Prochaine séance le 8 juin, 19h-21h

Maxime P I E R R E
(Université Paris-Diderot, CERILAC)
L’ODE OU LE TOMBEAU DES CHANTS PERDUS

L’« ode » fait partie de ces faux mots grecs utilisés en français avec une signification qu’ils n’avaient pas à l’origine, comme par exemple le « théâtre » ou la « démocratie ». À cette exception près que l’« ode » désigne une pratique morte,ou plus précisément la nostalgie de chants archaïques grecs. Les chants meurent-ils donc ? Que trouve-on dans le tombeau d’un chant ? C’est paradoxalement au contact d’une pratique bien vivante, l’hymne chrétien, qu’apparaît la notion d’« ode » dans l’Antiquité tardive et au Moyen-Âge. L’« ode » des Anciens est alors pensée comme la forme païenne de l’hymne liturgique. Elle en constitue la face morte, ou plus précisément, sa face littéraire : déconnectée de la pragmatique liturgique chrétienne – un chant de louanges de Dieu – elle constitue sa forme savante. «Ode » et « hymne » sont les deuxfaces de la lyrique christianisée : l’une « froide », publiée dans des livres, l’autre « chaude », intégrée au culte. LaRenaissance de l’« ode » au XVIe siècle renoue avec la nostalgie d’un chant perdu, mais le réoriente sous forme profane : à l’efficacité liturgique, les poètes préfèrent un geste de monumentalisation littéraire. Ce revival sera sa mise à mort. Cette mort nous concerne-t-elle ? À l’ère de la chanson standardisée envisagée comme marchandise, n’assistons-nous pas à un regain d’intérêt pour les chants perdus ? Morte l’« ode » ? Il se pourrait qu’elle bouge encore.

Discutant : Frédéric NAU (CPGE, Lycée Fénelon, Paris)

ATE_seminaire_20160608_Maxime PIERRE-1


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *