Prochaine séance le 13 avril à 19h avec Anne Debrosse (discutante : Marie Saint-Martin)

SEMINAIRE du mercredi 13 avril 2016 de 19 h à 21 h
EHESS, 96 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle Lombard
(Métro  Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs)

affiche debrosse
Anne  DEBROSSE
Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan
Centre de Recherche en Littérature Comparée (EA 4510)

LA POSTÉRITÉ DES POÉTESSES GRECQUES OU LE GENRE À COUP DE MARTEAU ?

Pierre Bourdieu, dans La Domination masculine, postule une a-chronicité des études de genre, en réponse à des mécanismes invariants qu’il décèle dans les partages des sexes qui ont traversé l’histoire. Dans le cas des premières voix de femmes (les poétesses grecques, Sappho étant considérée depuis toujours comme « la première voix de femme »), se constitue une liste de neuf grandes poétesses grecques. Les listes de la Renaissance reprennent cette pratique, puis nos anthologies contemporaines font de même. Les poètes sont normalement réunis en fonction d’un genre littéraire commun (neuf grands poètes lyriques sont distingués à l’époque hellénistique) ; ils ne sont en tout cas pas réunis en tant que représentants de leur sexe. Or, les poétesses, quant à elles, le sont, de façon durable à travers le temps. Nous chercherons donc à développer une réflexion sur ce drôle d’invariant, qui surgit à toutes les époques sous des formes différentes et avec des présupposés différents (mais à quel point ?), tel un inévitable Protée. Cet invariant est-il si invariant qu’il en a l’air ? Constitue-t-il un hapax ou une entorse dans la pensée des écarts ?

Discutante : Marie Saint-Martin

Lycée Jeanne d’Arc (Rouen)
Centre de Recherche en Littérature Comparée (EA 4510)
Centre d’Études et de Recherche Éditer / Interpréter (EA 3229)

ATE_séminaire.13.4.16.Debrosse


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *