-Est Marne-la-Vallée)

 

14h40-15h20 Pierre Vesperini (Anhima)

« Un vaisseau fantôme des études littéraires : la poésie didactique »

Répondante : Anne Sinha (Université Paris-Nord)

 

15h20 -15h50 Discussion et pause

 

15h50-16h30  Charles Guérin (Université de Montpellier3)

« Cassius Severus, « le dernier républicain » ? Lectures et constructions des débuts de l’éloquence impériale sous la Troisième République (1875-1881)

Répondant :

 

16h30 – 17h10 Patrick Bapst (Université de Lausanne)

« L’Antiquité, un Autre familier au service du Même : quand l’Europe coloniale construit son Amérique »

Répondant : Jean-François Cottier

 

17h10 – 17h50 Ronan Ludot Vlasak (Université du Havre)

« À rebours de l’Amérique : le modèle antique en questions ou les écarts de l’écriture melvillienne »

Répondante : Anne Gabrielle Wersinger (Université de Reims)

 

17h50 -18h15 Discussion

                       

Samedi matin 5 avril  

 

Président : Claude Calame (EHESS)

 

9h-9h40 Jan Blanc (Université de Genève)

« L’intelligence des antiques » : la fabrication de l’Antiquité dans les tapisseries de Rubens »

Répondante : Rachel Darmon (Université Paris 8)

 

9h40-10h20 Maxime Pierre (Université Paris-Diderot)

« Le grand écart de la Défense et illustration de la langue française de Du Bellay ou comment concilier ‘‘antiquités gauloises’’ et ‘’antiquité gréco-romaine’’ »

Répondant : Frédéric Nau (CPGE)

 

10h20 -10h 45 Discussion et pause

 

10h45-11h 10 Marc Valleur (Médecin-chef de l’hôpital parisien de Marmottan)

« Les Antiquités de l’addiction »

Répondant : Jean-François Cottier (Université Paris-Diderot)

 

11h10 – 11h50 David Rabouin (Université Paris-Diderot)

« Comment les mathématiques grecques sont devenues certaines et autres contes post-cartésiens »

Répondant : William Marx (Université de Paris Ouest – Nanterre)

 

11h50-12h10 Discussion

 

Conclusions : Florence Dupont (Université Paris-Diderot)

 

Présentation du séminaire « Antiquité, territoire des écarts »

Séminaire organisé en collaboration avec ANHIMA UMR 8210 (Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques), l’Institut des Humanités de l’Université Paris-Diderot et avec le soutien du Centre Parisien d’Études Critiques. Ce projet pour 2013-2014 est la suite du projet « Antiquité, territoire des écarts 2012-2013 ». La problématique n’a pas changé, en voici les grandes lignes.

L’Antiquité aussi bien grecque que romaine a longtemps servi d’origine à notre civilisation occidentale. Ses défenseurs comme ses détracteurs avaient placé l’Antiquité au centre de l’identité européenne à laquelle elle apportait modèles et normes. La révolution anthropologique a changé cette situation. Un nouveau rapport à l’Antiquité a fait irruption vers les années 1960, à l’initiative de Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet qui ont excentré l’Antiquité en situant les cultures anciennes parmi les cultures exotiques, celles des ethnologues et des anthropologues. Ils ont rompu le fil de l’évolution menant de l’Antiquité à l’Europe — et en particulier la France — moderne et contemporaine, l’une n’étant intelligible que par l’autre et réciproquement. Les sociétés anciennes ne sont pas pour autant devenues des ailleurs comme les autres. Elles sont omniprésentes dans le monde contemporain. Une fois critiquée par l’anthropologie et excentrée, l’Antiquité permet de travailler de l’intérieur la civilisation occidentale, pour en fissurer la soi-disante unité. Faire l’anthropologie de Rome et de la Grèce n’est plus seulement faire « l’inventaire des différences ». Si les Grecs et les Romains sont autres, ils sont aussi nous et nous héritons de leur altérité. Ils sont une altérité incluse. De nombreux chercheurs ont illustré cette démarche dans les différents domaines. Ce semestre seront invités outre des chercheurs en sciences humaines, un médecin et psychologue, l’un et l’autre antiquisants. En outre, faisant un écart de plus nous regarderons une Antiquité multiple, telle qu’elle était appréhendée à la Renaissance et à l’âge classique.

Le laboratoire antique

Ce carnet a pour but de présenter le projet de recherche « Antiquité, territoire des écarts », qui se déploie en un séminaire organisé en collaboration avec le centre ANHIMA UMR 8210 (Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques) et l’Institut des Humanités de l’Université Paris-Diderot et avec le soutien du Centre Parisien d’Études Critiques. et en des master-class pour les enseignants du secondaire